Francisation du slogan des JO de Paris 2024

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


Alors que Los Angeles indique sa préférence pour 2028, il apparaît comme certain que notre capitale aura la chance d'accueillir les Jeux Olympiques de 2024. Le 3 février 2017, Paris a choisi comme slogan officiel "Made for sharing", qui sera imprimé, affiché, inscrit un peu partout dans notre pays. Or, il est bien malheureux que ce slogan soit en langue anglaise.

Le directeur du comité de campagne a déclaré à l'AFP: "Nous, notre travail, c’est de convaincre 95 membres du CIO, qui viennent de 67 pays. Et il n’y a aucun Français puisqu’ils n’ont pas le droit de voter. Or, 80% des votants nous demandent de leur faire parvenir les documents en anglais." Rappelons que pour l'instant, la devise officielle des Jeux est encore en latin.

Précisons par honnêteté qu'un second slogan existe: Venez partager! mais il s'est très vite effacé devant celui projeté sur la Tour Eiffel.

L'Académie française a réagi dans un communiqué daté du 16 février en ces termes "Ce slogan a déjà été utilisé lors de campagnes publicitaires pour les bonbons de la marque Quality Street, les biscuits « Cadbury Snaps » et les pizzas à découper de la chaîne Burger King. [...] L’article 23 de la Charte olympique dispose que « les langues officielles du Comité international olympique sont le français et l’anglais » – dans cet ordre. [...] l’Académie française exprime à l’unanimité sa réprobation devant la décision du comité d’accorder la priorité à la langue anglaise pour porter la candidature olympique de la ville de Paris." avant d'ajouter, dans un article des néologismes et anglicismes du 2 mars " A-t-on à ce point honte de notre langue que l’on n’ose l’employer ? Pense-t-on entraîner l’adhésion de tout un peuple à ce projet en refusant de s’exprimer dans sa langue ? N’y a-t-il nul autre moyen, pour se distinguer de son principal concurrent, que de lui emprunter sa langue ? Est-il logique de se dire fait pour partager si l’on ne veut pas communiquer dans sa propre langue ? N’est-ce pas traiter par le mépris tous les francophones étrangers qui aiment cette langue ?".

M. Bernard Pivot, président de l'Académie Goncourt,  a lui aussi réagi par ce message du 6 février 2017:
"Premier cas de dopage aux JO de 2024 : le slogan de Paris aux anabolisants anglo-américains."

Il a ajouté sur RTL il y a quelques jours "C’est une faute contre la langue française qui est une langue olympique, c’est une ânerie car même dans la langue de Shakespeare ce slogan est d’une grande platitude et enfin c’est une erreur car dans leur arrogance les pays anglophones vont trouver normal que les Français s’expriment en anglais alors que les pays francophones vont s’indigner que Paris, capitale de la francophonie, fasse la courbette devant la langue qui n’est pas seulement celle de Shakespeare mais celle de Donald Trump."

Nous demandons par conséquent au maire de Paris, Mme Hidalgo, de bien vouloir prendre acte de notre désapprobation et de remédier à cette situation.



N compte sur vous aujourd'hui

N A a besoin de votre aide pour sa pétition “Anne Hidalgo: Francisation du slogan des JO de Paris 2024”. Rejoignez N et 25 signataires.