Non à la fermeture de l'aciérie ASCOMETAL d'Hagondange

0 a signé. Allez jusqu'à 2 500 !


L'acier a de l'avenir, l'aciérie d'Hagondange doit avoir un avenir aussi !

Pour la quatrième fois en vingt ans, Ascometal va changer de main. Ces changements à répétition ne sont pas sans conséquence inquiétante pour le devenir du groupe dans son ensemble et du site d'Hagondange en particulier : comment sortir du court-termisme lorsque les repreneurs changent aussi rapidement ? 

Face à cette nouvelle épreuve, les communistes de Moselle expriment leur pleine solidarité avec tous les salariés du site sidérurgique d'Ascométal Hagondange. Une nouvelle fois cette entreprise, fleuron industriel  de notre département est l’objet d’une procédure de redressement judiciaire qui place les salariés dans une grande inquiétude.

Une menace pour l'emploi

Le site  d’Hagondange est un joyau de la sidérurgie française qui cumule savoir–faire et performances techniques. La fermeture annoncée de l'aciérie à l'horizon 2019 (Républicain Lorrain du 22/12/2017) par les deux repreneurs potentiels serait non seulement problématique pour toute la filière, mais aussi et surtout, elle serait désastreuse en terme d'emploi pour notre région. Environ 150 personnes (salariés, intérimaires et sous-traitants) travaillent dans ce qui est à ce jour la dernière aciérie de Moselle.

Une absurdité écologique 

Les fermetures des hauts-fourneaux d'Hayange et de Florange ont eu des conséquences en termes d'emploi, mais aussi d'environnement : désormais, l'acier qui n'est plus produit localement parcourt des milliers de kilomètres ce qui paraît paradoxal dans la lutte contre le réchauffement climatique auquel notre Président dit souscrire. Préserver la production industrielle en France, c'est aussi contribuer à préserver l'avenir de la planète. Les logiques de coopération doivent remplacer les logiques de concurrence des grands groupes sidérurgiques.

 
Nous regrettons l’absence d’une parole forte des Pouvoirs Publics dans ce dossier. L’État a un rôle de stratège et doit assumer ses responsabilités pour conserver nos atouts industriels. Nous interpellons Monsieur le Ministre dans ce sens, comme nous appelons à la constitution d’un large rassemblement pour conserver l’aciérie. Salariés, citoyens et élus doivent converger dans le sens de l’intérêt commun



PCF Moselle Orne basse compte sur vous aujourd'hui

PCF Moselle Orne basse a besoin de votre aide pour sa pétition “Bruno Le Maire: Non à la fermeture de l'aciérie ASCOMETAL d'Hagondange”. Rejoignez PCF Moselle Orne basse et 1 513 signataires.