Contre l 'obligation du port du masque obligatoire à l' école primaire

Contre l 'obligation du port du masque obligatoire à l' école primaire

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !
Quand elle atteindra 1 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
cross 215 a lancé cette pétition adressée à Au préfet de la région Occitanie , au Maire de Toulouse et au Directeur du rectorat de Toulouse et à

Au préfet de la région Occitanie Midi Pyrénées Méditerranée, au Maire de Toulouse et au Directeur du rectorat de l académie de Toulouse.


En tant que parent d élève de notre fille en CE1 dans une école de Toulouse, je vous fait part de notre désaccord , de notre colère et de notre inquiétude quant a la demande du port du masque obligatoire pour les jeunes enfants à partir de 6 ans.
 
L impact physique et psychologique d une telle mesure est une maltraitance envers nos enfants.
 
De plus, un masque mal utilisé, comme tout le monde le sait aujourd hui, est absolument inutile et même contre indiqué.
Alors que ni les adultes, ni les adolescents n ont  l habitude de vivre comme si ils étaient dans une salle de chirurgie, comment penser  qu’ un enfant en primaire ne touchera pas son masque ?
 
Dans le rapport de l’ OMS sur les . -Conseils sur le port du masque dans le cadre de laCOVID-19-Conseils sur le port du masque dans le cadre de laCOVID-19, il est écrit page 5  à propos de l usage du masque par les soignants: “En portant un masque médical sans interruption pendant les heures de travail, les soignants devront veiller : ­à changer de masque lorsqu’il est humide, sale ou endommagé ; ­à ne pas toucher le masque pour l’ajuster ou le déplacer du visage pour un motif quelconque – auquel cas il faudra l’ôter en toute sécurité et le remplacer – et à bien se laver les mains “
J en conclus donc que les enfants devront changer leurs masques tous les 5 minutes au minimum ?
 
Ensuite toujours  selon le rapport de l OMS ,les effets indésirables/inconvénients potentiels  dans le grand public sont les suivants (extraits) : 
 
le port du masque par des personnes en bonne santé peut notamment présenter les désavantages suivants :
 
•risque potentiellement accru d’autocontamination dû au fait de manipuler un masque facial puis de se toucher les yeux avec des mains contaminées ; 
•autocontamination possible si un masque non médical humide ou sale n’est pas remplacé, favorisant ainsi la prolifération de microorganismes ;
 •mal de tête et/ou difficultés respiratoires possibles selon le type de masque utilisé ;
•lésions    cutanées    faciales,    dermite    irritative ou aggravation de l’acné en cas de port fréquent et prolongé du masque
•difficulté de communiquer clairement ;
•sensation possible d’inconfort ;
•port  du  masque  mal  supporté,  notamment  par  le  jeune  enfant ;  
•désavantages   et   difficultés   liés   au   port   du   masque éprouvés par  les  enfants,  les  personnes  atteintes  de  troubles mentaux ou de déficiences développementales, etc..
 
 
 En conséquence, nous vous demandons   le retrait  du port du masque obligatoire, mesure maltraitante a l égard de nos enfants d un point de vue physique, psychologique et émotionnel dont la tribune de Liberation du 1er novembre se fait l echo par la voix de psychologues et de pédiatres : https://www.liberation.fr/debats/2020/11/01/port-du-masque-a-6-ans-avons-nous-perdu-l-age-de-raison_1804083
 
Suite aux annonces du 28 octobre, nous sommes  contre le port du masque des enfants en primaire.

-Entendu qu'il n'a pas été prouvé que le masque protégeait du virus si il est mal utilisé

-Entendu qu'il est au contraire collecteur de nombreuses bactéries car il ne sera pas utilisé dans des conditions optimales

-Entendu qu'il prive nos enfants de l'oxygène nécessaire à leurs vies et au développement de leur système immunitaire. 

-Entendu que des études convergent sur le fait que les jeunes enfants  sont  très peu contaminants (voir ci dessous article de Mediapart du 30/08/20)

-Et enfin entendu que le masque nuit aux besoins d'expression de l'enfant sur le plan affectif, langagier, émotionnel et corporel.

