Anne Hidalgo : laissez-nous travailler ! Les VTC doivent circuler dans Paris

Anne Hidalgo : laissez-nous travailler ! Les VTC doivent circuler dans Paris

0 a signé. Prochain objectif : 7 500 !
Quand elle atteindra 7 500 signatures, cette pétition aura plus de chance de recevoir de l'attention de la part du décisionnaire !

Syndicat INV ( intersyndicale nationale VTC ) a lancé cette pétition adressée à Anne Hidalgo (Maire de Paris) et à

Le syndicat INV se mobilise une nouvelle fois, le samedi 29 mai 2021 à 13h rue de Bercy (Paris 75012).

Le syndicat INV entend se mobiliser pour dénoncer le futur projet de la Maire de Paris, Madame Hidalgo et Monsieur David Belliard ( adjoint )

Le syndicat INV a pris connaissance de la future politique de la Mairie de Paris tendant à interdire la circulation routière dans le centre de la capitale.
Compte tenu du mépris de Madame Hidalgo à l’encontre des chauffeurs VTC, nous craignons légitiment, que ce futur projet exclura les chauffeurs du centre de Paris, à l’instar de la rue de Rivoli.

La Mairie de Paris a pour ambition d’interdire le trafic de transit dans le centre de Paris, mais d’autoriser certaines catégories de professionnels, tels que les taxis. Force est de constater que Madame Hidalgo n’entend pas accorder cette autorisation au secteur du VTC.
Nous ne pouvons accepter cette politique d’exclusion, en effet de nombreux chauffeurs ont perdu d’importants contrats suite à la fermeture de la rue de Rivoli.

Nous rappelons que le centre de Paris regroupe 300 hôtels, 2000 restaurants, 150 000 résidents, 50 000 entreprises, 40 musées et de nombreux théâtres. Interdire l’accès à cette zone économique à l’ensemble des chauffeurs c’est les condamner définitivement à une mort certaine.

Aujourd'hui, beaucoup de chauffeurs VTC, sont dans une situation précaire, s’inquiètent pour le futur de leur profession. L'interdiction de circuler dans Paris pourrait entraîner pour eux une chute dramatique de leurs revenus ainsi qu’un impact direct sur le moral et la santé des chauffeurs VTC.

Combattre l'uberisation ce n'est pas accablé les chauffeurs mais plutôt de porter la responsabilité chez les plateformes numériques qui se livrent une "guerre pécuniaire ".

Certains ont des créances et se sont émancipés des plateformes pour vivre dignement mais avec cette possibilité d'exclusion,  c'est donner raison aux plateformes qui savent s'adapter à toutes les situations. 

Ce projet mortifère est insoutenable dans la mesure où les chauffeurs VTC font face à une politique tarifaire désastreuse orchestrée par les plateformes numériques et devront par ailleurs s’adapter à l’arrêt du fonds de solidarité.
Nous affirmons avec force que notre mobilisation sera sans limite, nous défendrons avec pugnacité notre liberté fondamentale d’entreprendre.

Le syndicat INV appelle tous les chauffeurs VTC à une mobilisation de masse contre cette future politique d’exclusion.

Nous appelons aussi les concitoyens à soutenir notre action

0 a signé. Prochain objectif : 7 500 !
Quand elle atteindra 7 500 signatures, cette pétition aura plus de chance de recevoir de l'attention de la part du décisionnaire !