Patrimoine Art Déco en péril - Reims

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


Depuis quelques années, le patrimoine art déco de notre ville est en danger. On peut même parler d'un véritable massacre. Des bâtiments sont soit détruits, soit au mieux intégrés à des projets contemporains, la plupart du temps la façade étant seulement conservée. En 2016 nous avons vu la destruction, rue des Elus d'un hôtel particulier art déco et l'intégration de la façade d'une maison art déco dans un programme immobilier de luxe , cours Anatole France, derrière la cathédrale. Aujourd'hui deux maisons de la re construction de la ville sont menacées. Elles se situent rue Eugène d'Esteuque. Une autre probablement dans les mois à venir, rue Libergier, subira le même sort sans la mobilisation des rémois. Notre ville dont le patrimoine fut anéanti lors de la première guerre mondiale, voit aujourd'hui son patrimoine art déco, issu de la reconstruction de la ville à nouveau menacé. La mairie, comme la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles) répondent que ces bâtiments ne sont pas des témoins de l'art déco et qu'à ce titre ils peuvent être détruits. Je ne partage pas ce point de vue. Plus de 400 architectes se sont penchés sur la reconstruction de notre ville. Autant de styles et de variantes art déco qui font aujourd'hui la richesse de Reims. Par ailleurs ces constructions, non spécifiques à l'art déco d'après certains sont répertoriés dans pas moins de deux guides publiés par la ville... En signant cette pétition, vous signalez votre volonté de voir ce patrimoine unique non classé préservé. Merci. 

ci dessous un lien permettant de voir les deux maisons concernées actuellement :

http://archi.reimsavant.com/rue-eugene-desteuque-2/

et l'article nous informant de cette destruction prochaine :

http://www.lardennais.fr/55968/article/2017-10-20/reims-patrimoine-art-deco-en-peril

 



Laurent compte sur vous aujourd'hui

Laurent Do a besoin de votre aide pour sa pétition “arnaud Robinet: Patrimoine Art Déco en péril - Reims”. Rejoignez Laurent et 2 891 signataires.