NON à la casse de nos Etablissements Médico-Sociaux !

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !


NON à la casse de nos Etablissements médico-sociaux !
POUR un service de soins de qualité
Afin de répondre aux besoins des enfants et des familles !


Suppression de postes, décisions en contradiction avec les besoins des familles, manque de reconnaissance professionnelle, logique comptable contre logique de soins… Nous salarié-e-s du Centre d’action médico-sociale précoce et du Centre médico-psycho-pédagogique de Narbonne disons « ça suffit » !


Mobilisé-e-s avec l'appui de nos organisations syndicales CGT et  CFE-CGC depuis le 16 mars dernier, nous vous appelons à soutenir nos revendications. Celles-ci concernent non seulement les professionnels du médico-social (qui interviennent auprès d’enfants porteurs de handicap multiples, en difficultés d’apprentissages, en lien avec des troubles dys ou en souffrance psychique) mais aussi les familles et
enfants accueillis aujourd’hui et que nous souhaitons continuer à accueillir demain dans de bonnes conditions.


Au CMPP, après la suppression des postes de rééducateur-trice-s psychopédagogiques (enseignants spécialisés) en 2019, c’est maintenant au tour des postes d’accompagnateur-trice-s d’être menacés. Pourtant ceux-ci assurent un transport régulier des enfants entre le domicile, l’école et le CMPP, sont
bien repérés par les familles, intégrés au travail d’équipe et permettent un bon fonctionnement des prises en charge.

Le projet de la Direction d’imposer au CAMSP et au CMPP des horaires fixes, outre qu’il remet en cause les possibilités de concilier vie professionnelle et vie familiale pour les professionnel-le-s, ne tient pas compte des nécessités d’ajustement des emplois du temps aux disponibilités des enfants et des familles, qui doivent jongler entre temps scolaires et temps de soins souvent nombreux et contraignants.
Nous refusons ces régressions et demandons que les propositions exprimées par les déléguées syndicales, sur ces sujets et plus généralement sur les questions d'organisation et de santé au travail, soient enfin prises en considération par l’Association gestionnaire de nos Etablissements.


En résumé nous appelons les familles, citoyen-ne-s et usagers, à soutenir nos revendications :
- Pour le maintien des postes d’accompagnateur-trice-s
- Pour des horaires définis en concertation avec les professionnel-le-s
- La défense d’une approche thérapeutique pluraliste dont des pratiques du soin relationnel contre l'imposition du tout neuronal
- La restauration d’un véritable dialogue social prenant en compte les propositions des salariée-s


Au-delà de nos Etablissements narbonnais nous demandons dans le cadre de la mobilisation nationale du secteur sanitaire, social et médico-social :
- La revalorisation des salaires des personnels (perte de 30% estimée depuis 1999)
- L’attribution de moyens humains et financiers nécessaires aux établissements et services,
afin d’assurer une prise en charge de qualité des patient-e-s et réduire les listes d'attente
- L’arrêt de la transformation des Etablissements en plateformes aboutissant à trier et renvoyer les enfants vers le secteur libéral


Avec d'autres secteurs en lutte nous disons qu'il est temps de changer de logiciel et de remettre au cœur des politiques publiques ce qui est vraiment essentiel : le santé, l'éducation, la recherche, la culture, nos droits sociaux et nos libertés !


Les salarié-e-s du CAMSP et du CMPP