Ne gâchez pas l’occasion offerte par les JO de 2024 et l’Exposition universelle de 2025

0 a signé. Allez jusqu'à 200 !


Le 13 septembre 2017, lorsque le président du CIO annoncera que Paris a été choisie pour organiser les jeux olympiques de 2024, nul doute qu’il y aura une explosion de joie et particulièrement chez les jeunes pratiquant une discipline olympique.

Le 28 septembre 2017, lorsque le comité d’organisation d’« Expo France 2025 » déposera la candidature française à l’organisation de l’exposition universelle qui se déroulera quelques mois après les JO, nul doute que l’ensemble des partenaires voudra magnifier le thème retenu de « la connaissance à partager ».

« Septembre 2017 » va donc être un point de départ important pour de nombreuses personnalités des milieux organisationnels, économiques et politiques !

Nous en sommes ravis pour elles mais ne pourrait-on pas imaginer que « Septembre 2017 » soit également le point de départ d’« un nouvel élan » pour la jeunesse ? pour toute la jeunesse ?

Pas seulement pour celle qui pratique une discipline olympique mais également pour celle qui pratique un sport « non-olympique » et pour celle qui consacre la plus grande partie de son « temps libéré » à une activité artistique ou à une pratique culturelle.

Aujourd’hui, les jeux olympiques peuvent être beaucoup plus qu’une entreprise de spectacle sportif et les expositions universelles peuvent être beaucoup plus qu’un instrument de valorisation de quelques entreprises nationales.

Certes, conçus séparément, ces deux évènements internationaux auront du mal à s’extraire des types d’organisations « du passé » et de leurs dérives ( Cf. l’article « Chacun dans son couloir » du « Nouvel Économiste » du 6 Avril 2017 ).

Mais conçus en partie en synergie, dans le cadre d’une approche « JO-Expo 24-25 », ces deux évènements internationaux peuvent devenir, durant les années de leur préparation, de véritables marqueurs de l’évolution d’une société où  le sport et la culture pratiqués par les générations montantes magnifient à la fois le « savoir-faire entrepreneurial » et le nouvel « art de vie » auxquels elles aspirent.

C’est pourquoi on ne peut plus imaginer une Exposition Universelle niant le fait, aujourd’hui avéré, que les qualités développées dans les pratiques sportives et culturelles sont des déclencheurs de l’envie d’entreprendre, d’assumer des responsabilités, de décider, de coopérer, de proposer des solutions alternatives tout en acceptant les prises de risques inhérentes.

Les 6 mois de cette exposition doivent permettent de valoriser la plupart des pratiques culturelles des jeunes du 21ème siècle ainsi que les disciplines sportives « non-olympiques » et bien sûr les spectacles qui les associent comme le Flat-BMX déjà présenté dans des festivals de danse internationaux ou comme les pièces footballistiques qui mêlent théâtre, sport et documentaire en mettant en scène les femmes qui le pratiquent.

En amont, le temps des JO doit intégrer des représentations artistiques de niveau international qui soient conçues et présentées comme de réelles passerelles avec des temps forts de l’Exposition Universelle ; des temps où le corps sensible, imaginant et poétique crée de l’empathie et du vivre ensemble.

Les mois qui viennent doivent permettre d’imaginer les conditions permettant à toutes les villes qui le souhaitent d’organiser et d’animer un espace permettant d’accueillir, dès 2020, les sportifs du monde entier pratiquant la même discipline sportive - olympique ou non ; un espace où ils trouvent les meilleures conditions de préparation adaptées à leur discipline. Un espace qui accueille et facilite l’expression de l’ensemble des cultures locales, celles de la ville considérée et de sa région. Un espace où, au-delà d’une valorisation du sport par la culture et de la culture par le sport, ce sont bien les cultures locales et la discipline sportive accueillie qui s’enrichissent d’une complémentarité construite et affichée dans le monde entier, via les réseaux.

Alors Mesdames et Messieurs les organisatrices et organisateurs de ces deux évènements internationaux, ne gâchez pas l’occasion qui vous est offerte de permettre aux générations montantes de construire, à travers une harmonisation de leurs « temps imposés » et de leurs « temps libérés », un « art de vie » qu’ils ambitionnent.

Jean-pierre FAYE
Président de "Sportculture 2020"
sportculture2020@gmail.com
http://www.sportculture2020.fr/wordpress/  



Jean-pierre compte sur vous aujourd'hui

Jean-pierre FAYE a besoin de votre aide pour sa pétition “Bernard Lapasset co-président du comité de candidature Paris 2024: Ne gâchez pas l’occasion offerte par les JO de 2024 et l’Exposition universelle de 2025”. Rejoignez Jean-pierre et 135 signataires.