Annecy : contre la nouvelle piste cyclable Marquisats <> Pâquier

Pour créer un projet, une idée, aussi bonne et louable soit-elle, ne suffit pas, il faut apporter une solution globale à un problème, en mesurant tous les aspects positifs et négatifs et leurs effets.
Le manque d'imagination et des idées simplistes conduisent à mettre en place des solutions surannées, dépassées et à contre-temps, et qui plus est, en faisant abstraction de toutes interférences ou conséquences des actions engagées.
La mise en place de ce tronçon pour permettre à une centaine, peut-être moins, de cyclistes, utilisant la bicyclette pour se rendre au travail (*) en lieu et place de la voiture, ne réduit pas de manière drastique le volume de voitures devant par obligation emprunter ce passage obligé pour rentrer ou sortir d'Annecy par la rive ouest. Aucune mesure d'accompagnement concertée n'a été engagée de manière concomitante pour faciliter la mobilité des non-cyclistes, qu'ils le soient par choix, par nécessité et surtout et principalement pour les automobilistes par obligation. Au lieu de stigmatiser l'automobiliste, de vouloir le contraindre à changer de comportement, offrez-lui des solutions pérennes, réfléchies, innovantes, efficaces et efficientes écologiquement et économiquement sans aller rechercher des solutions dans le catalogue du XIXème siècle (tramway ou tunnel) ou dogmatique (navette lacustre .......sans précision d'ailleurs navettes pour aller où!). Conditions essentielles à cette mutation , que ces évolutions et changements de mode de déplacement se fassent sans pénaliser en temps et en confort ou assez peu pour être acceptables. La seule pensée de "contraindre les automobilistes" ne peut que les braquer. Leur proposer des alternatives viables et sérieuses eût été constructif.
Le temps serein, hors condition de précipitations, froid, vent fort n'est pas représentatif du climat de régime continental montagnard du bassin annecien et la période estivale et touristique faussent la représentativité des résultats de l'expérimentation.
Affirmer dans ces conditions que "c'est un succès en terme de fréquentations" dès lors apparaît présomptueux ou totalement orienté. Des centaines d'automobilistes moteur tournant, à l'arrêt dans les bouchons ainsi créés, quel impact sur le climat et la santé ? Bilan avant et pendants expérimentation des rejets voiture ?
Seule l'amélioration sécurité pourrait être un mise à l'actif encore que le parcours antérieur n'avait aucun caractère dangereux. Il fallait juste mettre pied à terre 2 fois au pont des Amours et pont de la halle.
Soyez ouverts et imaginatifs sans rechercher dans le passé les solutions. Ce ne sont, ni ne seront, les solutions d'avenir.
Ce n'est pas en améliorant la bougie que Thomas Edison a inventé l'ampoule électrique.
Et pour paraphraser Prévert, en suivant une idée fixe, ne soyez pas surpris de ne pas avancer.

Je suis et je me définis comme un écologiste, un vrai, c'est à dire non dogmatique mais responsable, dans mes choix, mes décisions et mes actions, de surcroît encore sportif et donc apte à me déplacer à pied ou en vélo, ce que je fais pour mes déplacements en ville. L'expérimentation de la piste cyclable n'a eu aucun effet positif d'un point de vue écologique sur mes déplacements urbains. Seulement me bloquer ou ralentir de longues, très longues minutes lors de sorties hors de la ville pour des destinations où aucun mode alternatif à la voiture n'existe.
J'ai le sentiment d'avoir pollué, réchauffé un peu plus que je ne le faisait avant la planète par cette initiative non maîtrisée.

(*) Les cyclos-touristes ne doivent pas être pris en compte dans le comptage des usagers puisqu'aucun gain mobilité responsable n'est acquise avec le tronçon pour mesurer l'impact écologique de cette initiative.

Jean-Marc THIBAULT, Annecy, France
9 months ago
Shared on Facebook
Tweet