Explorer un musée sous-marin immergé dans les piscines naturelles de St-Malo à Guernesey

0 have signed. Let’s get to 100!

At 100 signatures, this petition is more likely to be featured in recommendations!

Se baigner quelle que soit l’heure la marée… On en rêve surtout quand il fait chaud. Sur la côte d’Emeraude et les îles anglo-normandes, la baignade est possible à toute heure de la journée sur quelques-unes des plus belles plages du littoral breton mais aussi anglo-normand, avec Guernesey et ses quatre bassins qui composent depuis 1844 : La Vallette Bathing Pools. Un projet La Vallette Challenge entend rendre de nouveau cet espace accessible à tous pour l’été 2022 et lui redonner sa splendeur Victorienne : https://vivelavallette.com/ . Après avoir posé des sculptures dans les fonds marins un peu partout sur la planète, un artiste britannique Jason deCaires Taylor a investi la Méditerranée pour développer un premier éco-musée sous-marin à Cannes, près du rivage de l’île Marguerite. Un projet écologique et une œuvre toujours en mouvement que la mer viendra peaufiner… Et peut-être inspirer la relation Saint-Malo Guernesey ?

La cité corsaire possède deux piscines d’eau de mer. La plus grande se trouve Plage de Bon Secours. C’est sans doute la plus connue. Elle a été construite en 1937 à l’initiative de René Lesaunier, propriétaire des « bains René », l’ancêtre du Bar du Soleil, l’un des trois bureaux de plage de l’époque. Située au pied des remparts, à la porte Saint-Pierre, elle fait face à Dinard et à la mer aussi. Reconnaissable à ses 3 plongeoirs, elle fait la joie des baigneurs 24h/24h.

Direction ensuite la plage de l’Eventail pour découvrir la seconde piscine naturelle de la ville. Moins grande et moins profonde que la piscine de Bon Secours, elle accueille parents et enfants souhaitant tout simplement se rafraîchir et patauger.

À Cancale… Au pied de la pointe du Hock à Cancale, la plage de l’Abri des Flots offre un magnifique cadre face à l’île des Rimains et au Rocher de Cancale. Elle cache aussi une piscine d’eau de mer. C’est un repaire d’habitués. Il faut connaître pour venir jusque-là ! Ici pas de grande plage mais juste quelques bancs de sable, des rochers, des galets et la piscine…

À Dinard… La cité balnéaire a aussi ses deux piscines naturelles découvertes. La première se trouve un peu à l’écart de la plage de l’Écluse, au pied de la pointe du Moulinet. Elle a été construite en 1928 par l’entrepreneur Franck Bailly afin de permettre les bains de mer à toute heure. On peut la rejoindre à pied par une digue ou bien directement par la plage à marée basse.

La seconde est nichée bien à l’abri au fond de la Baie du Prieuré sur la plage du même nom. Elle est bordée par une digue qui rejoint ensuite la célèbre promenade du Clair de Lune.

A Guernesey, depuis plus de 150 ans, les bassins qui composent La Vallette Bathing Pools se définissent comme un « community hub accessible to all », avec un site internet dédié pour suivre les actualités et rencontres insulaires : https://vivelavallette.com/

La presse anglo-normande a salué l’énergie déployée pour redonner vie à cet espace à partir de l’été 2022, grâce à l’implication des habitants et d’un cabinet d’architectes implanté dans l’île de Guernesey : https://youtu.be/HuqJVohL9-I

Une synergie pourrait stimuler la relation des deux territoires : Côte d’Emeraude et îles anglo-normandes pour valoriser leurs bassins respectifs. Et promouvoir conjointement une approche d’éco-musée sous-marin orienté vers la découverte des richesses de la mer. Dans son œuvre : les Travailleurs de la Mer, Victor Hugo imagine la figure d’un roi Auxcrinier de l’Océan qui refuse le droit d’entrée à l’or et à l’argent sans son autorisation : la seule monnaie ayant cours est le coquillage dont la mer est l’inépuisable coffre-fort.

