Petition Closed

Call for a UN decision on crimes against humanity in Congo - Brazzaville

Call on crimes against Humanity in Congo-Brazzaville

Request for an urgent UN Security Council meeting on Congo-Brazzaville

 We citizens of Congo-Brazzaville, worried by the war behind closed doors, against the deprived civilian, urban rural populations which the authorities of Brazzaville impose on a certain category of fellow citizens and profoundly annoyed by the silence compromising democrats of the world and particularly the UN, the EU and France we seek your intervention in this dramatic and chaotic situation.

 Remembering the right words expressed with premonition 17 years ago, by professor Jean-Pierre Makouta Mboukou in his open letter sent on April 16th, 1999 to president Jacques Chirac, emphasizing : " ...What we ask to France and to yourself, is to remove the permanent "veto" imposed by France at every level, European and international, on all issues concerning the Congo-Brazzaville, to support the self-proclaimed regime, by forgetting that this procedure exposes the civilian populations to the programmed genocide. What we also ask French authorities and yourself, is to allow the implementation of the resolution no 867 of October 29th, 1997 of the United Nations Security Council on the unconditional withdrawal from national territory of all the foreign troops, mercenaries included." 

Noting that this premonitory appeal ignored at the time finds its relevancy today and reminds the whole world of the responsibility of France, tutelary power of its former colonies in the tragedies suffered the Congolese people for decades.

And whereas the General Sassou Nguesso and Congolese security forces, through their actions, are guilty of crimes against humanity with impunity in the full sight of the international community.

We get up this day, and we rebel against the deliberate acts of violation of human rights and the on-going crimes in the Republic of Congo, particularly in the southern districts of Brazzaville and in the Pool region, as a means of repression toward the popular will for change expressed in the polls during the March 20th 2016 presidential election.

In view of the above, we declare the following :

 1. It is time, more than time now for France to assume its responsibilities and answer the call of the martyred Congolese people.

In the past, France has exercised the right of veto against a UN resolution on the Congo, and President Jacques Chirac did not fail to rejoice upon "...the intervention of Angola in Congo-Brazzaville", confirming from 1998 to 2002, crimes against humanity the civilian population, in favour of undisclosed interests of those multinational companies, involving the Elf oil company, which later became Total-Elf.

This unjustifiable martyr testified at the time by François-Xavier Verschave, revealing that : " ... It's in vehicles recently delivered by France that the presidential camp of troops and militias swept Bacongo and Makélékélé. They were unleashed on this urban area, as crowded as Bordeaux. They have partially evacuated, "makes sorting" on output and devastated what remained - housing and human beings. With a double aim : a comprehensive looting and removal of all virtual or potential Ninjas, men and adolescents. House by house. More rapes, mutilations and massacres that stimulates this kind of expedition homicide "I saw people fleeing with a foam mattress which soldiers set on fire to turn them into living torches " ... Among the inhabitants of M'pissa neighborhood, many are pushed into the Congo River which carries their bodies." (In Noir Silence. Qui arrêtera la Françafrique ? Les Arènes, Paris 2000, p. 18).

 2. For not having defended democracy, the position of France has implicitly made possible the deepening human rights violations and the sacrifice of innocent human lives.

In recent years, especially throughout 2015, the Congolese people have questioned the French presidency on foreseeable risks induced by the constitution change project concocted by General Sassou Nguesso for the sole purpose of escaping to an end of reign scheduled for August 2016, deadline for his second and final term.

This call was confirmed by the new goal assigned by the International Francophone Organisation (OIF) which had revived the hope of the Congolese wretched of the earth, on the occasion of its fourteenth and fifteenth summit of the Francophonie, October 13th, 2012 in Kinshasa and Dakar in November 29th, 2014, when you could hear the French president said that : 

“...The third priority we must bear together as francophones is to contribute to the resolution of crises, whenever we are concerned ... And the last priority is democracy. The Francophonie must carry democracy, human rights, pluralism, respect for freedom of expression, affirmation that every human being must be able to choose their leaders ... “ ( Kinshasa).

And even better:

"...The Francophonie, it is mindful of the rules of democracy, freedom of voting, respect for constitutional order and aspiration of the people, of all people, to free elections ... where constitutional rules are abused where freedom is violated where change is prevented, I argue here that the citizens of these countries will always find in the francophone support necessary to uphold justice, law and democracy ... But also what the people of Burkina Faso did should make those who want to stay head of their country by violating the constitutional order think. Because it is the people who decide..." (Dakar).

How then do not question the possible and acceptable compromise to France when by the voice of its president François Hollande, she refused to hear the appeal of the Congolese people by supporting the violation of the Congolese constitution with one that appears now as his protege , declaring October 21, 2015 that : "... the President Sassou can consult his people , it's part of his right , and the people must answer ... "?

How not to become indignant when we know that foreign policy decisions by France, in particular with regards to its former colonies, as a permanent member of the Security Council, the mechanically override the votes of all members such as China, the United States of America, the Russian Federation and the United Kingdom ?

Thus allowed to carry out his project of presidency for life, his consummate package, General Sassou Nguesso promulgated his constitution guaranteeing impunity, and anticipating forcibly in any opacity, during the March 20th, 2016 presidential election.

3. The autocratic and dictatorial regime of Brazzaville denies the people the right to choose their representatives and with impunity plunges the country into chaos, deploys police repression and unprecedented violence against the civilian population, particularly in the Pool region.

To mark the rejection of the autocratic regime, the primary sovereign voted overwhelmingly on March 20th, 2016 for opposition candidates, thus confirming the elimination in the first round of General Denis Sassou-Nguesso.

To grab the victory at all costs of his defeat in the polls, General Sassou Nguesso has decided to impose himself perpetrating indiscriminate killings which are classified as crimes against humanity. This is the case since April 4th, 2016, with the fomented attacks in the southern districts of Brazzaville ( Bacongo, Makélékélé, M'Filou ) and worse, shelling with heavy weapons in populated localities of the Pool Department. These reprisals which can be assimilated to ethnic cleansing of part of the population in the case of Bakongo.

To justify this new war against its own civilians by way of the attacking forces, the Brazzaville authorities have created their own militias, falsely named Ninja or Nsilulu, to create a diversion. As one informed observer, present in Brazzaville states:

"...This is war imposed by a ruling clan against the Republican majority. These killings which are happening in the Pool are the work of a minority, people close to Sassou Nguesso and Sassou Nguesso himself as he allows it ..."

In view of the above,

We Congolese, together with all democrats in the world :

- Deplore the policy of double standards of France, OIF, EU and the UN, against the state terrorism practiced with international impunity by General Denis Sassou Nguesso for over thirty two (32) years.

- Therefore we call for an urgent meeting of the UN Security Council on the current massacres of civilians in the Pool region, Brazzaville, Pointe-Noire and other departments.

- Invite humanitarian organizations, affiliated to the United Nations system, including the International Red Cross, to intervene urgently to rescue the victims and populations to establish the responsibilities of on-going crimes.

- Accuse criminals, sponsors of these abuses, and reaffirm our commitment to seek the implementation of all procedures required for their crimes do not go unpunished.

- Call on the UN and the AU, to initiate the opening of a preliminary investigation for the establishment of a special tribunal on the Republic of Congo, the example of Rwanda.

Contact : alliance.acra@gmail.com

Paris, April 7th, 2016

The initiators

-Mawawa Mâwa-Kiese, Physicist, Lecturer, Former Member of Parliament and member of the Congolese Alliance for African Renaissance (ACRA) .
-Miayoukou Alexis-Richard, Former Adviser to the Prime Minister of the Transition and former parliamentarian.
-Ntoungamani Benjamin, Lecturer, President of the Platform against Corruption and Impunity ( PCCI ) .
-Yanguissa Joseph, Father and President of the registered political party in Congo, La Devise.
 

