Autorisez l'entrée au Canada des étudiants français de premiere année d'université

Autorisez l'entrée au Canada des étudiants français de premiere année d'université

0 a signé. Prochain objectif : 2 500 !
Quand elle atteindra 2 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !
Collectif Parents et Etudiants Français au Canada a lancé cette pétition adressée à Isabelle Hudon (Ambassadrice du Canada en France) et à

 

Nous sommes un groupe de citoyens français dont les enfants sont admis en 1ère année dans différentes Universités Canadiennes, principalement au Québec. Nos enfants sont directement touchés par les restrictions de voyage mises en place par le Gouvernement Canadien en raison de la pandémie de COVID-19, restrictions qui ont impact négatif considérable sur leurs études et les placent dans une grande incertitude.

Dans le cadre de cette pandémie, le Canada a mis en place de fortes restrictions d’accès à son territoire, comme l’ont fait de nombreux autres pays.

Toutefois, le Canada exonère certains étudiants étrangers de ces restrictions de voyage, qui ne sont pas applicables aux étudiants étrangers possédant déjà un permis d'études valide ou un permis d'études ayant été approuvé avant le 18 mars 2020.

Cette date limite du 18 mars 2020 interdit cependant, de fait, aux seuls étudiants internationaux (notamment français) de 1ère année d’entrer au Canada pour démarrer leurs études supérieures dans leur université pour le semestre d’automne 2020 (les étudiants de 2ème, 3ème, 4ème année possédant eux, bien entendu, déjà un permis d’étude).

Cette date limite du 18 mars 2020 a d’ailleurs récemment été levée pour les étudiants américains (pays dans lequel l’épidémie de COVID-19 reste particulièrement virulente), qui peuvent donc entrer au Canada pour poursuivre ou commencer leurs études quelle que soit la date à laquelle leur demande de permis d’étude a été approuvée.

Cette différence de traitement entre les étudiants de 1ère année et les autres, et entre les étudiants de 1ère année américains et les étudiants de 1ère année français, est, selon nous, injuste, inappropriée et ne repose sur aucune logique sanitaire.

Nous insistons sur le fait que :

- L’éducation et l’enseignement supérieur sont essentiels et non-discrétionnaires.

- La 1ère année d’études à l’Université est particulièrement décisive pour le reste de la scolarité des étudiants français au Canada.

- Le décalage horaire important entre la France et le Canada ne leur permettra pas de suivre certains cours (ou les obligera à les suivre la nuit), ce qui affectera considérablement leur apprentissage, leurs résultats et les bénéfices qu’ils peuvent retirer de leurs études supérieures au Canada.

- Tous les étudiants français ne bénéficient pas chez eux des ressources adéquates pour suivre correctement les cours en ligne (internet haut débit, matériel pédagogique, accès à la bibliothèque, matériel de laboratoire  etc…).

- Les étudiants français constituent historiquement une grande partie du corps étudiant au Canada, particulièrement au Québec. Cette présence des étudiants français est le reflet des relations profondes qui unissent la France et le Canada, notamment le Québec, et d’une politique volontaire visant à favoriser, depuis plusieurs dizaines d’années, la mobilité des étudiants entre la France et le Canada, particulièrement le Québec.

- La France accueille ainsi sur son territoire les étudiants canadiens sans discrimination d’année d’étude depuis le mois de juillet 2020. La réciprocité en la matière s’impose.

- Les étudiants français ne peuvent plus, à ce stade se tourner vers des études en France ou dans d’autres pays étrangers, les périodes de demandes d’admission étant clôturées.

- La plupart des résidences universitaires et des campus sont ouverts au Canada, notamment au Québec. La vie s’y organise et certaines activités présentielles (y compris des cours, laboratoires, ateliers, etc.) reprennent, dans le respect de mesures sanitaires appropriées. L’expérience d’un étudiant obligé de rester en France ou dans son pays de résidence n’aura donc rien à voir avec celle d’un étudiant présent au Canada.

- Tous les étudiants étrangers arrivant au Canada doivent respecter une quarantaine stricte de 14 jours : les étudiants français de 1ère année seraient bien entendu soumis à la même période de quarantaine, ce qui protègerait de fait le Canada de tout risque sanitaire.

Nous demandons donc aux Gouvernements Canadien, Québécois et Français de parvenir de toute urgence à un accord permettant l’entrée au Canada des étudiants français admis en 1ère année dans une Université au Canada, notamment au Québec, à l’image de ce qui a été fait pour les étudiants américains, en supprimant pour eux cette date limite du 18 mars 2020 et en accélérant l’approbation de leurs permis d’études (ou en permettant aux étudiants français de l’obtenir à leur point d’entrée au Canada).

0 a signé. Prochain objectif : 2 500 !
Quand elle atteindra 2 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !