Pétition de soutien au Urgences de Saint Antoine.

0 a signé. Allez jusqu'à 2 500 !


Le 13 Janvier 2019, deux infirmières et une aide-soignante ont été agressées verbalement et physiquement par un patient. Cette agression a entrainé une ITT de 4 jours pour coups et blessures.

Si les collègues ont pu maitriser l’individu et faire appel aux forces de police, l’agression s’est déroulée en l’absence d’un agent de sécurité normalement obligatoire 24h/24. Ceci constitue une faute
de l’administration qui est tenue de veiller à la protection de ses agents.

D’autre part, les soignantes agressées n’ont eu le droit à aucun accompagnement pour les démarches relatives à cette agression (dépôt de plainte, consultation médicale, soutien psychologique…)

A ce jour, plusieurs cas similaires d’agressions physiques sur du personnel soignant ont eu lieu au sein du service des urgences. A cela s’ajoute les problèmes récurrents de manque de personnel, de matériel et autres dysfonctionnements. L’équipe soignante ne tolère plus ces conditions de travail et cette recrudescence de violences dans un lieu de soins, d’écoute, d’aide, de tolérance… parce que nos
conditions de travail sont vos conditions de prise en charge.

Il a donc été décidé d’entrer en grève le lundi 18 Mars 2019 et ce pour une durée illimitée.

Il nous semble important que l’administration entende la souffrance du personnel soignant et mette en place les mesures nécessaires pour leur venir en aide.

On prend soins des patients mais qui prend soin de nous ? 

Les services d'accueil des urgences sont aujourd'hui le recours pour une part de plus en plus importante de la population aux soins non programmés.

Ainsi depuis de nombreuses années l'activité dans les SAU augmente inexorablement sans que cette surcharge de travail ne soit reconnue. Ce qui est décrit alors comme un engorgement des sites se traduit pour nous par la gestion de situation qui dépasse bien souvent le cadre strictement soignant. Nous prenons sur les épaules tout le poids, le stress, l'angoisse, le flux, les responsabilités, la surcharge de travail et encore trop souvent l'agressivité des patients qui n'en peuvent plus d'attendre.

Cette particularité nous l'endossons, nous l'a domptons mais elle doit nous être reconnue autrement que par le soutien, un sourire ou un mot gentil. Infirmièr(e), aide-soignant(e) nous réclamons une revalorisation de notre rémunération au regard des conditions spécifiques dans lesquelles nous exerçons notre métier. Cette revalorisation nous l'estimons à 300 euros nets mensuels.

Parce que nous le valons bien.



L'équipe des Urgences de Saint-Antoine. compte sur vous aujourd'hui

L'équipe des Urgences de Saint-Antoine. a besoin de votre aide pour sa pétition “AP-HP: Pétition de soutien au Urgences de Saint Antoine.”. Rejoignez L'équipe des Urgences de Saint-Antoine. et 1 961 signataires.