Augmentation des frais bancaires : Non à la spoliation opérée par les banques

Augmentation des frais bancaires : Non à la spoliation opérée par les banques

0 a signé. Prochain objectif : 100 !
Quand elle atteindra 100 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
Patrick DARBEAU a lancé cette pétition adressée à M. Jean-François GIRAUD (Président du Credit Agricole Centre France) et à

Augmentation des frais bancaires : Non à la spoliation opérée par les banques

Nous ne sommes pas des citrons !

Depuis 2018, nous assistons à une envolée des tarifs de banque, notamment ceux du Crédit Agricole Centre France. Nous avons opéré quelques comparaisons de l'évolution de ces tarifs depuis 2010.

Nous constatons une hausse de 30 % des frais de tenue de compte par rapport à 2019 (1,30 € en 2020 contre 1,00 € en 2019, alors que c'était gratuit en 2010).

Les frais d'opposition d'un chèque perdu (établi à 14.15 € en 2010) passe de 16,00 € en 2018 et à 20,00€ en 2020 ; les frais de réédition d'un relevé ( gratuit en 2010) passe à 15,00 € en 2020.

Quant aux frais de transfert de produit d'épargne sur une autre banque, ils passent de 76,00 € en 2010, à 105,00 € en 2017, 135,00 € en 2018, 150,00 € en 2020 (soit + 97 % en 10 ans !). C'est anormal de devoir débourser 150 € pour changer de banque et contraire au principe de la libre concurrence.

Dans le même temps, le tarif des lettres d'information préalable en cas d'incident de paiement passe de 15,00 € en 2019 à 25,00 € en 2020 (soit + 66.66 % en 1 an !).

Tout comme le changement de compte à débiter dans le cadre d'un prêt bancaire, le tarif passe pour cette simple opération, de 20.85 € en 2010 à 28,00 € en 2017, et 35,00 € en 2020 (+ 25 % en 2 ans).

C'est proprement inacceptable, sachant que les revenus des citoyens stagnent voir régressent notamment pour les fonctionnaires, les agriculteurs, les retraités !

Rappelons qu'avec 865 970 clients, 226 points de vente, 415 distributeurs automatiques, 670 114 dépôts à vue et 73 000 000 connexions internet, le Crédit Agricole Centre France est la première banque régionale : 1 habitant sur 2 est client, 4 agriculteurs sur 5 sont clients, près de 3 entreprises sur 5.

Selon Le Parisien du 17 décembre 2019, "En 2019, en raison de la mobilisation des Gilets jaunes, les banques avaient gelé voire légèrement diminué les frais bancaires. 2020 devrait jouer une autre partition avec la moitié des banques qui ont prévu d'augmenter les tarifs sur des services dont certains vont progresser de l'ordre de 5 %. Avec des taux d'intérêt au plus bas, les établissements bancaires qui ne gagnent pratiquement plus rien avec les prêts immobilisés doivent trouver d'autres sources de revenus."

Source : http://www.leparisien.fr/economie/vers-une-hausse-des-frais-bancaires-en-2020-17-12-2019-8218962.php

Selon une étude du site spécialisé Moneyvox (voir https://vu.fr/ccQ4 cinq tarifs vont flamber à partir du 1er janvier 2020 et cite en exemples :

+4,9% pour le retour des lettres non réceptionnées
+4,8% pour l’envoi du chéquier
+4% pour le virement en agence
+3,9% pour une carte bancaire flambant neuve
+3,1% pour le transfert du PEL

Or, comme le montre l'extrait du barème tarifaire cité plus haut, on est loin du compte au Crédit Agricole Centre France, une banque parmi d'autres qui pratique la spoliation de ses clients en appliquant des hausses de 30%, voir 66 % et plus en un an !

Toujours selon le site spécialisé, la hausse des tarifs bancaires serait inéluctable. D’autant plus que l’environnement dans lequel les banques gravitent s’avère de plus en plus hostile à leur modèle économique. Avec la persistance des taux bas, leurs revenus tirés du crédit s’en trouvent mis à mal. Il est également plus difficile de vendre des produits d’épargne compte tenu de la faiblesse des rendements des best-sellers (PEL, fonds euros…). De même, le paysage bancaire n’est plus tout à fait le même. Il a été chamboulé par la diffusion des banques en ligne (Boursorama, ING, Fortuneo) et l’arrivée des néobanques (N26, Revolut, Bunq…).

AUTANT DE MOTIFS DONT NOUS CITOYENS NE SOMMES PAS RESPONSABLES !

Pour dégager des revenus supplémentaires, les banques s’accordent aussi pour sanctionner les clients négligents avec leur carte bancaire. Plus d’un établissement sur 2 ayant sorti sa brochure 2020 prévoit en effet de facturer plus cher la réédition du code secret (pour un surcoût moyen de 1,4%, à plus de 9 euros le service). De la même manière, plus d’une enseigne sur 3 s’apprête à revaloriser le tarif de la refabrication de la carte (+3,9%, à 13 euros l’opération en moyenne).

Le découvert bancaire ponctuel – celui qui n’est pas couvert par le plafonnement mis en place en 2019 – risque aussi d’être plus onéreux au regard des premières plaquettes. Pour ce faire, les enseignes ont choisi de jouer sur le prix des lettres d’information - ces courriers censés prévenir leur client d’un incident de paiement - dont le coût n’est pas régulé.

Dans une étude réalisée par le cabinet Sémaphore Conseil portant sur le coût des services bancaires, la France a enregistré une hausse vertigineuse de 1000 % sur une période de 10 ans. Cette augmentation notable a été constatée sur les 18 banques étudiées pour le compte des Échos.

Nous ne sommes pas des citrons ! Ca suffit !

Les Clients des banques et tous les citoyens doivent aujourd'hui se mobiliser pour refuser ces tarifs excessifs. La lutte des gilets jaunes a pu faire reculer certaines d'entre elles en 2019, mais ce n'est pas suffisant.

Signons et faisons signer cette pétition pour que les banques qui vivent de notre argent, pratiquent des prix acceptables notamment pour les plus modestes d'entre nous, pour que les pouvoirs publics encadrent d'urgence leurs tarifs.

LES CITOYENS QUE NOUS SOMMES N'EN PEUVENT PLUS D'ENRICHIR LES BANQUIERS ET LEUR ACTIONNAIRES

NON A LA SPOLIATION DES CITOYENS PAR LES BANQUES

0 a signé. Prochain objectif : 100 !
Quand elle atteindra 100 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !