AMELIORATION DES CONDITIONS DE TRAVAIL DES SALARIES DE L'AIDE A DOMICILE

AMELIORATION DES CONDITIONS DE TRAVAIL DES SALARIES DE L'AIDE A DOMICILE

0 a signé. Prochain objectif : 500 !
Quand elle atteindra 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
MARIE DUPONT a lancé cette pétition adressée à ASSIA RESEAU UNA et à

 

A Rennes, le 07/05/2019.

Objet : Pétition en faveur de l'amélioration des conditions de travail des salariés de la branche de l'aide à domicile et de l'ASSIA et pour la diminution des risques professionnels psycho-sociaux


Monsieur le Président de l'ASSIA Rémi COUDRON, Monsieur le Directeur de l'ASSIA Ronald LOZACHMEUR, Monsieur le Président de l'ARS Stéphane MULLIEZ, Monsieur le Président du Conseil Départemental d'Ille-et-Vilaine Jean-Luc CHENUT,

En notre qualité de salariés administratifs de l'association ASSIA Réseau UNA, nous nous permettons de vous adresser ce courrier, en raison des conditions de travail actuelles que nous vivons.

Ce courrier a pour unique raison de revendiquer nos droits, et n'a pas pour but de remettre en cause les qualités professionnelles de nos supérieurs hiérarchiques. Ce courrier n'est pas une lettre de critique cependant, nous souhaitons aujourd'hui mettre en valeur nos difficultés et nos attentes afin d'améliorer nos conditions de travail, cela dépassant les dirigeants de notre association.


Selon l'article L4121-1 du code du travail :
« L'employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs. Ces mesures comprennent :

1° Des actions de prévention des risques professionnels, y compris ceux mentionnés à l'article L. 4161-1 ;
2° Des actions d'information et de formation ;
3° La mise en place d'une organisation et de moyens adaptés.
L'employeur veille à l'adaptation de ces mesures pour tenir compte du changement des circonstances et tendre à l'amélioration des situations existantes. »
Or, à ce jour, il nous semble urgent de mettre en évidence que les principaux risques professionnels que nous encourons sont des risques psycho-sociaux.

Selon l'INRS, les risques psycho-sociaux « correspondent à des situations de travail où sont présents, combinés ou non ; du stress, des violences internes, des violences externes. Ce sont des risques qui peuvent être induits par l'activité elle même ou générés par l'organisation et les relations de travail. L'exposition à ces situations de travail peut avoir des conséquences sur la santé des salariés, notamment en terme de maladies cardio-vasculaires, de troubles musculo-squelettiques, de troubles anxiodépressifs, d'épuisement professionnel, voir de suicide. (…) Comme l'impose la réglementation, les risques psycho-sociaux doivent être pris en compte au même titre que les autres risques professionnels. Il est nécessaire de les évaluer, de planifier des mesures de prévention adaptées et de donner la priorité aux mesures collectives susceptibles d'éviter les risques le plus en amont possible. »

 

 

Aujourd'hui, nous tenions à vous alerter : nous vivons actuellement dans notre association des conditions de travail délétèrent pour tous. Ces conditions de travail sont également vécues au niveau national. En effet, nous dénonçons le manque cruel de personnel, tant pour les administratifs que pour les salariés de terrain. Nous avons conscience que nos supérieurs font face à des difficultés de recrutement, à un turn-over incessant. C'est pourquoi, nous nous demandons si il ne serait pas indispensable de devenir plus attractif afin ? Ces difficultés de recrutement ont des conséquences sur toute l'association : premièrement, le bien être des usagers est mis en danger, par le turn over, le manque de personnel de terrain pour assurer les prestations, les soins. Nous devons également parfois, réduire les soins, temps d'intervention, et même annuler certaines prestations car nous ne pouvons plus faire face à la demande par manque d'effectif. Cela entraîne nécessairement un mécontentement de la part de nos usagers, qui souffrent également de cette baisse. Ces mécontentements se répercutent directement sur les salariés (tous les services sont concernés SAAD, SSIAD, RH, FACTURATION, CSI...) qui font face à des comportements agressifs, qu'ils comprennent, mais qu'ils subissent malgré tout.