Les travaux menées par Jason deCaires Taylor, né le 12 août 1974 à Canterbury, sculpteur britannique spécialisé dans la création de sculptures sous-marines, pourraient être très éclairants.

Fils unique d'un père britannique et du mère guyanaise, tous les deux enseignants, Jason deCaires Taylor a fait ses études dans le Kent, puis à l'Institut de Londres au Camberwell College of Arts dont il sort diplômé en 19983. Dès son enfance, son goût pour la faune maritime lui vient de ses séjours avec ses parents en Thaïlande et en Malaisie, Il fait de la plongée depuis l'âge de 18 ans et devient moniteur en Australie. Il exerce divers petits boulots comme graveur sur pierre, scénographe de concerts, photographe sous-marin. Revenu dans la capitale britannique quelque temps plus tard, il collabore notamment à la construction du Dôme du millénaire. Puis il s'installe sur l'île de Grenade dans les Caraïbes et crée sa première sculpture sous-marine intitulée Grace Reef.

Exposés aux ouragans et aux effets du tourisme de masse, les récifs avaient été endommagés par deux ouragans successifs en 2004 et 2005. L'objectif est donc de les revivifier. Le succès de l'initiative conduit à l'élaboration d'un projet analogue, au large de Cancún (Mexique). Plus vaste, le Musée subaquatique d'art (MUSA) est inauguré en 2010. Dans les deux cas, les parcs de sculptures sont voués à être complétés et animés, de façon à "rendre compte des diverses étapes de l'évolution des coraux". "À long terme", le musée mexicain est destiné à devenir "une plateforme pour engager tous types de formes d'art en rapport avec la mer. Mon objectif est de voir des concerts, des ballets, des installations lumineuses temporaires".

Les œuvres de Taylor développent trois thèmes majeurs : la nature, en particulier la protection de la faune sous-marine, la mythologie et la métamorphose.

Grandes marées… et pêche à pied

Sur la côte d’Émeraude, le spectacle auquel on assiste est aussi impressionnant à marée basse, avec des panoramas lunaires. En se retirant, la mer met à nu une immense étendue de sable, ce qui transforme radicalement les paysages. C’est alors le moment de s’équiper d’une épuisette, d’un seau et d’une pelle pour parcourir le vaste espace sableux découvert, à la pêche aux palourdes, couteaux, moules, coques, huîtres, crevettes… Les coquillages et crustacés abondent.

Attention cependant, les courants forts et la rapidité de la montée des eaux nécessitent d’être prudents lors de la pêche. Profitez de cette activité pour prendre un bon bol d’air marin et appréciez la beauté du paysage qui s’étend devant vous.

Un phénomène impressionnant

Les marées sont particulièrement réputées dans les baies de Saint-Malo et du Mont-Saint-Michel, où la différence entre la haute et la basse mer peut atteindre une hauteur de plus de 14 mètres (l’équivalent d’un immeuble de quatre étages). Sur une échelle de 20 à 120, les coefficients de marées atteignent ici régulièrement 110. Un phénomène unique de l’écrivain Victor Hugo illustrait en comparant la vitesse de la marée à celle d’un cheval au galop !

Deux fois par jour, le littoral se transforme offrant ainsi un spectacle un spectacle saisissant qui reflète la force de la nature, avec des paysages en perpétuel changement.

Les plus grandes marées d'Europe

Parce qu’en Bretagne on ne fait pas les choses à moitié, les marées de Saint-Malo et de la baie du Mont-Saint-Michel figurent parmi les plus grandes d’Europe.

Captivant, ce phénomène bien connu en Bretagne offre des paysages époustouflants à observer au moins une fois dans sa vie !

Un écosystème riche en minéraux marins qu’il convient de développer et de valoriser, dans les sillages des industries Probiomer développées par mon arrière grand-père, Théophile Lognoné (1895-1974). C’est le sens de cet appel visant à explorer un éco-musée sous-marin immergé dans les piscines naturelles de la Côte d’Emeraude, de Saint-Malo à Guernesey.