Appel de salariés de l'énergie à voter pour Fabien ROUSSEL

Appel de salariés de l'énergie à voter pour Fabien ROUSSEL

0 a signé. Prochain objectif : 1 500 !
Quand elle atteindra 1 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !
Valérie GONÇALVÈS a lancé cette pétition

La planète chauffe. La cause est connue : l’usage désordonné, immodéré et contraint de l’énergie carbonée. Paradoxe, dans bien des lieux, l’énergie manque néanmoins et des populations en grelottent, en souffrent de faim et de maladie, sont à la merci des catastrophes naturelles, restent en dehors de l’éducation et de l’information. Des êtres humains sont contraints à l’exode, conflits et tensions éclatent pour les gisements.

L’humanité a compris qu’il fallait transiter vers une énergie décarbonée et faire sortir du noir les pays qui y sont encore injustement plongés. La réussite d’une telle transformation exige la plus large association et participation des populations, des nations, la démocratie étendue, à toutes les échelles. Il est clair que les firmes multinationales qui dominent le secteur énergétique ne la conduiront pas. La libéralisation de ce secteur, mise en oeuvre en France par les gouvernements successifs, a favorisé les profits mais aggravé l'incurie, imposant des hausses de prix insupportables aux populations. L’énergie doit donc être sortie d’urgence de la spéculation des marchés, de la guerre commerciale, ne plus servir de prétexte commode à une fiscalité punitive et injuste. Elle doit être considérée, à l’instar des brevets pharmaceutiques, comme un bien commun mondial.

Les salariés de l’énergie ont su plus d’une fois relever les grands défis posés à la nation. En première ligne lors de la pandémie, ils sont prêts à mettre toutes leurs compétences collectives au service de la fourniture d'une énergie sociale et écologique. Pour garantir des prix accessibles, combattre la précarité énergétique, lutter réellement contre le dérèglement climatique et les pollutions de tous ordres, réindustrialiser, toutes les potentialités doivent être mises en œuvre : développement de la recherche, véritable isolation des bâtiments, développement des transports en commun, de la voiture de demain, usage plus propre et raisonné des hydrocarbures, développement de nouvelles capacités de production des énergies renouvelables et du potentiel hydroélectrique, relance de la filière industrielle du nucléaire... La France, ses salariés, son industrie et son service public peuvent répondre présents.

Au regard des programmes des candidats à la prochaine élection présidentielle une vérité saute aux yeux. Nombre d’entre eux décident arbitrairement de refuser telle ou telle énergie, le nucléaire pacifique pour les uns, le renouvelable pour les autres, privant ainsi la nation d'atouts pour une transition nécessaire, faisant courir le risque de pénuries, de délestage voire de black-out en Europe. Le centre, la droite et ses extrêmes aggravent les privatisations et la casse des services publics laissant ainsi le pouvoir aux firmes capitalistes. Ils entendent casser le modèle social, les statuts, conditions vitales pour la sureté de la production et le service public.

Fabien Roussel est le seul candidat qui avance l’audacieuse idée d’un mix énergétique diversifié valorisant toutes nos capacités, mobilisant la finance pour ce faire, revivifiant et démocratisant le service public de l’énergie avec de réels pouvoirs d’intervention des salariés dans les entreprises, qui propose d'utiliser les compétences de notre pays pour des rapports de coopération et de solidarité, à l’échelle de l’Europe et du monde, afin que l'énergie soit facteur de paix plutôt que de conflits. Sa démarche ne se fonde ni sur des incantations, ni sur la soumission aux appétits privés, elle fait confiance aux hommes et aux femmes, à leur force commune, à la connaissance technique et scientifique. C'est pourquoi nous appelons à voter Fabien Roussel, pour une énergie sociale et écologique, pour ouvrir un chemin de renaissance d’une gauche rassemblée pour le progrès.

 

Premiers signataires : Jean-Luc Borde, Marie-Claire Cailletaud, Nicolas Cano, Gilles Canqueteau, Denis Cohen, Fabrice Coudour, Jean-François Coulin, Rémi Coupas, Eric Couvez, François Dos Santos, François Duteil, Michaël Fieschi, Jean-Christophe Fournel, Sébastien Gautheron, Virginie Gensel, Valérie Gonçalvès, Laurent Hérédia, Frédéric Imbrecht, Julien Lambert, Laurent Langlard, Jean Lavielle, Michel Lebouc, Oswald Le Comte, Claude Martin, Serge Martin, Maud Mathieu, Virginie Neumayer, Peppino Terpolilli, Gwenaël Plagne, Henri-Jean Portail, Bruno Prepoleski, Eric Roulot, Bruno Sallot, Laurent Santoire, Jean-Luc Silvain, Evelyne Valentin...

0 a signé. Prochain objectif : 1 500 !
Quand elle atteindra 1 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !