Pour une nouvelle RE 2020 multi-énergies, plus réaliste et juste pour les consommateurs

0 a signé. Prochain objectif : 5 000 !


Le projet de future Réglementation Environnementale 2020, tel qu'il a été rédigé, est un projet mono-énergie, qui annihile toute perspective d’usage du Gaz et des Gaz Renouvelables dans les logements neufs.

C'est un projet dangereux pour l’avenir énergétique de notre pays, pour les citoyens, les consommateurs et les réseaux électriques et gaz.

Nous invitons tous les salariés, clients, chefs d’entreprises, élus de la Nation, membres du Conseil supérieur de l'énergie (CSE), à s’opposer, avec nous, au projet actuel de future réglementation environnementale « RE2020 » en signant cette pétition.

Il y a urgence à se mobiliser MAINTENANT !

Les annonces faites sur ce projet de nouvelle réglementation environnementale (dite « RE2020 ») qui touchent pour le moment l’habitat neuf, individuel et collectif, sont déjà perçues par le grand public comme un signal négatif fort sur l’avenir du gaz naturel. Energie pourtant qui reste indispensable à l’équilibre du système énergétique français.

Dès cet hiver RTE, gestionnaire du réseau de transport électrique garant de l’équilibre entre l’offre et la demande en électricité, nous met en garde par des messages comme celui envoyé le 7 janvier 2021 : « Demain 8 janvier, notre consommation d’électricité sera trop élevée. Pas de coupure prévue mais adoptons les bons gestes pour éviter tout risque… » ?

C’est donc le scénario dramatique qui risque de se produire si le Gouvernement met en place cette future RE 2020 qui augmentera considérablement les besoins d’électricité notamment à la pointe de l’hiver.

Pour y faire face, la France devra importer encore plus qu’aujourd’hui, de l’électricité chère car produite en pointe par des centrales à charbon !

La situation est donc suffisamment grave pour alerter les différentes parties prenantes, à commencer par les pouvoirs publics qui doivent intégrer les possibles conséquences de leurs décisions.

POUR LA COMPLEMENTARITE DES ENERGIES

On le voit bien, le gaz demeure en France une composante incontournable d’un mix énergétique équilibré. Le passage des pointes, notamment en période hivernale, ne sera évidemment plus garanti dans le futur contexte annoncé par le gouvernement. De plus, l’avantage majeur qui serait ainsi donné au développement d’un scénario « tout électrique », induira un surcoût pour la collectivité (ex : renforcements de réseaux électricité), qui devra forcément se répercuter sur les factures des consommateurs d’électricité et contribuera à renforcer encore la précarité énergétique de ceux-ci.

Pour les clients gaz aussi, les conséquences seront néfastes car le modèle économique du gaz est très sensible au nombre de clients et à leurs consommations. Dans le scénario actuel du projet de RE2020, la sous-utilisation des infrastructures gazières déjà existantes et la diminution de la consommation des clients domestiques, rendront le prix du gaz plus élevé pour tous les clients existants industriels et particuliers, avec des impacts sur la compétitivité de l’économie et celle des ménages, notamment les plus démunis.

Il ne s’agit pas d’opposer une énergie à une autre, mais de promouvoir un développement équilibré, complémentaire et adapté à nos contraintes de sûreté de fourniture énergétique comme à la compétitivité énergétique globale.

Il s’agit également de laisser la liberté de choix au citoyen. Or, par la décision du tout électrique, on ne laisse pas le choix au citoyen. On lui impose une énergie.

POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE DES TERRITOIRES

Le gaz devient de plus en plus vert et il est produit dans nos territoires :

Ces dernières années la filière de production de gaz vert (biométhane entre autres) et les acteurs français du gaz, dont tous les salariés des entités gazières, réalisent des efforts substantiels pour s’adapter d’ici 2030-2040 à cette énergie et viser ainsi à 2050 une substitution totale du gaz fossile et importé. Cette nouvelle filière, qui se voit pourtant imposer des objectifs d’économies d’échelle ambitieux, est en train de réussir son pari, et c’est tout un tissu économique local, vertueux sociétalement et créateur d’emplois non délocalisables, qui se met en place dans les territoires français.

Quel signal le Gouvernement envoie depuis Paris à tous ces acteurs, locaux, engagés pour une transition énergétique durable, locale et compétitive ?

En fragilisant le gaz, ce projet de RE2020 porte atteinte à une énergie et aux emplois qui en dépendent, et enraye aussi tout un processus de revitalisation des territoires. De nombreuses collectivités locales concédantes considèrent pourtant toujours le gaz naturel, comme un atout de leur développement économique.

ET POUR LES EMPLOIS DE LA FILIERE GAZIERE …

C’est la question de la pérennité de toute la filière gazière et de ses 130 000 emplois directs et indirects qui est tout simplement posée.

Les salarié(e)s du secteur du gaz, et de l’ensemble des filières industrielles qui y sont associées, sont collectivement très inquiets quant aux conséquences de telles décisions sur leurs emplois et la compétitivité de leurs entreprises.

L’ensemble des gaziers français, du groupe ENGIE, par ses 4 filiales d’infrastructures (GRDF GRTgaz, Storengy et Elengy) comme par son activité de fournisseur de gaz, ainsi que de toutes les Entreprises Locales de Distribution Gazières (Regaz, GreenAlp, R-GDS…) risquent d’être particulièrement touchés, et avec eux, des dizaines de milliers d’emplois indirects.

A l’heure où toutes les entités gazières s’engagent vers les énergies renouvelables et les gaz renouvelables, il est impératif et vital de réagir avec vigueur et force de conviction !

Il y va de notre avenir comme de notre crédibilité à contribuer activement à la Transition Energétique du pays, à son dynamisme industriel, à l’économie circulaire mais aussi et surtout à la pérennité d’infrastructures financées par les impôts de tous les français depuis 60 ans.

En signant cette pétition vous participez à préserver les tarifs, les emplois, la qualité et l’avenir du service public gazier. Il y va de notre avenir à toutes et tous !