First signatories

-Balonda Justin, PhD in Law
-Dandila Justin, PhD in Law and member of the ACRA
-Manckessy Guy, Economist
-Samba Dia Nkoumbi Jean-Richard Amédée, Economist, Director of Nsimou YTV Managment

- Kihoulou Antoine Page, President of Kimpuanza
-Biango Mingwa, Project manager (Télécom)
-Ntchimou Mesmin, Member of  La Devise (England)
-Ndoba Magloire, Lecturer at University
-Facho Balaam Faustin, Lecturer at University
-Touanga Marcel, Retired colonel. President of the Collective of relatives of the victims and missing of the Beach.
-Pantou Eric, Lawyer at the Paris Court

-Ouabari Mariotti, Congo Ya Sika

-Otta William, Président of Parti du Peuple

- Abigna Marcel, lecturer

-Bavibidila Kousseng Roger, Lawyer and President of CERDDEV (Reflection Circle for Democracy and Development)
-Loubelo Eugène-Fernand, PhD in Neurosciences, Physiologist
-Moukala Ferdinand Justice, Heritage Management Advisor
-Malekat Jean Luc, Former Minister of Finance
-Loubaki Annie, financial accounting Agent
-Gbaguidi Nicole, Legal agent
-Mene Berre José Louis
-Gandou Philippe
 -Banzouzi Roch
-Mpoudi Lambert
-Nitou Samba
-Tsouares Paul
-Malanda Nelly
-Mahoukou Nina
 -Edzoutsa Gloria
 -Ibrahim
 -Massamba Delphin
 -Loukakala Matsiona Basile
 -Kanoukounou Casimir
 -Kivouvou Donatien
 -Goma Jean P.
 -Bothi Pouati
 -Bizitou Ange
 -Loufoua Roger
 -Kitemo Prince
 -Ndalla Fernand
 -Nkunku Lemba
 -Tchicaya-Felix Serge, Writer
-Kihindou Liss, Writer
-Moukala Ferdinand Justice, Lawyer, graduated in Political Science
-Mavoungou Pambou René, PhD in Ethnolinguists, member of UPC
-Mbuetani Madiela, Economist , promoter of free software ...
-Moutsila Benjamin, Retired Lecturer
-Bidounga Olivier, retired museum curator
-Colelat Marie Albert, retired university lecturer
-Manckassa Christian J. Claude, Management controller
-Mabandza Edouard, Social animator
-Moutsila Rosalie, Nurse

 

French Version 

Appel sur les crimes contre l’Humanité au Congo-Brazzaville.

Demande d’une réunion urgente du Conseil de Sécurité de l’ONU sur le Congo-Brazzaville

 Nous, citoyennes et citoyens du Congo-Brazzaville,

Préoccupés par la guerre à huis clos, contre les populations civiles, urbaines et rurales démunies, que le pouvoir de Brazzaville impose à une certaine catégorie de concitoyens, et, profondément indignés par le silence compromettant des démocrates du monde et particulièrement de l’ONU, de l’UE et de la France,

Nous remémorant les mots justes exprimés avec prémonition il y a 17 ans, par le professeur Jean-Pierre Makouta Mboukou, dans sa lettre ouverte adressée le 16 avril 1999 au président Jacques Chirac à savoir :

«… Ce que nous demandons, à la France et à vous-même, c’est de lever le « veto » permanent imposé par la France à tous les niveaux, européen et international, sur tous les dossiers concernant le Congo-Brazzaville, pour soutenir le régime autoproclamé, en oubliant que cette politique condamne les populations civiles au génocide programmé. Ce que nous demandons aussi à la France et à vous-même, c’est de permettre l’application de la résolution n° 867 du 29 octobre 1997 du Conseil de Sécurité des Nations Unies sur le retrait sans condition de toutes les troupes étrangères, mercenaires compris, du territoire congolais… ».

Constatant que cet appel prémonitoire ignoré en son temps retrouve aujourd’hui toute sa pertinence et rappelle aux yeux du monde entier la responsabilité de la France, puissance tutélaire de ses anciennes colonies, dans les drames vécus depuis plusieurs décennies par les populations congolaises.

Et, considérant que le Général Sassou Nguesso et les forces de sécurité congolaises, par leurs actes, sont coupables de crimes contre l’humanité en toute impunité au vu et au su de la communauté internationale ; 

Nous nous levons ce jour, et nous nous insurgeons contre les actes délibérés de violation des droits humains et les crimes en cours en république du Congo, particulièrement dans les quartiers sud de Brazzaville et dans la région du Pool, en répression à la volonté de changement des populations exprimée dans les urnes à l’occasion de l’élection présidentielle du 20 mars 2016.

Ainsi entendu, nous déclarons ce qui suit :

1.  Il est temps, plus que temps pour que la France assume à présent ses responsabilités et réponde à l’appel du Peuple congolais martyrisé.

Par le passé, la France a fait usage du droit de véto contre une résolution des Nations Unies sur le Congo, et le président Jacques Chirac ne manqua pas de se réjouir « … de l’intervention de l’Angola au Congo-Brazzaville », entérinant de 1998 à 2002, les crimes contre l’humanité des populations civiles, au profit des intérêts d’État inavoués et ceux des firmes multinationales, impliquant la société pétrolière Elf, devenue par la suite Total-Elf.

Ce martyr injustifiable témoigné à l’époque par François-Xavier Verschave, qui révélait que :

« … C’est à bord de véhicules récemment livrés par la France que les troupes et milices du camp présidentiel ont déferlé sur Bacongo et Makélékélé. Elles se sont déchaînées sur cette zone urbaine, aussi peuplée que Bordeaux. Elles l’ont partiellement évacuée, « fait le tri » à la sortie puis ravagé tout ce qui restait – habitations et êtres humains. Avec un double objectif : un pillage exhaustif, et l’élimination de tous les Ninjas virtuels ou potentiels, les hommes et les adolescents. Maison par maison. Plus les viols, mutilations et massacres que stimule ce genre d’expédition homicide : « J’ai vu des gens qui s’enfuyaient avec un matelas mousse auquel les militaires ont mis le feu pour les transformer en torches vivantes »… Parmi les habitants du quartier M’pissa, beaucoup sont poussés dans le fleuve Congo qui emporte leurs corps. » (dans Noir Silence. Qui arrêtera la Françafrique ? les arènes, Paris 2000, p. 18). 

 2.   Pour n’avoir pas défendu la démocratie, la position de la France a implicitement rendu possible l’aggravation des violations des droits et le sacrifice d’innocentes vies humaines.

Ces dernières années, notamment tout au long de l’année 2015, les Congolais ont interpellé la présidence française sur les risques prévisibles qu’induisait le projet de changement de constitution concocté par le Général Sassou Nguesso dans le seul but d’échapper à sa fin de règne prévue en août 2016, date limite de son deuxième et ultime mandat.

Cette interpellation se trouvait confortée par le nouveau cap que se donnait l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) qui venait raviver l’espérance des damnés de la terre congolaise, à l’occasion de ses XIVème et XVème sommets de la Francophonie, le 13 octobre 2012 à Kinshasa, et le 29 novembre 2014 Dakar, quand on pouvait entendre dire par le président français que :

« … La 3ème priorité que nous devons porter ensemble, les francophones, c’est de contribuer au règlement des crises, chaque fois que nous sommes concernés… Et puis, la dernière priorité, c’est la démocratie. La francophonie doit porter la démocratie, les droits de l’Homme, le pluralisme, le respect de la liberté d’expression, l’affirmation que tout être humain doit pouvoir choisir ses dirigeants... » (Kinshasa).

Et, mieux encore :

« … La Francophonie, elle est soucieuse des règles de la démocratie, de la liberté du vote, du respect des ordres constitutionnels et de l’aspiration des peuples, de tous les peuples, à des élections libres… Là où les règles constitutionnelles sont malmenées, là où la liberté est bafouée, là où l’alternance est empêchée, j’affirme ici que les citoyens de ces pays sauront toujours trouver dans l’espace francophone le soutien nécessaire pour faire prévaloir la justice, le droit et la démocratie… Mais aussi ce qu’a fait le peuple burkinabé doit faire réfléchir ceux qui voudraient se maintenir à la tête de leur pays en violant l’ordre constitutionnel. Parce que ce sont les peuples qui décident… » (Dakar).

