Halte aux assureurs ! Nous devons changer les choses !

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


S'il vous plait, prenez le temps de lire et signez cette pétition ! Il y a bien trop de dysfonctionnements très graves des assureurs qui concernent chacun d'entre nous pour ne plus réagir.
Vous pouvez consulter les site de l'association https://www.association-aide-victimes-france.fr pour vous en convaincre.
Droits de la défense non respectés, ventes obligatoires de garanties inutiles, contrats qui se vident de leur substance, conventions entre assureurs au détriment des victimes, le résultat est là : c'est chacun d'entre nous qui se fait voler de l'argent chaque année.

Si nous ne réagissons pas, personne ne le fera. Il faut dire halte au règne de l'argent roi dans le monde des assurances. L'assurance au fil des années est devenue un pur produit financier et a perdu sa vocation d'origine.

Nous avons besoin de vous pour pouvoir mettre les pieds dans le plat et arrrêter ce massacre organisé. Nous vous remercions à l'avance de nous soutenir dans cette action !

 

 

Les assureurs, censés nous aider lors d'un accident ou la survenance d'un risque, privilégient la recherche du profit en dépit du caractère social. Nous avons fait le constat que seule une décision politique pourrait trouver des solutions pour que l’assurance revienne à une situation normale : faire de l’assurance.

Les victimes, n'étant pas ou peu au courant de leurs droits, reçoivent souvent de la part des assureurs une prestation insuffisante. Ainsi, il ne s’agit pas d’un enjeu théorique, mais de milliards d’euros pris dans la poche des Français, ce qui ne poserait pas de problèmes si de nombreuses victimes dans des situations très graves étaient bien indemnisées.

Il nous faudrait un livre entier pour détailler tout ce qui ne va pas et tout ce qui est anormal. Nous allons faire simple en prenant trois cas concrets, variés, à titre d’illustration :

Cas concret n°1 — indemnisation suite à un accident médical

Un jour ou l'autre, tout le monde passe par l’hôpital. Cependant, trop peu de personnes sont au courant des possibilités d'indemnisation par la solidarité nationale (gérée par l'État français). Il en va de même en cas de maladie nosocomiale (contractée dans un hôpital). Il faudrait informer le patient, de manière systématique au niveau des établissements de santé, des différentes possibilités d'indemnisation qui s'offrent à lui. De plus, l'organisme de solidarité nationale chargé d'indemniser les victimes d'accidents médicaux (l'ONIAM) a créé son propre barème d’indemnisation bien inférieur à ce qui se pratique au niveau des tribunaux.

Pourquoi une telle attitude  de la part d'un organisme public ? Le législateur, en édictant les lois relatives à l'indemnisation, n'a jamais entendu fixer un barème maximal pour des victimes indemnisées par la solidarité nationale.

Cas concret n°2 — indemnisation suite à un dégât des eaux 

Un dégât des eaux vient de chez votre voisin du dessus. Contrairement à l'idée reçue, c’est votre propre assureur qui va vous indemniser directement à la place de l’adversaire, car les assureurs ont signé des conventions entre eux. Son intérêt est alors clairement de vous payer le moins possible puisque c'est lui qui décide de votre indemnisation. Or la garantie "Défense recours" est présente dans la plupart des contrats  ! La solution logique serait à minima que votre assureur dise la vérité (au moins vous saurez immédiatement qu’il est votre adversaire) et qu’il n’ait pas le droit de vous imposer une franchise ou un malus injustifié pour le recours.

Pourquoi un tel conflit d'intérêts ? En l'espèce, l’intérêt de l'assureur est contraire au vôtre : naïvement vous commencerez à avoir confiance en lui étant donné que vous le payez avec votre argent et qu'il est là pour votre défense (ce qui n'est pas vraiment le cas).

Cas concret n°3 — indemnisation suite à un accident de la route

Suite à un accident de la route où vous n’êtes pas responsable : par le jeu des conventions, votre assureur devant vous indemniser, deviens votre adversaire.

  • Pour les dégâts matériels, un expert automobile doit obligatoirement inspecter votre véhicule. Or, l'assureur impose et rémunère son propre expert qui n'est alors pas impartial puisqu'il travaille directement pour votre assureur (qui est votre adversaire).
  • Pour les dommages corporels, la garantie conducteur indemnisant en cas d'accident responsable n'est pas obligatoire. Beaucoup de personnes ne disposent pas de cette garantie ou en ont une avec une couverture insuffisante (des accidentés paraplégiques pouvant ne recevoir aucune indemnisation alors qu'elles subissent des frais importants).

Pourquoi ce manque d'informations de la part de l'assureur ? L’obsession de limiter les prix a joué en défaveur des assurés : de plus en plus d’assureurs se moquent du contenu des contrats qu'ils proposent tant qu'ils pratiquent les prix les plus rentables.



Association d'Aide aux Victimes de France compte sur vous aujourd'hui

Association d'Aide aux Victimes de France a besoin de votre aide pour sa pétition “Association d'Aide aux Victimes de France: Réglementez les assurances”. Rejoignez Association d'Aide aux Victimes de France et 85 signataires.