Gruissan-Plage - Zone de Bramofan : Non à l'aménagement en zone technique de nautisme

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


Pétition-Action.

A ce jour, la pétition a déjà recueilli plus de 600 signatures (en ligne et sur papier) et un recours gracieux a été déposé par l'avocat de l'association - Maintenons notre mobilisation.

La commune a décidé en signant une convention de 50 ans avec la SCI Marina de faire aménager la zone de Bramofan située à proximité des rangées 10 et 11 des chalets, en zone de nautisme. Pourquoi ? , selon les promoteurs du projet. Parce que cette zone était dangereuse et délabrée. Or il est évident que cette situation désastreuse est la conséquence inéluctable d'un abandon et d'un refus de réhabilitation depuis 20 ans. Le remède à cet état de fait calamiteux serait la création d'un port de stockage et d'entretien de plus de 350 bateaux répartis sur une superficie d'environ 4 hectares. Le projet présenté tient compte des contraintes techniques, voire même environnementales, excepté celles relatives à "l'environnement" immédiat et prioritaire des chalets et d'un patrimoine exceptionnel à préserver. Ceux-ci devront se contenter du paysage et du bruit provoqué par des centaines de mâts secoués par le vent et d'essais de moteurs récalcitrants dès l'aube et plus avant dans la journée. N'oublions pas non plus les risques d'immersion des plates-formes et des dérives des bateaux, qui livrés à eux-mêmes, pourraient heurter les chalets voisins.
Bien entendu, l'objectif n'est pas de réhabiliter cette friche industrielle mais d'en tirer profit. Profit pour le promoteur qui n'est pas un philanthrope, et pour le budget de la commune en recherche de recettes complémentaires. Mais les chaletains-contribuables qui acquittent depuis des années trois taxes d'occupation estiment avoir droit à une restauration de ce site par l'injection de crédits publics. La cession au Conservatoire du littoral est aussi une possibilité, car conserver, c'est aussi préserver.
Bramofan est un terrain à restituer à la nature. L'Aspicg, non sollicitée lors des discussions de la convention, ne veut pas d'une seconde zone économique à quelques encablures de la première zone artisanale. Les résidents ont déjà donné. Deux conceptions s'opposent : celle d'une occupation de tout foncier disponible à des fins financières, et celle de la préservation d'un site envié par des milliers de touristes et de passionnés de Gruissan.
Des particuliers ont d'ores et déjà décidé d'intenter un recours en justice contre ce projet qu'ils considèrent comme toxique pour l'avenir de la plage. L'Aspicg est à leur côté mais elle a déjà agi en saisissant la Sous-préfecture sur l'inadaptation de ce projet qui doit rester dans les cartons. Elle fait le nécessaire pour que ce dernier avorte et s'en remet démocratiquement à votre degré de mobilisation. Les éléments favorables sont évidemment ceux les moins impactés par cette implantation et ceux qui n'apprécient guère les chalets.
Nous vous demandons donc de traduire votre mécontentement face à ce programme trop ambitieux qui transforme un quartier historique si prisé par tout le monde en une énième zone artisanale de grande envergure. Soit vous vous contentez de signer pour protester, soit vous êtes prêt à aller jusqu'à l'action judiciaire pour faire échouer ce projet qui n'a rien à faire avec notre plage familiale. C'est votre choix et notre association le respectera.

ASPICG.

Association de défense des intérêts collectifs des chaletains de Gruissan-Plage

Adresse postale : 5, allée du Roc de l'Aigle. 11000. Narbonne.

Téléphone dédié à cette opération : 06 32 41 34 07
Site web : www.aspicg-gruissan.fr Mail : contact@aspicg-gruissan.fr
Juillet 2016

Nous soussignés nous opposons à l'aménagement d'une zone technique sur le site de Bramofan et sommes prêts à aller jusqu'à l'action en justice pour arrêter ce projet incompatible avec l'environnement.



Contact compte sur vous aujourd'hui

Contact ASPICG a besoin de votre aide pour sa pétition “ASPICG (Association : Gruissan-Plage - Zone de Bramofan : Non à l'aménagement en zone de nautisme”. Rejoignez Contact et 447 signataires.