Comment donc ne pas s’interroger sur la possible et inacceptable compromission de la France lorsque par la voix de son président François Hollande, elle a refusé d’entendre l’appel du peuple congolais en soutenant la violation de la constitution congolaise par celui qui apparaît désormais comme son protégé, en déclarant le 21 octobre 2015 que : « … Le président Sassou peut consulter son peuple, ça fait partie de son droit, et le peuple doit répondre … » ?

Comment ne pas s’indigner quand on sait que les décisions de politique extérieure prises par la France, notamment en ce qui concerne ses anciennes colonies, en sa qualité de membre permanent du Conseil de sécurité, emportent mécaniquement les décisions de l’ensemble des membres que sont la Chine, les États-Unis d'Amérique, la Fédération de Russie et le Royaume-Uni.

Ainsi autorisé à réaliser son projet de présidence à vie, son forfait consommé, le Général Sassou Nguesso a promulgué sa constitution lui garantissant toute impunité, et a anticipé manu militari, en toute opacité, un scrutin présidentiel le 20 mars 2016.

3.   Le régime autocratique et dictatorial de Brazzaville refuse au peuple le droit de choisir ses représentants et plonge impunément le pays dans un chaos, déploie une répression policière et une violence sans précédents contre les populations civiles, notamment dans la région du Pool.

Pour marquer le rejet de ce régime autocratique, le souverain primaire a massivement voté le 20 mars 2016 pour les candidats de l’opposition, consacrant ainsi l’élimination au premier tour du Général Denis Sassou-Nguesso.

Pour s’approprier à tout prix cette victoire perdue dans les urnes, le Général Sassou-Nguesso a décidé de s’imposer en perpétrant des tueries aveugles qualifiables de crimes contre l’humanité. C’est le cas, depuis le 04 avril 2016, des attaques fomentées dans les quartiers sud de Brazzaville (Bacongo, Makélékélé, M’Filou) et pire, les bombardements à l’arme lourde des localités habitées du département du Pool. Ces représailles s’assimilent à une épuration ethnique d’une partie de la population en l’occurrence Bakongo.

Pour justifier cette nouvelle guerre contre ses propres populations civiles, en guise de forces armées assaillantes, le pouvoir de Brazzaville a fabriqué ses propres milices, affublées des noms Ninja ou Nsilulu, pour faire diversion. Comme l’indique un observateur averti, présent à Brazzaville,

« … C'est la guerre qu’impose un clan au pouvoir contre la majorité républicaine. Ces tueries qui sont en train de se produire dans le Pool sont le fait d'une minorité, des gens proches de Sassou Nguesso et de Sassou Nguesso lui-même parce qu’il laisse faire… »

 Au regard de ce qui précède,

Nous Congolaises et Congolais, associés à tous les démocrates du monde,

- Déplorons la politique de deux poids deux mesures de la France, de l’OIF, de l’UE et de l’ONU, face au terrorisme d’État, pratiqué en toute impunité internationale, par le Général Denis Sassou Nguesso depuis plus de trente deux (32) années.

- Demandons par conséquent une réunion urgente du Conseil de Sécurité de l’ONU, sur les massacres actuels des populations civiles de la région du Pool, de Brazzaville, de Pointe-Noire ainsi que des autres départements.

- Invitons les organisations humanitaires, affiliées au système des Nations Unies, notamment la Croix Rouge Internationale, d’intervenir dans l’urgence pour secourir les populations victimes et pour constater les responsabilités sur les crimes en cours.

- Accusons de criminels, les commanditaires de ces exactions, et réaffirmons notre engagement à demander la mise en œuvre de toutes les procédures nécessaires pour que leurs actes criminels ne restent pas impunis.

- Demandons à l’ONU et à l’UA, l’ouverture d’une enquête préliminaire, en vue de la mise en place d’un tribunal spécial sur la République du Congo, à l’exemple du Rwanda.