Nous  demandons  que toute autorité en capacité de   soumettre un décret  contre le port du masque obligatoire chez les plus petits, le fasse  pour le bien de nos enfants.
 
Bien a vous.
 
Christophe Le Goff et Lorena Calandin
 
 
extrait article de Mediapart :https://www.mediapart.fr/journal/france/300820/les-enjeux-d-une-rentree-scolaire-sous-covid
 Les enjeux d’une rentrée scolaire sous Covid
30 août 2020 Par Caroline Coq-Chodorge
 

Dans ses dernières propositions publiées le 26 août, la Société française de pédiatrie insiste : « Les bénéfices éducatifs et sociaux apportés par l’école sont très supérieurs aux risques d’une éventuelle contamination Covid-19 de l’enfant en milieu scolaire. »

L’inquiétude soulevée par une petite hausse des très rares syndromes de Kawazaki chez les enfants, au pic de l’épidémie, est désormais levée. Toutes les études convergent. Selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, moins de 5 % des cas de Covid-19 concernent des enfants (de moins de 18 ans). Une des explications est que la plupart des enfants ne développent pas de symptômes : le coronavirus passe chez eux inaperçu.

Parmi les enfants diagnostiqués, la part des formes graves exigeant une hospitalisation est très faible, de quelques pour-cent, augmentant très légèrement avec l’âge. En France, le taux de létalité chez les moins de 20 ans est de 0,001 %, selon une selon une étude française parue dans la revue Science. Moins d’un enfant infecté sur 100 000 meurt du coronavirus, un risque comparable à ceux pris dans la vie quotidienne.

La santé des enfants n’est donc pas en question. Le risque est ailleurs, à la fois collectif et individuel. Au niveau collectif, peut-on craindre une accélération de la circulation du virus avec la réouverture des écoles ? Et individuellement, les adultes qui travaillent dans les écoles se surexposent-ils au coronavirus ?

Les études sur la circulation du nouveau coronavirus dans un contexte scolaire sont encore en nombre limité. Mais un faisceau d’hypothèses converge : plus les enfants sont jeunes et moins ils sont susceptibles de contracter et de transmettre le virus.

« Les enquêtes épidémiologiques dans les écoles suggèrent que les transmissions d’enfant à enfant sont rares […], en particulier dans les écoles maternelles et primaires », selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies. Autrement dit, ce sont bien souvent les adultes qui transmettent le virus aux enfants, en particulier aux plus jeunes.

C’est ce que suggèrent les deux études réalisées par l’Institut Pasteur au printemps à Crépy-en-Valois, dans l’Oise. L’Oise a été le premier département touché par l’épidémie, dès la fin du mois de février, et l’enquête épidémiologique a remonté la chaîne de contaminations jusqu’au lycée de la ville.

 

L’Institut Pasteur y a conduit une étude a posteriori (notre article ici) : début avril, des tests sérologiques ont été proposés au personnel et aux élèves du lycée, ainsi qu’à leur famille, pour déterminer s’ils ont rencontré le virus et développé des anticorps. Au sein du lycée, 40,9 % des personnes testées se sont révélées positives aux anticorps du coronavirus. Dans le détail, le personnel non enseignant est le plus touché (59,3 % sont positifs), devant les professeurs (43,4 %) et les élèves (38,3 %). Par ailleurs, les élèves ont peu contaminé leur famille : seules 10 % des personnes testées sont positives.

La deuxième étude concerne six écoles primaires de la ville, suivant la même méthodologie. Fin avril, 1 047 enfants et 51 professeurs ont accepté de réaliser des tests sérologiques. 8,8 % des enfants, 7,1 % des enseignants et 11,9 % des parents se sont révélés positifs. Pour les auteurs, il n’y a pas de preuve de transmission par les enfants à l’intérieur de l’école. La plus forte probabilité est donc qu’ils aient rencontré le virus dans le cadre familial : 61 % des parents des enfants positifs l’étaient aussi.etc...

 

 

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !
Quand elle atteindra 1 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !