Messieurs Hamon & Mélenchon, les LGBTQ+ attendent de vous de véritables marques de soutien

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


Nous vivons en France. Nous sommes lesbiennes, trans, bi-e-s, gays, et nous demandons aux candidats à la présidentielle Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon de réaffirmer leur soutien aux personnes LGBTQ+.
Nous estimons en effet que certaines de leurs déclarations dans la presse expriment une certaine complaisance envers la vague anti-progressiste et réactionnaire qui ne cesse de croître, incarnée par la Manif pour tous, le Printemps français, les Survivants, Civitas, et autres groupuscules identitaires d'extrême droite.
Or, il nous semble primordial que ces candidats de Gauche se positionnent clairement sur les valeurs qu'ils défendent, et contre les injustices qu'ils doivent, par la même, combattre.
C'est pourquoi nous appelons Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon à réaffirmer leur soutien aux minorités sexuelles et de genre, et à condamner tout acte ou parole haineuse à leur égard, ainsi que toute tentative d'entrave à leur existence pleine et entière.

Nous vivons en France. Nous sommes lesbiennes, trans, bi-e-s, gays, et l'élection de François Hollande et l'arrivée du PS au gouvernement étaient pour nous, comme pour beaucoup d'autres minorités, porteuse d'énormément d'espoirs.
Nous sommes trans et l'on nous a garanti des démarches simplifiées pour le changement d'état civil.
Nous sommes lesbiennes et l'on nous a assuré l'accès à la procréation médicalement assistée.
Nous sommes gays et l'on nous a promis un vrai débat la gestation par autrui.
Nous sommes lesbiennes, trans, bi-e-s, gays, et l'on a cru à une véritable reconnaissance de l'Etat et de la société française.
Nous sommes trans, gays, bi-e-s, lesbiennes, et une déferlante de violence s'est abattue sur nous lorsque le gouvernement a commencé à amorcer notre pleine reconnaissance.

Nous avons été insulté-e-s dans les médias pendant des mois. Certain-e-s d'entre nous ont été victimes de violences physiques (un rapport de SOS Homophobie datant de 2013 révèle une augmentation des violences LGBTQphobes de l'ordre de 78% par rapport à l'année précédente).
L'ensemble de la société française a pu réaliser l'ampleur de l'homophobie existant en France.
Une partie de la population a manifesté, milité CONTRE le fait que d'autres aient les mêmes droits qu'elle. Parce qu'elles/ils sont d'une autre orientation sexuelle que la leur. Parce qu'elles/ils remettent en cause un ordre institué depuis des siècles. Oui, nous le remettons en cause. Nous nous soulevons contre la domination que le système exerce sur les minorités de genre et sexuelles. Et parce que nous sommes tou-te-s constitué-e-s par plusieurs identités, nous n'oublions pas que parmi nous, certain-e-s subissent également le racisme, le classisme, le capacitisme. Oui, nous souhaitons que les discriminations qui découlent de cet ordre n'aient plus droit de cité. Nous tou-te-s revendiquons les mêmes droits, une même reconnaissance, une même légitimité. Oui, nous remettons en cause cet ordre, parce que nous exigeons la justice.

Depuis 2012, l'espace public est régulièrement investi par des organismes tels que la Manif pour tous, le Printemps français, des groupuscules d'extrême droite et des intégristes religieux/ses. Et nous, trans, gays, bi-e-s, lesbiennes, avons été bien sages. Nous avons encaissé, comme nous savons si bien le faire. Nous avons même tenté de désamorcer l'horreur avec l'humour, une autre de nos traditions. Nous avons vibré avec les discours de Christiane Taubira. Nous avons fait confiance à la justice, au gouvernement.
Et puis finalement, oui nous pouvons nous marier. Oui nous pouvons adopter des enfants, fonder une famille comme on l'entend. Mais tout le reste a été émietté, voire planqué sous le tapis. Les idées et la ferveur réactionnaire soulevées par la Manif pour tous et leurs comparses, elles, n'ont pas tari. La boîte de Pandore a été ouverte, et il faudra décidément bien du temps avant que l'on soit reconnu-e comme citoyen-ne intégral-e, être humain pas trop bancal.

Nous sommes désormais en 2017, dans moins de soixante jours auront lieu les élections présidentielles, suivies de près par les législatives. Et si l'on n'est plus étonné-e-s des sorties anti-progressistes de la part de certaines personnalités de Droite, on n'attendait pas forcément un tel florilège de la part des candidats de Gauche.
Pour Emmanuel Macron, ni de gauche ni de droite, les anti-Mariage pour tous incarnent une partie de la France qui a été humiliée durant et depuis la période de débat à l'Assemblée nationale. Humilié-e-s celles et ceux qui ont occupé les rues et les colonnes médiatiques alors que pour la première fois de ma vie, alors âgée de 19 ans, j'avais peur de tenir la main de mon amoureuse dans le métro de Paris. Monsieur Macron, vous l'avez peut-être jouée cool lorsqu'on vous a prêté une relation avec Mathieu Gallet, mais certaines personnes subissent quotidiennement les railleries, le mépris et la violence que propagent vos humilié-e-s.
Jean-Luc Mélenchon nous apprend quant à lui dans Famille Chrétienne (attention, ce n'est pas La Croix, c'est Famille Chrétienne, au lectorat bien intégriste) qu'il fait, au sujet de la Manif pour tous, le « pari positif du malentendu ». Monsieur Mélenchon, en déclarant cela, vous espérez récupérer quelques lecteur-ices qui se seraient retrouvé-e-s devant cet entretien par hasard. Mais vous risquez de perdre celles et ceux pour qui les crachats, les coups, le mépris et les mauvaises blagues n'ont rien d'un « malentendu » mais découlent d'une oppression systémique à l'oeuvre au quotidien. En faisant le pari du malentendu, vous niez l'existence et le poids de l'homophobie dans la société française.
Quant à Benoît Hamon, c'est lorsqu'il cherche à illustrer l'usage du 49.3 citoyen qu'il dérape. La loi permettant aux couples homosexuels de se marier serait « l'exemple type » d'une loi qui pourrait être soumise à ce 49.3 citoyen, qui s'enclenche dès lors que 450 000 personnes répondent à l'appel. S'il y a bien quelque chose que nous a enseignée la mobilisation pour la Manif pour tous, c'est qu'il n'est pas bien difficile de trouver 450 000 homophobes en France (il suffit généralement de se balader vers les Invalides un dimanche après-midi de janvier). Monsieur Hamon, en donnant pour exemple le mariage pour tous pour promouvoir le 49.3 citoyen censé « faire de nouveau respirer la démocratie », vous reconnaissez comme arguments démocratiques légitimes les crispations idéologiques émanant de rapports de domination illégitimes, et qui ne pourront être combattus que par l'éducation (oups, les ABCD de l'égalité ont été supprimés sous l'influence des Humilié-e-s, zut alors, un malentendu sans doute). Et vous coupez le souffle des LGBTQ+ qui pensaient avoir au moins été reconnu-e-s par l'Etat, à défaut de l'ensemble de la société.

Aussi, nous demandons à messieurs Hamon et Mélenchon de clarifier leur position vis-à-vis de la Manif pour tous, des groupuscules qui y sont attachés, et de condamner, en tant que représentants des valeurs de la Gauche, la vague réactionnaire, homophobe et sexiste qui déferle et s'amplifie depuis trop longtemps. D'autant qu'une complaisance envers de tels groupes légitime aux yeux de certain-e-s des violences individuelles, puisque si des groupes peuvent porter ces idées et ces coups en bénéficiant d'une telle lumière médiatique sans être inquiétés, quel risque encourons-nous en tant qu'individus ?... La mécanique de la violence, qu'elle soit symbolique, morale ou physique, est alors bien lancée.

Nous qui vivons en France, lesbiennes, bi-e-s, trans, gays de Gauche, souhaitons être représenté-e-s par des candidat-e-s qui ont à cœur de combattre les injustices auxquelles sont confrontées les minorités, et exigeons d'eux de se positionner clairement contre la LGBTQphobie, les atteintes aux droits des femmes telles que les manipulations d'opinion qu'exercent des groupuscules anti-IVG, contre le racisme, contre la précarité. Bref, nous ne voulons pas de candidat-e-s draguant nos détracteur/trices ou excusant leur domination. Nous désirons des candidat-e-s soutenant les minorités dans leurs combats contre toute forme d'inégalité et d'injustice. Bref, nous exigeons des candidat-e-s de Gauche.
Messieurs Hamon et Mélenchon, dites nous, vous êtes vraiment avec nous ?



Alix compte sur vous aujourd'hui

Alix PALMER a besoin de votre aide pour sa pétition “Benoît Hamon & Jean-Luc Mélenchon, les LGBTQ+ attendent de vous de véritables marques de soutien”. Rejoignez Alix et 92 signataires.