Réforme des retraites: la fin de l'exercice libéral pour les ergothérapeutes?

0 a signé. Allez jusqu'à 1 500 !


Le jeudi 18 juillet 2019, le Haut Commissaire à la Réforme des Retraite, Jean-Paul DELEVOYE présentait ses recommandations concernant la mise en place du nouveau Régime Universel de retraite.

Le rapport préconise pour les indépendants, un taux de cotisation "normal (28,12 %) jusqu’à 40 000 euros par an, puis de 12,94 % entre 40 000 et 120 000 euros". Actuellement le taux de cotisation (CIPAV pour les ergothérapeutes) est calculé sur nos revenus avec un taux nettement inférieur (8,23% tranche 1+1,87% tranche 2)...

Au regard des barèmes en vigueur à la Cipav, ce taux pourrait conduire à une explosion du montant des cotisations, d’autant qu’il est envisagé que celles-ci soient calculées sur une assiette brute et non comme actuellement sur une assiette nette.

POUR LE DIRE SIMPLEMENT:

Cela représente une augmentation colossale des cotisations retraite des professionnels de santé.

Sans être un expert en calcul, une simple simulation permet de constater UN DOUBLEMENT DE NOS COTISATIONS RETRAITE.

Le rapport présente des pistes pour compenser cette explosion des cotisations de retraites, mais contrairement à la hausse des taux qui est annoncée, ces compensations sont hypothétiques et très mal définies.

Les ergothérapeutes et plus largement les professionnels de santé ne peuvent s’accommoder d’une telle incertitude concernant la pérennité de leur exercice professionnel.

Une telle mise en péril de l’équilibre économique des professionnels de santé libéraux pose, également, la question de l’accès aux soins pour l’ensemble de la population en conséquence du risque de fermeture de cabinets. 

Les ergothérapeutes n'auront-ils d'autre choix que d'augmenter le tarif de leurs prestations pour pouvoir compenser celle de leurs cotisations retraites?

Les chiffres exposés par ce rapport sont très préoccupants pour notre profession.

Aussi, nous demandons à ce que :

- les propositions de compensation soient précisées dans les meilleurs délais 
- les taux de cotisations soient clairement définis 


Si aucune garantie ne nous était donnée concernant nos demandes, nous étudierons l’opportunité d’organiser ou de rejoindre un mouvement pour montrer la détermination de notre profession à ne pas supporter un nouvel accroissement de nos charges.

Cette problématique impacte de la même façon l'ensemble des professionnels de santé, c'est ensemble que nous parviendrons à préserver l'exercice libéral.

 

Les ergothérapeutes libéraux