Contacts : alliance.acra@gmail.com ; 

Fait à Paris, le 7 avril 2016

Les initiateurs

Mawawa Mâwa-Kiese, Physicien, Enseignant-Chercheur, Ancien parlementaire et membre de l’Alliance Congolaise pour la Renaissance Africaine (ACRA).
Miayoukou Alexis-Richard, Ancien Conseiller du premier ministre de Transition et ancien parlementaire.
Ntoungamani Benjamin, Enseignant-Chercheur, Président de la Plate-Forme Contre la Corruption et l’Impunité (PCCI).
Yanguissa Joseph, Abbé, président de la Devise (Parti politique).
 
 Premiers signataires

Pantou Eric, Avocat au Barreau de Paris

Ouabari Mariotti, Congo Ya Sika

Otta William, Président Parti du Peuple

Bavibidila Kousseng Roger, Avocat et Président du CERDDEV (Cercle de Réflexion pour la Démocratie et le Développement)  

Kihoulou Antoine Page, Président de Kimpuanza

Biango Mingwa, Chef de projets « Télécom »

Ndoba Magloire, Professeur d’Université

Abigna Marcel, Universitaire

Malekat Jean Luc, Ancien Ministre des Finances

Balonga Justin, Docteur en Droit, Dandila Justin, Docteur en Droit et membre de l’ACRA
Manckessy Guy, Économiste
Samba Dia Nkoumbi Jean-Richard Amédée, Économiste, Directeur de Nsimou YTV Management
Ntchimou Mesmin, Membre de la Devise, Angleterre
Facho Balaam Faustin, Professeur d’Université
Touanga Marcel, Colonel à la retraite. Président du Collectif des parents des victimes et disparus du Beach.

Louzala Maurille, Enseignant de Mathématiques, responsable politique

Moukanda Mbango Franck, PhD
Loubelo Eugène-Fernand, Docteur en Neurosciences, Physiologiste.
Moukala Ferdinand Justice, Conseiller en Gestion de Patrimoine

Malalou Koumba Gertrude Bienvenue, Nutritionniste et Professeure de Biotechnologies

Moukolo-Demaquaillas Raoul

Tamba-Tamba Sanellie, Informaticienne, Présidente Association Terre et Famille
Loubaki Annie, Cadre comptable financier
Gbaguidi Nicole, Cadre juridique
Mene Berre José Louis, Ingénieur, promoteur de la Fédéralitude en Afrique
 Gandou Philippe
Banzouzi Roch
Mpoudi Lambert
Nitou Samba
Tsouares Paul
Malanda Nelly
Mahoukou Nina
Edzoutsa Gloria
Tchidekele Pauline

Ibrahim El Ali

Bikindou P. Laure

Matondo

Mbemba Bruno, Enseignant en Suisse
Massamba Delphin
Loukakala Matsiona Basile
Kanoukounou Casimir
Kivouvou Donatien
Goma Jean P.
Bothi Pouati
Bizitou Ange
Loufoua Roger
Kitemo Prince
Ndalla Fernand
Nkunku Lemba
Tchicaya-Felix Serge, Ecrivain
Kihindou Liss, Ecrivain
Moukala Ferdinand Justice, Juriste, Diplômé en sciences politiques
Mavoungou Pambou René, Ethnolinguiste
Mbuetani Madiela, Économiste, promoteur des logiciels libres…
Moutsila Benjamin, Professeur à la retraite
Bidounga Olivier, Conservateur de musée à la retraite
Colelat Marie Albert, Professeur d’Université à la retraite
Manckassa Christian J. Claude, Contrôleur de Gestion
Mabandza Edouard, Animateur Social
Moutsila Rosalie, Infirmière
 
 
 
 
 
 
 
 

This petition was delivered to:
  • Bernard Henri Levy
  • Gaspard Gantzer
  • Isabelle SIMA
  • Alice RUFO
  • Michelle Obama
  • Uzra Zeya
  • kerrie@nytimes.com
  • President of the French Republic
    François Hollande
  • Chancellor of Germany
    Angela Merkel
  • Xi Jinping
  • David Cameron
  • Vladimir Poutine
  • Barak Obama
  • Ban Ki-Moon
  • Michaelle Jean
  • Donald Tusk


ORGANISATIONS CONGOLAISES started this petition with a single signature, and now has 1,282 supporters. Start a petition today to change something you care about.