Victoire

Avec le soutien de l 'Association Serge Rouellé "Droits et Dignité des Résidents en Etablissements et de leurs familles"

Cette pétition a abouti avec 563 signatures !


Il faut prendre en compte les signalements des familles et des résidents. Ils disent vrai pour la plupart. Vous devez les entendre et traiter leur signalement et les plaintes qu'ils vous adressent. Vous devez agir pour leur bien être, leur sécurité. Il n'y a pas que l'hébergement ;  il y a plus important : il y a le respect des hommes, le respect de la fragilité de la personne âgée, de ses angoisses et de ses souffrances et son bien être : être en maison de retraite devrait être comme être dans sa maison : ne pas imposer des rythmes de vie non conforme, des toilettes forcées, des mises sous protection injustifiées, une surmédicamentation qui détruit (20 médicaments par jour quelquefois). Arrêtez et revenez à du sensé : la maison de retraite doit être un lieu de vie, un vrai lieu de vie et c'est pour cela que vous ne pouvez admettre des comportements inadmissibles voire violents à l'égard des personnes âgées. Un simple outil pour les professionnels de santé qui doit être obligatoire : un livret de bientraitance. Je l'ai construit et je vous l'envoie afin que vous le mettiez en place dans tous les établissements pour personnes âgées après en avoir pris connaissance c'est un simple petit livret plein de bon sens et d'humanité

LIVRET

DE  BIENTRAITANCE

   Mesdames, Messieurs,

 Vous avez entendu parler de maltraitance en institution et comme nous, vous la redoutez.

 

Engagées dans une démarche qualité  depuis avril 2009, nous avons  choisi d’être dans une transparence et une recherche d’approfondissement de bien-être pour tous : tant au niveau de la satisfaction des résidents et de leurs familles, que celle des professionnels travaillant au sein des deux structures.

 

C’est pourquoi nous préférons  vous parler du contraire, c'est-à-dire de la BIEN – TRAITANCE, tous ces gestes et attitudes quotidiens qui donnent sens à notre métier, qui font que nous ne sommes pas seulement des professionnels fiables, mais aussi des êtres humains qui souhaitent témoigner de leur éthique.

 

Ces bonnes pratiques formalisent la réflexion déjà menée et témoignent que la BIEN – TRAITANCE est une recherche permanente dans nos structures.

 

Nous avons souhaité apporter une réponse toujours plus personnalisée, toujours plus adaptée aux besoins de chaque résident.

 

Quelle que soit cette réponse, elle est pour nous le gage d’une relation vivante, à la personne âgée que nous accueillons.

 

 

La Directrice : Nelly Zanetti

 

Ce que nous pouvons vous apporter :

 1.LE RESPECT

 Etre à l’écoute de chaque personne âgée,

 Respecter les choix personnels du résident,

 Etre à l’écoute de ses désirs, en tenant compte de leurs évolutions dans le temps,

 Respecter le souhait de la personne quant à son heure de lever, dans les limites des contraintes institutionnelles,

 Ne pas imposer à la personne une activité d’animation, ni l’en exclure,

 Demander à la personne ce qu’elle aime faire et ce qu’elle aimerait découvrir,

 Permettre  d’organiser la chambre suivant les goûts de la personne en respectant l’ordre des objets,

 Recueillir au fur et à mesure du temps, l’histoire de vie et les éléments importants pour avoir un relationnel de qualité,

 Respecter les croyances individuelles,

 Proposer de la musique ou la télévision selon les goûts des résidents.

 2.LES PLUS FRAGILES FACE A L’INSTITUTION

  Rassurer avant tout,

 Expliquer clairement le fonctionnement de l’institution,

 Expliquer en détail ce qui est fait et ce qui va être fait,

 Avoir un comportement adapté à chaque situation et prendre le temps pour chaque geste,

  Garder l’idée que malgré son handicap ou sa maladie, la personne âgée comprend ce qui se passe même si elle ne le dit pas toujours comme les autres,

  Proposer son aide, même si la personne n’ose pas ou ne peut pas la demander,

  Prêter une grande attention au cadre et à l’environnement de vie de ceux qui ne s’expriment plus,

 Quand un résident s’oppose aux repas ou aux soins, réinventer l’approche et les solutions proposées à chaque occasion.

 3.LA COMMUNICATION ET LES ECHANGES

 Parler aux personnes avec douceur,

  Expliquer à chaque fois la raison de la venue dans la chambre,

  Eviter l’intrusion dans la communication,

 Se mettre face au résident chaque fois qu’on lui adresse la parole,

 S’approcher de la personne en douceur et se mettre à la hauteur de la personne pour lui parler,

 Vouvoyer les résidents (tutoiement et utilisation du prénom sur demande du résident avec traçabilité),

 Etre attentif lorsque la personne parle,

 S’assurer de la bonne compréhension de l’information par le résident,

 Respecter le silence du résident et son envie d’être seul,

 Communiquer : c’est parler, mais aussi écrire, toucher, regarder et sourire,

 Adapter sa communication aux résidents,

 Ne jamais avoir une discussion entre collègues sans tenir compte du résident présent,

 Solliciter la personne âgée même si on croit connaitre la réponse,

 Face à une attitude d’hostilité, chercher à l’analyser, y répondre en équipe, et éviter la situation à risques si elle est identifiable,

 4 LA MOBILITE

 Prévenir la personne en fauteuil roulant en arrivant derrière elle ou lors d’un déplacement,

 Faire avancer la personne en fauteuil toujours vers l’avant,

 Ne pas aller trop vite lors d’un  déplacement d’une personne en fauteuil roulant,

 Mettre les pieds des résidents sur les cale-pieds des fauteuils pour veiller à leur confort,

 Adapter le  fauteuil roulant  à la taille et aux besoins de chaque personne,

 Déplacer une seule personne en fauteuil roulant à la fois,

 Dire à la personne où elle est conduite,

 Installer le résident près de la table et l’orienter dans le sens de l’activité qui est proposée,

 Faire en sorte que le résident soit bien installé dans son siège, qu’il ne risque pas de glisser,

 Laisser les résidents libres de leurs mouvements : ne pas utiliser la contention abusivement, ne pas fermer leur porte à clé, ni mettre les freins à leur fauteuil arbitrairement dans la limite d’une prise de risque raisonnable pour la personne âgée ou son entourage.

5    LES REPAS

 Pour aider une personne à manger, se mettre à sa hauteur, s’asseoir à côté d’elle,

 Ne pas obliger le résident à manger en cas de refus, en parler alors en équipe au moment des transmissions pour prendre une décision commune,

 Laisser la personne désorientée manger avec ses doigts si elle le souhaite,

 Préservez la dignité des résidents qui ont des difficultés à s’alimenter seules,

 Adapter la texture des aliments aux goûts et aux besoins des résidents,

 Veiller à l’apparence et à la présentation des assiettes et plats,

 Préciser  aux personnes ce qui est servi  et ce qu’il y a sur le plateau, situer également chaque chose pour les personnes malvoyantes,

 Proposer à boire très régulièrement et sous différentes formes,

 Permettre aux résidents de manger en chambre à certains moments de leur vie,

  6    LA NUIT

Répondre aux sonnettes avec rapidité pour anticiper les risques d’angoisse,

En cas d’attente, l’expliquer à la personne

 Respecter les habitudes d’endormissement (lumière, portes, volets,…),

 Adapter l’heure du coucher aux préférences des résidents,

 Donner aux personnes la possibilité d’une collation la nuit, si elles le souhaitent,

 Un résident a le droit de déambuler,

 Eviter l’utilisation systématique de contentions et ou barrières pour les résidents déambulants afin de limiter  le risque de chute aggravée,

 Adapter le moment des changes et les protections selon les résidents.

 7    LES MOMENTS DE DETRESSE

 Ecouter la personne, être attentif à sa détresse,

 Rassurer une personne inquiète ou angoissée,

 Faire le nécessaire pour le confort et le bien être,

 Chercher ensemble des solutions,

 Prendre la détresse au sérieux et l’accepter comme un moment de la vie,

 Etre présent sans forcément intervenir de façon volontariste,

 Accepter les changements d’humeur des résidents,

 Accepter qu’une personne âgée reste seule si elle le souhaite,

 Avoir éventuellement recours à l’aide d’un psychologue,

 Quand le résident parle de la mort, ne pas fuir le sujet : manifester que l’équipe est là.