De plus, les salariés administratifs travaillent de façon permanente dans l'urgence afin de trouver des solutions : ce travail dans l'urgence et sans réelles solutions satisfaisantes génèrenent du stress, et de l'anxiété qui parfois deviennent insupportables.

Nous souffrons de devoir faire travailler de plus en plus nos salariés de terrains, allant régulièrement jusqu'à 34h alors qu'ils ne sont qu'à temps partiel.

Nous souffrons d'une charge de travail qui s'est accentuée, suite aux fusions et aux projets de fusions, sans que nous soyons valorisés dans notre travail, tant financièrement qu'en terme d'effectif . Nous souffrons de nous investir chaque jour, de travailler parfois en heures complémentaires et de n'avoir qu'une reconnaissance faible de la part de notre hiérarchie.

Notre sentiment à ce jour, est le suivant : nous subissons une charge de travail élevée, du stress, de la pression, car nous travaillons avec de l'humain et pour l'humain, ce qui induit une grande conscience professionnelle. Nous souffrons d'un isolement dans le travail, d'un manque de reconnaissance. De plus, nous souffrons de salaires peu élevés, de refus systématiques d'augmentation de salaire ou de prime, liés aux limites de la convention collective dont nous avons pleinement connaissance. Enfin, nous dénonçons le manque certain de valorisation de notre investissement professionnel.

Nous voudrions qu'aujourd'hui vous preniez conscience de la charge mentale induite par le travail administratif au sein d'une association d'aide à domicile. Cette charge mentale se traduit par un encombrement psychologique : nous ramenons chez nous, chaque jour, la gestion de l'urgence, les plannings, les tâches que nous n'avons pas réalisées, les tâches que nous espérons ne pas avoir oubliés. Cette charge mentale à un impacte considérable sur notre santé : certains d’entre nous souffrent d'un stress élevé, d'une anxiété, de troubles du sommeils (cauchemars), d'une tristesse, d'une dévalorisation et d'une perte de confiance en soi. Tout cela étant considéré comme des risques psycho-sociaux qui doivent être considérés par notre employeur.

Nous dénonçons aux pouvoirs publiques, qui ont le pouvoir décisionnaire, les conditions de travail dégradées, la charge de travail qui ne cesse de s'accroître, l'absentéisme général lié à l'épuisement professionnel et le manque de reconnaissance financière.

 

 

Pour conclure cette lettre, nous voudrions vous présenter nos revendications afin d'améliorer les conditions de travail de notre branche. Dans un premier temps nous pensons qu'il serait nécessaire d'augmenter les salaires au delà de la convention collective, cela pour tous les salariés de l'association, afin que les métiers de l'aide à domicile deviennent plus attractifs. Cela ne vaut pas uniquement pour notre association. Il est nécessaire de revoir les grilles de rémunération de la branche de l'aide à domicile.

Enfin, nous demandons une reconnaissance financière de l'investissement des salariés : pour le personnel administratif, nous demandons une prime d'investissement pour valoriser le travail effectué, une prime de pénibilité pour les postes exposés au stress et à la charge mentale et une prime de complexité pour les salariés non cadre. En ce qui concerne les salariés de terrain, notamment pour les temps partiels, nous demandons, une valorisation de l'investissement en leur payant au moins la moitié des heures dépassant leur contrat, et cela chaque mois. Nous demandons la valorisation des métiers de l'aide à domicile pour les rendre plus attractif et faciliter les recrutements. Nous demandons de pouvoir travailler dans des conditions plus respectueuses de la dignité humaine à travers un accompagnement de qualité à tous les niveaux de l’association.

Nous vous remercions par avance de nous apporter une réponse dans un délai de quinze jours à réception de ce courrier.

Notre courrier n'est pas signé en le nom d'un salarié, mais représente un collectif, vous pouvez retrouver les signatures sur le site de change.org. Nous vous transmettons le lien de la pétition accompagnant ce courrier : https://www.change.org/p/assia-reseau-una-amelioration-des-conditions-de-travail-des-salaries-de-l-aide-a-domicile

Dans l'attente de votre réponse, nous vous prions de croire en l'expression de nos sincères salutations.


Les salariés de l'ASSIA

0 a signé. Prochain objectif : 500 !
Quand elle atteindra 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !