Non à l’antenne relais de téléphonie mobile, chemin des moulins, 91 Linas

0 a signé. Allez jusqu'à 200 !


  • Bouygues Telecom a obtenu, de la part de la municipalité de Linas, d’implanter une antenne-relais de téléphonie mobile chemin des Moulins à Linas. Les riverains ont découvert ce projet suite à l’implantation d’un panneau de permis de construire. Cette infrastructure de plus de 25 m de haut devait porter 6 antennes. Depuis, Bouygues Telecom a cédé ces antennes à Cellnex France. Suite au conseil municipal au 4 septembre, nous apprenons via le CR qu’au mépris de l’inquiétude des riverains de cette future antenne, la municipalité laisserait s’installer non plus un mais deux opérateurs sur cette antenne relais pour un « revenu » de 20 000 Euros par an.
  • Aujourd’hui, la toxicité sanitaire de la téléphonie mobile est entièrement prouvée sur le plan scientifique avec plus de 1800 travaux scientifiques publiés et reconnue par l’OMS qui a classé ces ondes comme potentiellement cancérigène au même titre que le plomb, le bisphénol A ou encore le glyphosate …. Les pathologies connues sont des maux de tête, nausées, troubles du sommeil, cancers (cerveau, thyroïde, pancréas, leucémie et lymphome touchant notamment les enfants), malformations prénatales, maladies du système immunitaire, …
  • Le choix de l’emplacement de cette antenne chemin des moulins pose question. Le principe de précaution par rapport aux rayonnements électromagnétiques auxquels seront exposés les riverains n’est pas appliqué et la charte de l’Environnement n’est pas respectée :
  1. Cette antenne est prévue d’être implantée à 12 m de la commune de Montlhéry, comme si la municipalité voulait minimiser l’impact sur son électorat.
  2. Les premières maisons impactées se trouvent à moins de 30 m. Un lotissement entier de Linas, un quartier de Montlhéry et de Linas en flan de colline et enfin des habitants de la commune de Longpont subiront eux aussi les effets toxiques de ces ondes.
  3. Le site d’implantation prévu se situe au milieu de la colline et non à son point le plus haut ou dans la vallée qui est pourtant très large, ce qui va limiter son efficacité et défigurera à jamais le paysage.
  4. La couverture réseau mobile à ce jour est excellente dans ce secteur. On peut s’interroger sur l’utilité d’une 7ième antenne sur la commune de Linas.

 

  • De plus, si aujourd’hui le projet prévoit que cette antenne accueillerait 2 opérateurs, qu’est-ce qui empêchera demain la municipalité de Linas d’accepter que les autres opérateurs s’implantent puisque selon la loi, tous les opérateurs doivent avoir les mêmes droits ? Compte tenu de l’ABSENCE TOTALE de transparence et de CONCERTATION de la part du maire qui ne prend pas la peine de répondre à nos courriers, on peut s’attendre à tout. Nous attendons toujours la simulation de l’exposition aux champs électromagnétiques des maisons à proximité de l’antenne demandée au maire par LRAR, fin juin 2017. A noter que l’exposition des citoyens aux ondes de l’antenne et le risque sanitaire encouru va dépendre de plusieurs facteurs : la durée d’exposition, la distance par rapport à l’antenne, la hauteur de celle-ci, la forme du lobe d’irradiation et la puissance des antennes (voir article). D'après le rapport BioInitiative, et selon les directives européennes (résolution du 27/05/2011), pour les champs électromagnétiques de téléphonie mobile, les valeurs limites préconisées sont 0,2 V/m dans un lieu de repos (la norme officielle en France est de 41 à 61 V/m suivant la fréquence, soit 200 fois supérieure) et 0.6 V/m dans un lieu de passage. Au-delà de 50 m de l’antenne, les valeurs de champ peuvent dépasser de beaucoup ces valeurs limites (> 1V/m). De fait, les riverains les plus proches ne sont pas les plus exposés et à 500 m d’une antenne, le niveau des ondes demeure important.

 

En conséquence, nous, signataires de la pétition refusons d’être irradiés par ces ondes, et considérons que le projet d’implantation de cette antenne Chemin des moulins à Linas n'est en aucune façon la meilleure solution pour répondre à l’obligation des opérateurs à assurer une couverture du territoire en haut et très haut débit.

  • Si cette antenne était si inoffensive, pourquoi la municipalité ne propose-t-elle pas de l’implanter à proximité du nouveau lotissement prévu plus au sud de celui des Bas-Sablons sur des terres actuellement agricoles ? Il y a certainement des endroits plus appropriés sur la commune de Linas notamment le long de la N104 qui ne mettent pas en danger les citoyens et qui permettent à la fois de répondre à cette obligation de couverture et d’engranger pour la ville de Linas un revenu annuel. Encore faut-il prendre la peine de les chercher et de le faire en concertation avec la population qui, en l’état actuel du projet, est totalement prise en otage.

 

  • Sans oublier que l’implantation d’une telle infrastructure à nos fenêtres met en plus en péril notre patrimoine immobilier et rendra très frileux tout acheteur potentiel (dépréciation de la valeur immobilière de 15 à 30 %).

Pour lutter contre ce projet, nous avons créé le collectif Anti-AntenneChemMoulins91, Membre de l’Association National Robin desToits (www.robindestoits.org et du CRIIREM   (https://www.criirem.org/

 

Vous pouvez nous suivre sur Twitter   @AntChemMoul91

Toutes les bonnes volontés, les bonnes idées et aides sont les bienvenues. Venez nous rejoindre,envoyez-nous un email à  anti_antennechemmoulins91@orange.fr

 

La pétition sera envoyée au Maire de Linas, M. Pelletant et à sa municipalité.

La pétition sera également envoyée par formulaire de contact à monsieur le Président de la République, Madame la ministre de la santé et monsieur le ministre de la Transition écologique et solidaire. Mais également à tous les élus locaux, députée de la circonscription, membres des listes d’opposition.



Anti-antenneChemMoulins91 compte sur vous aujourd'hui

Anti-antenneChemMoulins91 D a besoin de votre aide pour sa pétition “Anti_antenneChemMoulins91: Non à l’antenne relais de téléphonie mobile, chemin des moulins, 91 Linas”. Rejoignez Anti-antenneChemMoulins91 et 131 signataires.