8   L’IMAGE DE SOI

  Laisser aux personnes le choix de leurs vêtements le matin,

 Soigner l’apparence des personnes (rasage, maquillage, coiffure, habillage,…),

 Soigner l’ensemble du corps des personnes,

 Veiller aux accessoires chers aux personnes, leur montre, leurs bijoux, …

Positivez l’image de la personne (dessins, photos, productions,objets…),

9    L’INTIMITE

 Frapper avant d’entrer dans une chambre et attendre la réponse de ceux qui peuvent s’exprimer,

 Fermer la porte de la chambre pendant un soin ou une toilette,

 Ne pas faire les soins et les pansements dans la salle d’animation ou dans les locaux communs,

 Veiller à ne pas laisser la personne découverte, si on doit s’absenter pendant un change ou une toilette,

 Ne pas dévêtir entièrement la personne lors de sa toilette,

 Couvrir  le résident lorsqu’on l’emmène à la douche,

 Laisser la personne seule dans les toilettes quand c’est possible,

 Adapter le plan de soins à l’état de santé du résident,

  Ne pas interdire, ni juger les résidents sur leur sexualité librement consentie,

 Passer régulièrement dans les chambres pour éviter le sentiment de solitude.

 10     LA FIN DE VIE

Etre présent lors de la fin de vie et continuer à communiquer jusqu’au bout,

 Utiliser tous les modes de communication : parole, regard, toucher, respiration,

 Respecter les croyances du résident,

 Etre attentif à tous les signes de douleur, même s’ils ne sont pas dits, et chercher à les soulager par des moyens thérapeutiques ou relationnels,

 Veiller au confort, à la propreté, à l’apparence de la personne en fin de vie,

 Aider le résident à formuler ses dernières volontés,

 Veiller à ce qui est dit dans la chambre de la personne en fin de vie, que les propos tenus la concernent ou non,

 Donner la possibilité à la famille d’accompagner son parent jusqu’au bout,

 Veiller à ce que la fin de vie soit entourée par le recueillement et à ce que le calme soit préservé dans, et autour de la chambre.

CE QUE VOUS POUVEZ NOUS APPORTER :

Respect et patience,

 La courtoisie dans vos demandes,

 La compréhension vis-à-vis de la maladie et des troubles du comportement que vous rencontrez,

 L’adaptation  à la vie en collectivité,

 Vous attendez du respect de la part des autres résidents, manifestez-en aussi à leur égard,

 Respecter  les règles de droit  établissant ce que l’on ne peut pas faire, ni imposer ce que l’on veut à une personne âgée, « même pour son bien » (contentions, repas, propreté…..),

 Nous cherchons à vous faire participer, vous, familles, au bien être de vos proches. Merci de nous aider à construire la meilleure vie possible pour le résident.

 NOTRE OBJECTIF :

 Donner tout son sens au mot « Accompagnement », c'est-à-dire « marcher au pas de l’autre » - «marcher au pas de celui qui est le plus dépendant».

  NOTRE METIER

 Accompagner des personnes âgées plus ou  moins dépendantes afin de leur assurer un bien être quotidien, heureux et digne.

 

                                

NOTRE ENGAGEMENT

 Donner une réponse professionnelle, humaine et de qualité à toutes les formes de dépendance dans le cadre d’une prestation personnalisée et adaptée.

  NOTRE RESPONSABILITE

 Accompagner le résident et sa famille à traverser sereinement tous les moments de sa vie où le mot « Accompagnement » doit prendre tout son sens.



nelly compte sur vous aujourd'hui

nelly ZANETTI a besoin de votre aide pour sa pétition “Avec le soutien de l 'Association Serge Rouellé "Droits et Dignité des Résidents en Etablissements et de leurs familles"”. Rejoignez nelly et 562 signataires.