ATD Quart Monde doit continuer à porter la voix des plus pauvres au CESE !

0 a signé. Prochain objectif : 35 000 !


Deux. C’est le nombre de sièges dévolus aux représentants de la lutte contre la pauvreté sur les 175 que comptera le nouveau Conseil économique, social et environnemental (CESE). Deux sièges pour les 15 % de la population qui vivent sous le seuil de pauvreté.

Si la réforme du CESE a fait peu de bruit, la loi organique du 15 janvier 2021 a pourtant changé son rôle et sa composition, passant notamment de 233 membres à 175. Les sièges destinés aux associations luttant contre la pauvreté ont ainsi été réduits de trois à deux – l’un pour la Croix Rouge, l’autre pour le collectif Alerte, tandis que le siège jusqu’ici tenu par ATD Quart Monde a été supprimé.

Troisième assemblée de la République, le CESE a pourtant vocation à représenter la société dans son ensemble. ATD Quart Monde y porte la parole des plus exclus depuis 1979 et y apporte une expertise unique et irremplaçable, construite à partir de la pensée, du savoir et de l’expérience des personnes les plus pauvres. Les travaux portés par ses représentants successifs ont inspiré et initié d’importantes avancées législatives, parmi lesquelles la création du RMI (ancêtre du RSA), de la Couverture maladie universelle (CMU) ou encore du Droit au logement opposable (DALO). Fidèle à ce qui fonde ATD Quart Monde, ses avis et rapports y ont été réfléchis et construits avec des personnes en situation de pauvreté : plus qu’une représentation, c’est une réelle participation des plus pauvres qu’ATD Quart Monde apporte au sein du CESE.

Aujourd'hui, alors que la pauvreté s’accroît en France, il est plus que jamais nécessaire de continuer à faire entendre cette voix. Les dix millions de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté – dont plus de deux millions dans l’extrême pauvreté –, les quatre millions de personnes mal-logées, les trois millions de chômeurs de longue durée, les trois millions d’enfants de familles vivant sous le seuil de pauvreté, doivent pouvoir porter leur parole jusque dans les plus hautes instances de la République. Cela commence évidemment au CESE, un lieu où se côtoient des mondes différents et qui porte le dialogue dans son ADN. Dialogue indispensable dans une société de plus en plus fracturée et qui ne saurait faire l’impasse sur 15% de la population. Sinon, comment prétendre vouloir faire du CESE « un carrefour des consultations citoyennes », selon les propres mots du président de la République ?

Oui, le CESE peut devenir l’avant-garde de la démocratie participative. Mais pour cela, il se doit d’être représentatif de l’ensemble de la société, sans oublier celles et ceux qui sont déjà bien trop souvent oubliés. Celles et ceux qui se battent au quotidien pour survivre ont beaucoup à apporter, au CESE comme ailleurs, pour construire les réponses à la pauvreté et contribuer à l’ensemble des politiques publiques.

Le prochain mandat du CESE commençant début mai, il reste peu de temps au gouvernement pour revenir sur son choix. En signant ce texte, nous l’appelons à réintégrer sans attendre ATD Quart Monde au sein du CESE, aux côtés de la Croix-Rouge et du Collectif Alerte, et donner ainsi à la troisième chambre de la République les moyens de rester fidèle à sa devise : « Considérer les progrès de la société à l’aune de la qualité de vie du plus démuni et du plus exclu, est la dignité d’une nation fondée sur les Droits de l’Homme. »


Premiers signataires de cet appel paru initialement dans le Journal du Dimanche :

Manon Aubry, députée européenne (LFI)
Martine Aubry, maire de Lille (PS)
Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT
Annick Berthier, présidente d’Emmaüs France
Eliane Bourrel, personne en situation de pauvreté ayant participé aux travaux d’ATD Quart Monde au CESE
Manuel Bouvier, personne en situation de pauvreté ayant participé aux travaux d’ATD Quart Monde au CESE
Pascal Brice, président de la Fédération des acteurs de la solidarité
Axelle Brodiez-Dolino, historienne spécialiste des questions de pauvreté et chargée de recherche au CNRS-Centre Norbert Elias
Marie Cohen-Skalli, directrice d’Emmaüs Connect
Jean-Marie Burguburu, président de la CNCDH
Julien Damon, sociologue, professeur associé à Sciences Po et conseiller scientifique de l'​Ecole Nationale Supérieure de Sécurité Sociale
Emmanuel Decaux, professeur émérite en droit public à l'université Paris 2 Panthéon-Assas
Thierry des Lauriers, directeur général d'Aux captifs, la libération
Mireille Delmas-Marty, juriste et professeur honoraire au Collège de France
Christophe Devys, président du Collectif ALERTE
Patrick Doutreligne, président de l'Uniopss
Esther Duflo, économiste spécialiste de la pauvreté prix Nobel d’Economie
Cécile Duflot, directrice générale d'Oxfam France
Olivier Faure, député (PS) et premier secrétaire du Parti socialiste
Véronique Fayet, présidente du Secours catholique – Caritas France
Annie Genevard, députée (LR) et vice-présidente de l'Assemblée nationale
Laurent Grandguillaume, président de Territoires zéro chômeur de longue durée
Caroline Janvier, députée (LREM)
Marie-Aleth Grard, présidente d’ATD Quart Monde
Fiona Lazaar, députée (NI) et présidente du Conseil National des politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale (CNLE)
Franck Lenfant, personne en situation de pauvreté ayant participé aux travaux d’ATD Quart Monde au CESE
Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT
Eric Molinié, ancien président du Samu social de Paris et de la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (HALDE)
Edgar Morin, sociologue et philosophe
Mathilde Panot, députée (LFI)
Valérie Pécresse, présidente du Conseil régional d’Île-de-France (LR)
Raymonde Poncet, sénatrice (EELV)
Dominique Potier, député (PS)
Florence Provendier, députée (LREM)
Pierre-Alain Raphan, député (LREM)
Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre
Fabien Roussel, député (PCF) et secrétaire national du PCF
Adrien Quatennens, député (LFI) et coordinateur de La France insoumise
Malik Salemkour, président de la Ligue des Droits de l’Homme
Arnaud Seize, vice-président de l'association La Cloche au parcours atypique
Marie Toussaint, députée européenne (EELV)
Boris Vallaud, député (PS)
Dominique Versini, ancienne secrétaire d’Etat chargée de la lutte contre l’exclusion
Fatiha Ziane, personne en situation de pauvreté ayant participé aux travaux d’ATD Quart Monde au CESE

Pour en savoir plus sur les travaux d'ATD Quart Monde au CESE, c'est par ici !