Un service public de l'internet, avec une offre minimale Haut Débit à 20Mbits

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


Aujourd'hui la France de l'internet est à 3, voire 4 vitesses.

Ceci qui provoque une distorsion et une inégalité d'usage et de développement économique des différents territoires, que l'on soit dans une grande métropole, dans une petite ville de province, dans un bourg ou encore dans un village.

Un retard considérable a été pris dans le maillage de notre pays, niant l'enjeu fondamental d'aménagement du territoire et d'égalité des citoyens pour l'accès aux réseaux numériques.

A l'heure de ce que l'on appelle communément la Révolution Numérique, il n'est plus temps de tergiverser ou de chercher à s'exonérer de ses responsabilités.
Une priorité absolue doit être mise en place avec un plan d'investissement d'envergure avec obligation de résultat à très court terme afin d'assurer à chacun un droit au désenclavement numérique - au même titre que ce qui fut fait en d'autres temps pour des réseaux qui nous semblent aujourd'hui naturels tel que l'accès à la téléphonie, à l'eau, l'électricité, les routes... - et ce à un tarif proportionnel au débit offert par rapport aux services apporté dans les grandes métropoles.

Enjeu de développement territorial, la fin des "déserts numériques" offrira de formidables opportunités à tout un ensemble d'entreprises et de citoyens.

Pouvoir se "décentraliser" partout en France, c'est aussi pouvoir profiter des qualités et opportunités qu'offre chaque région, chaque département, chaque ville et village de notre pays.

C'est en déplaçant le travail et non plus les Hommes, que l'on apporte :

  • Une réponse souple aux enjeux écologiques du déplacement qui étouffe aujourd'hui nos grandes cités
  • Une réponse de santé publique à cette fatigue et ses conséquences (57% des accidents du travail se produisent sur le trajet Domicile-Travail...) que subissent les hommes et femmes contraintes à plusieurs heures de transports par jour, 
  • Une réponse qualitative en termes de choix de lieux de vie, avec la réelle possibilité de télétravail, de développement du "CoWorking Rural", de décentralisation de nos entreprises,
  • Le développement d'une industrie nouvelle et de proximité grâce aux nouvelles technologies de dématérialisation/re-matérialisation via les imprimantes 3D, ouvrant au premier employeur de France que sont les artisans un champ des possibles qui leur est aujourd'hui refusé.

Il est paradoxal de constater qu'il est plus simple aujourd'hui de faire exécuter  un travail ou un service dans des pays lointains à bas coût salarial mais avec un bon débit internet, qu'au milieu de la Normandie, inaccessible par réseau numérique !

Le gain ne se fait pas sur le coût du travail, mais sur un ensemble créant un différentiel artificiel, avec d'un côté :

  • Des transports peu coûteux mais polluant (l'addition toutefois se rapprochant), 
  • Un travail bon marché (distorsion de protections sociales), 
  • Une accessibilité numérique offrant suivi, contrôle, et effaçant la distance dans le quotidien,

Alors que nous pourrions avoir grâce à un aménagement de notre territoire national juste évident :

  • Des transports et échanges limités avec une proximité production/consommation, (réponse écologique intéressante), 
  • Un travail justement rémunéré avec une diminution des charges liées entre autres à une baisse immédiate du chômage et donc de son coût, (civisme social), 
  • Une relance de la consommation interne, des carnets de commandes qui se remplissent (consommation et économie responsable),
  • Une accessibilité numérique offrant suivi, contrôle, et effaçant la distance dans le quotidien, avec une économie certaine sur ces postes de direction grâce à un management plus horizontal qu'offre une culture partagée... (management collaboratif),
  • Le développement d'entreprises et autres activités connexes au développement ainsi généré... (économie de proximité)...

Bref, le politique doit reprendre en main les grands enjeux du développement économique de notre pays, en offrant à tous, entrepreneurs et citoyens, la possibilité de s'accomplir dans un environnement nécessairement connecté



Eric compte sur vous aujourd'hui

Eric GARNIER a besoin de votre aide pour sa pétition “Autorité de régulation des communications électroniques et des postes: Un service public de l'internet, avec une offre minimale Haut Débit à 20Mbits”. Rejoignez Eric et 12 signataires.