Victory
Petitioning Officiers des Douanes allemandes Bureau de Presse and 3 others

Au Ministre allemand de la Culture, aux Officiers des Douanes allemandes : Rendez immédiatement son violon à Madame Yuzuko Horigome !

Les Douanes à l’aéroport de Francfort ont saisi un violon d’une valeur d’un million d’euros appartenant à une musicienne professionnelle japonaise : Yuzuko Horigome. Il lui est demandé de payer 20 % de sa valeur pour le récupérer.

Prendre à un musicien son instrument est cruel. Et comme le violon est vital pour le travail de Yuzuko Horigome, il ne devrait pas être taxé comme une simple importation. Nous en appelons au gouvernement allemand pour qu’il lui rende rapidement son violon sans taxe ni amende pour qu’elle puisse continuer à jouer ses concerts dans le monde entier !

Le 16 août, les douanes de Francfort ont saisi un violon -un Guarneri de 1741- d’une valeur d’un million d’euros appartenant à Yuzuko Horigome. Mondialement connue, elle joue dans de nombreuses villes avec les meilleurs orchestres, notamment le London Symphony Orchestra, le New York Philarmony et le Berliner Philharmoniker.

Les officiers des douanes l’ont confisqué parce qu’elle ne pouvait pas fournir la preuve d’achat de son violon en 1986. Ils exigent le versement de 20% du montant du violon plus une amende (au total près de 400 000 €) pour qu’elle puisse le récupérer.

Yuzuko Horigome nous a fait part de sa douleur d’être séparée de son instrument : « Ce violon est mon outil de travail. Pour un musicien, son instrument fait partie intégrante de son corps. Je suis triste car une partie de mon corps et de mon âme ont été arrachés. » Elle vit depuis de nombreuses années en Belgique, a joué et voyagé avec ce même violon depuis près de 30 ans. En tant qu’ami, j’ai vu d’emblée la peine que cette perte lui causait. Je ne pouvais tout simplement pas la regarder souffrir sans rien faire et j’ai donc décidé de lancer cette pétition.

Selon un article de presse, les autorités allemandes ont laissé entendre que le violon pourrait lui être rendu sans payer de taxe s’il était démontré qu’il était indispensable à son travail. Yuzuko Horigome est rentrée chez elle à Bruxelles et a donc fourni un certificat attestant que ce violon est son outil de travail. Trois semaines après la saisie, le violon est toujours sous douane à Francfort.

Cette mesure est particulièrement cruelle et choquante de la part d’un pays qui a une histoire longue et illustre de soutien aux musiciens. Déjà, nombre d’entre eux reconsidèrent leurs déplacements en Allemagne par crainte d’une confiscation de leur outil de travail. La perte pour l’Allemagne, culturellement
et économiquement, ne fera que s’amplifier.

Il est évident que ce violon est vital pour le travail de Yuzuko Horigome et qu’il ne devrait pas être taxé. Nous en appelons au Gouvernement allemand pour que son violon lui soit rendu immédiatement -sans taxe ni amende !

Letter to
Officiers des Douanes allemandes Bureau de Presse
Officiers des Douanes allemandes Helmut Braun
Ministre allemand de la Culture Bernd Neumann
and 1 other
Officiers des Douanes allemandes Postmaster
Je viens de signer la pétition suivante adressée à: Ministre allemand de la Culture.

----------------

Les Douanes à l’aéroport de Francfort ont saisi un violon d’une valeur d’un million d’euros appartenant à une musicienne professionnelle japonaise : Yuzuko Horigome. Il lui est demandé de payer 20 % de sa valeur pour le récupérer.

Prendre à un musicien son instrument est cruel. Et comme le violon est vital pour le travail de Yuzuko Horigome, il ne devrait pas être taxé comme une simple importation.

Yuzuko Horigome nous a fait part de sa douleur d’être séparée de son instrument : « Ce violon est mon outil de travail. Pour un musicien, son instrument fait partie intégrante de son corps. Je suis triste car une partie de mon corps et de mon âme ont été arrachés. »

Selon un article de presse, les autorités allemandes ont laissé entendre que le violon pourrait lui être rendu sans payer de taxe s’il était démontré qu’il était indispensable à son travail. Yuzuko Horigome est rentrée chez elle à Bruxelles et a donc fourni un certificat attestant que ce violon est son outil de travail. Trois semaines après la saisie, le violon est toujours sous douane à Francfort.

Il est évident que ce violon est vital pour le travail de Yuzuko Horigome et qu’il ne devrait pas être taxé. Nous en appelons au Gouvernement allemand pour que son violon lui soit rendu immédiatement -sans taxe ni amende !
----------------

Sehr geehrte Damen und Herren,

Ich habe soeben die Petition zur Freigabe der Geige von Frau Horigome unterzeichnet.

Frau Horigome spielt seit .A N|ber 26 Jahren auf ihrem Instrument und reist damit durch die gesamte Welt. Sie sagt: "F N|r einen Musiker ist das eigene Instrument wie ein Teil des eigenen K Nvrpers. Ich bin verzweifelt, denn ohne meine Geige fehlt ein wichtiger Teil von mir." - Yuzuko Horigome

Nach ihrer R N|ckkehr in ihre Heimat Belgien, hat Frau Horigome dem Deutschen Zoll sofort schriftliche Nachweise N|bermittelt, die bezeugen, dass die Geige ein Arbeitsmittel ist. Dennoch wird die Geige seit drei Wochen vom deutschen Zoll beschlagnahmt!

Das Vorgehen der deutschen Zollbeh Nvrden ist schwer nachvollziehbar. Deutschland ist ein Land mit gro N_er musikalischer Tradition und einzigartigen klassischen Musikern. Internationale Musikern zeigen sich besorgt N|ber eine Einreise nach Deutschland, weil sie f N|rchten, der deutsche Zoll k Nvnne ihre Instrumente konfiszieren.

Bitte bewerten Sie die Geige als "notwendig f N|r die Arbeit" von Frau Horigome, geben Sie das Instrument ohne Starfzahlungen so schnell es geht zur N|ck und wahren Sie den Ruf Deutschlands als kulturfreundliches und musikbegeistertes Land!