Contre l’installation des antennes relais au 11 rue de l’Ourcq au péril de notre santé

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


Après un avis défavorable de la mairie d’arrondissement, le 29 novembre la CCTM (Commission de Concertation sur la Téléphonie Mobile) a validé l’autorisation pour l’installation de 3 nouvelles antennes relais FREE sur nos immeubles. L’opérateur de la prochaine installation estime le taux d’exposition à 3 -  4V/m pour certains endroits.

Or ces ondes sont classées comme potentiellement cancérigènes par l’Organisation Mondial de la Santé depuis  le 31 mai 2011 et une résolution du Conseil de l’Europe reconnait le danger et recommande l’abaissement des seuils d’exposition aux champs électromagnétiques à 0,6V/m pour descendre progressivement à 0,2V/m.

Lors de la CCTM, par le biais de la CLCV (Consommation Logement Cadre de vie) nous avons évoqué le  fait que beaucoup d'habitants de la cité ont de lourdes pathologies (cancers, problèmes de Thyroïde, Dysfonctionnement du système immunitaire etc.…) et des problèmes moins lourds mais gênants et non négligeables (acouphènes, troubles du sommeil…). Nous demandions alors qu’avant tous travaux soit étudié l’impact des antennes relais qui sont en service sur nos toits et, pour certains, en face de leurs fenêtres : une station Orange au dessus du hall 17 et une station Bouygues Télécom au dessus des halls 16 et 14, là où précisément Free veut installer ses antennes.

La demande d’installation de Free, comme la quasi-totalité des dossiers qui passent en CCTM,  a été validée.

 

Les procédures d’installation révèlent le mépris pour notre santé et  notre qualité de vie.

Le peu de rigueur dans la constitution des dossiers d’information, remis par les opérateurs, qui comportent de graves erreurs (dans notre dossier, sur un plan, les antennes sont dessinées aux mauvais endroits); la non prise en compte de l’exposition aux champs électromagnétiques causés par les antennes déjà en service et, malgré tout cela, la validation systématique des dossiers en CCTM (commission à laquelle ne siège aucun professionnel de santé) sont autant de manifestations du désintérêt pour les dangers que font courir ces antennes à notre santé.

Aucune action n’est mise en place pour s’assurer de l’innocuité de ces installations alors que, pendant ce temps, Paris Habitat touche un loyer annuel de 10 000e à 25 000e par station et les assurances refusent d’assurer contre les risques sanitaires liés aux expositions aux champs électromagnétiques.

 

 Nous demandons à Madame Hidalgo :

-          de refuser l’installation de nouvelles antennes relais avant la réalisation d’une enquête sanitaire confirmant l’innocuité des antennes en service sur nos toits et face à nos fenêtres depuis 1996 et 2000 ;

-          de refuser l’installation de nouvelles antennes relais ne respectant pas le principe de précaution, c'est-à-dire que les expositions aux champs électromagnétiques ne dépassent pas les 0,6V/m.

A défaut de quoi nous nous opposerons à l’installation des antennes relais.

 

Prenons notre santé en main et mobilisons nous !



Association Ourcq Rencontres et Solidarités compte sur vous aujourd'hui

Association Ourcq Rencontres et Solidarités a besoin de votre aide pour sa pétition “Anne Hidalgo: Contre l’installation des antennes relais au 11 rue de l’Ourcq au péril de notre santé”. Rejoignez Association Ourcq Rencontres et Solidarités et 41 signataires.