Pollution en Méditerranée

Pétition pour l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire sur la pollution en Méditerranée

Depuis la disparition du Commandant Cousteau en 1997, les océans, et plus encore la Méditerranée, sont orphelins d’un représentant charismatique qui puisse parler en leur nom et assurer leur défense auprès du grand public et des médias.

Nous aurions pourtant bien besoin de nous remémorer les émotions que suscitaient en nous les épopées de la Calypso dont les reportages ont été suivis par des millions de téléspectateurs, car la situation de la Méditerranée occidentale est aujourd’hui hautement plus préoccupante que ne le laisse croire le discours officiel.

En 1974, le rapport de la commission d’enquête parlementaire sur « la pollution du littoral méditerranéen et sur les mesures à mettre en œuvre pour la combattre et assurer la défense de la nature » indiquait dans ses conclusions, qu'il était « faux de prétendre que la pollution commence à régresser ». Les conclusions de ce rapport pointaient également les pollutions chimiques comme l’une des plus graves sources de pollutions menaçant la Méditerranée parce que : « les pollutions chimiques, qu’elles soient d’origine agricole ou industrielle, [...] présentent pour la plupart une rémanence et [...] ne peuvent être éliminées [...]. »

Dans les débats précédant le vote autorisant la publication de ce rapport adopté à l’unanimité, le président de cette commission, le député Virgile Barel, déclarait : « Notre commission d’enquête et de contrôle […] dénoncera les boues rouges, les dégazages de pétroliers, la pollution par hydrocarbures, les déchets nucléaires et les responsables de leurs nuisances, les Montedison, les Shell, les Solmer, comme le retard des pouvoirs publics qui n’ont encore que très partiellement réalisé l’épuration des eaux usées par des millions d’êtres humains. » (JO n° 37 du 28 juin 1974, p. 3083.)

Aujourd’hui, c’est dans ce même esprit qu’il conviendrait de réunir à  nouveau une telle commission d’enquête, car si l’on ne peut nier que la situation Méditerranée occidentale s’est nettement améliorée depuis la parution de ce premier rapport vis-à-vis d’un seul type de pollution, à savoir le rejet des eaux usées, elle s’est très fortement dégradée par rapport aux pollutions chimiques et aux pollutions dîtes « émergentes » qui sont apparues entre temps.

Seule une telle initiative, relayée auprès du grand public, serait à même de sauver ce qui peut encore l’être.

Cette pétition sera expédiée à l’ensemble des parlementaires français et sera accompagnée :

Sur une initiative de l’association Agir pour la Méditerranée et l’Environnement.

Synopsis du livre Méditerranée : une mer assassinée – Le crime parfait :

La biodiversité de la Méditerranée occidentale vit aujourd’hui ses dernières heures dans un silence de cathédrale. Cette « apocalypse » annoncée à l’horizon 2030 par le rapport de l’office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques enregistrés à l’Assemblée nationale et au Sénat le 21 juin 2011 est d’ores et déjà un fait acquis pour certaines zones de cette mer antique, Mare Nostrum, berceau de notre civilisation.

Seuls un effort titanesque et une forte prise de conscience de la part de la société civile pourraient encore sauver ce qui peut l’être. La raison imposerait de mettre en œuvre un plan d’urgence pour susciter cet élan salvateur, car nos dirigeants s’illusionnent autour de la Directive-cadre « Stratégie pour le milieu marin » (DCSMM) et de son Plan d’action pour le milieu marin (PAMM) basé sur une évaluation initiale des eaux marines et un programme de surveillance qui éludent les principales observations attestant des plus importantes dégradations subies par cette mer.

Ce qui signifie très clairement que les objectifs visés par cette directive ne seront jamais atteints à l’horizon 2020 comme initialement prévu par ce texte… ni même en 2050, tant le déni qui imprègne cette évaluation est patent pour les acteurs de la filière pêche méditerranéenne. Est-ce pour cette raison qu’ils ont été écartés des travaux ouvrant la voie aux futures décisions qui seront prises à leurs dépens ?

Préface inédite d’Ariane Bilheran.

This petition will be delivered to:
  • Députés
    Assemblée nationale


    Philippe VERGNES started this petition with a single signature, and now has 652 supporters. Start a petition today to change something you care about.