Professeurs documentalistes en colère

0 a signé. Allez jusqu'à 1 500 !


Depuis 35 ans, l'ARDEP Midi-Pyrénées accompagne les professeurs documentalistes de l’académie de Toulouse dans l’exercice de leurs missions. Elle constitue un réseau qui échange régulièrement autour de nos pratiques professionnelles, de l’évolution des textes officiels régissant nos missions, et des spécificités de nos établissements, pour la plupart liés à l’enseignement catholique.

Notre profonde inquiétude relative au projet de redéploiement des heures de documentation, dans l'enseignement privé, sur l’Académie de Toulouse, nous amène aujourd'hui à solliciter votre soutien.
Si nous comprenons l'idée qui en est à l'origine (équilibrer les heures entre établissements) nous estimons que la méthode reflète une méconnaissance totale de la réalité de nos missions et de nos travaux d'enseignants.

Le barème/ratio sur lequel il repose se base sur une vision purement arithmétique bien éloignée, là encore, de la réalité de nos tâches. Ce barème est le suivant :
- jusqu'à 200 élèves : 9h de Documentation
- jusqu'à 550 élèves : 18h de Documentation
- jusqu'à 1000 élèves : 36 heures (temps plein)
- jusqu'à 2000 élèves : 54 h (1 temps plein et demi)
- Au delà de 2000 élèves : 2  temps pleins

Concrètement, cela va multiplier les mi-temps, les tiers et les quarts temps, ramenant ainsi nos exercice à 18h., voire à 9h. ou 6h. sur deux, trois ou quatre établissements scolaires.

Bref, nous pensons qu'il s'agit d'une remise en cause sévère de la circulaire n° 2017-051 du 28-3-2017.

Ce projet, s’il s’applique, sera inopérant à la fois pour les établissements qui perdent des heures et pour ceux qui en obtiendront un petit nombre. En effet, les professeurs documentalistes ne pourront alors en aucun cas remplir les missions qui leur sont assignées  :

  • enseigner et mettre en œuvre l’acquisition par tous les élèves d’une culture de l’information et des médias
  • faire acquérir aux élèves la maîtrise de compétences info-documentaires
  • mettre en œuvre l’organisation et la mise à disposition des ressources documentaires de l’établissement
  • ouvrir l’établissement sur son environnement éducatif, culturel et professionnel

C’est, pour chacun des établissements concernés par des pertes d’heures, la disparition d’une progression des enseignements en lien avec la constitution d’un esprit critique pour chaque élève.
C’est la disparition de projets coordonnés par les professeurs documentalistes, conçus en interdisciplinarité avec nos collègues de disciplines, projets qui sont souvent la vitrine des établissements.
C’est la disparition d’un acteur qui crée des liens avec les instances culturelles et le monde professionnel qui gravitent autour de l’établissement.

L'inquiétude a rarement été aussi vive dans l'histoire de notre belle profession.
Merci, donc, d'apporter ici votre soutien dans la défense d'un métier essentiel, plus que jamais pertinent et nécessaire.



ARDEP compte sur vous aujourd'hui

ARDEP MIDI-PYRÉNÉES a besoin de votre aide pour sa pétition “ARDEP Midi Pyrénées: Professeurs documentalistes en colère”. Rejoignez ARDEP et 1 481 signataires.