Pour la victoire de la gauche, la vraie!

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


La situation en France se tend de plus en plus. Nous sommes à bout de souffle, en bout de course !

 Nous sommes de plus en plus viciés et violentés, par une classe dirigeante qui prône l'austérité et la probité pour les autres et non pour elle-même. Par une classe dirigeante bien d'avantage mue par ses intérêts privés que par l’intérêt public et le bien commun. Par une classe dirigeante de plus en plus coupée des réalités sociales et qui pense pouvoir se maintenir par un simple ravalement de façade. En un mot, par une classe dirigeante toute à ses affaires.

Nous sommes également, par un effet de balancier, de plus en plus viciés et violentés, par certains de nos compatriotes qui pensent retrouver une dignité bafouée dans le passage à l'acte meurtrier et suicidaire.

 En effet, face à l'impuissance d'organiser une justice sociale effective via un exécutif conséquent -  impuissance qui grossit et s'enkyste depuis maintenant presque 40 ans -  le peuple français se disloque et se ré-agrège autour d'une jouissance morbide. Nous ne pouvons que constater que de plus en plus, la violence, la rage, la haine et le désespoir progressent et agissent.

 Dans un rapport au monde où la relation à l'autre, le vivre-ensemble et la parole donnée, se délitent et ne sont plus de mise, nos âmes en peine, orphelines et tourmentées, se retournent contre nos corps jusqu'à plus soif! A notre devise commune "liberté, égalité et fraternité" nous préférons de plus en plus: "la mort, la mort et encore la mort". Avidité et désespérance inquiétantes!

 Il faut donc changer urgemment de logique  et c'est peut-être le meilleur sens à donner à notre état dit "d'urgence".

 La  5ème république a fait son temps. L'argent pèse trop dans nos destinées et il est trop injustement réparti tant au niveau national qu'international. Nous ne nous soucions pas suffisamment des risques que nos productions et nos innovations technologiques font courir à notre équilibre humain et écologique. Notre "vivre-ensemble" n'est pas loin de son point de rupture. Il ne va pas pouvoir se maintenir indéfiniment "cahin-caha" tel qu'aujourd'hui et tel que depuis bien trop longtemps.

Il est clair que le parti socialiste, par ses défections actuelles massives, nous signifie qu'il n'a de "socialiste" plus que son nom. En un mot, qu'il n'est plus crédible en tant que force de gauche : une  coquille vide ou creuse.

M. Hamon a cru pouvoir, de l'intérieur, le changer ou le tirer vers un point d'équilibre plus social. Force est de constater que c'est un échec ou plus encore que c'est irréaliste et impossible.

A l'inverse, M. Mélanchon l'a compris, s'en est écarté et œuvre depuis longtemps avec d'autres à constituer une réelle force de gauche présidentiable.

M. Hamon doit en tirer les conséquences qui s'imposent!

Il est aisé pour M. Hamon, d'expliquer au peuple de gauche:

 -que l'heure est grave, que les périls sont réels, sérieux et pressants.

 -que ses analyses, idées et solutions politiques dont il est vraiment convaincu et qui portent en elles-mêmes une possibilité massive de s'en sortir, doivent impérativement l'emporter.

 -qu'il prend acte des défections au sein même de son parti.

 -qu'il prend acte qu'elles rendent sa candidature intenable et vouée à l'échec.

 -qu'il prend acte que sa tentative au sein du parti socialiste, d'abord comme "frondeur" puis comme force supposément dominante, a au final échoué.

 -qu'il prend acte que le parti-pris de M. Mélanchon de constituer une force de gauche en dehors du parti socialiste est le meilleur, voir le seul possible pour la mise en œuvre d'une politique de gauche effective.

 -qu'il a le courage de ses idées et la clairvoyance de la situation.

 -qu'il s'en remet donc à l'autorité de celui qui par la force des événements devient son "maître".

 En un mot, qu'il suit et rejoint M. Mélanchon.

 Certains rétorqueront qu'il a été mandaté lors des primaires à se présenter à l'élection présidentielle et que se désister représenterait un abandon voir une trahison, un ou une de plus de notre classe dirigeante. Je ne suis pas de cet avis et plus encore, je pense que cette position est une manière de se cacher.

 Au contraire, en faisant montre de ce courage, de ce panache et de ce sens certain de l'histoire, M. Hamon ne saurait mieux consolider la dynamique actuelle initiée lors des primaires. Il ne saurait mieux porter cet élan populaire particulièrement prégnant, pour d'avantage de justice et de responsabilité sociale. Il ne saurait mieux honorer et être fidèle à ses électeurs.

 Il ne saurait être plus conséquent!

 Pour que le capitalisme outrancier qui nous use au risque d'un fascisme qui nous abuse se défasse vraiment!

 Pour que la vraie gauche gagne vraiment dans nos vraies vies et notre vrai quotidien!

 Pour nous donner une possibilité réelle et sérieuse, autrement dit envisageable, de gouverner et d'être gouverné par un parti-pris social vraiment de gauche:

 -Appelons M. Hamon à rejoindre M. Mélanchon.

 -Appelons M. Hamon à se désister de sa candidature aux prochaines élections présidentielles.

-Appelons M. Hamon à être vraiment de gauche!

 A gauche toute, à gauche pour de vrai, à gauche tant qu'il en est encore temps!

Toutes nos voix pour un seul candidat!

Ensemble, gagnons l’élection présidentielle!

 

 

 



Citoyen compte sur vous aujourd'hui

Citoyen RODRIGUEZ a besoin de votre aide pour sa pétition “Benoît Hamon: Pour la victoire de la gauche, la vraie!”. Rejoignez Citoyen et 18 signataires.