Examens à l'université Paul Valéry : nous voulons l’égalité !

0 a signé. Prochain objectif : 10 000 !


Dans un contexte de pandémie de COVID-19, beaucoup d'étudiantes et étudiants de l'université Paul Valéry Montpellier 3, par choix ou par défaut, ont suivi leurs cours en distanciel pour ce second semestre.

De façon incompréhensible, la présidence de l'université veut organiser les partiels de fin de semestre en présentiel.

  • Certaines et certains d'entre nous, par précarité, ont rendu leur logement à Montpellier. Ces examens en présentiel vont nous forcer à revenir, parfois de très loin (DOM-TOM), dans une ville ou nous n'avons pas de logement. Avec quel argent allons-nous revenir et nous loger pendant les semaines d'examen ?
    La tenue des examens en présentiel renforce les inégalités entre les étudiantes et étudiants qui ont du partir de Montpellier, souvent les plus précaires ou les plus isolés socialement, et les étudiants qui ont conservé leur logement.
  • Certaines et certains d'entre nous font partie, ou vivent avec, des personnes à risque. Nous ne pouvons nous permettre de nous entasser dans les transports, les couloirs, les salles de cours et les amphithéâtres, et nous risquer à une contamination. Nous sommes ainsi confrontés à un choix terrible et impossible : la santé ou les examens ?
    La tenue des examens en présentiel renforce les inégalités entre les étudiantes et étudiants qui ne peuvent, au vu de leur santé ou de celle de leurs proches, se permettre une telle prise de risque, et celles et ceux en bonne santé et qui ne côtoient pas de personnes à risque.

Étudiantes et étudiants de l'université Paul Valéry, nous demandons simplement l'égalité.

Nous demandons que les partiels de ce second semestre aient lieu en distanciel, pour tous les enseignements qui se sont tenus en distanciel, et quelle que soit la filière.

Nous espérons que notre demande sera acceptée, avant le Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire (CEVU) du mois d'avril 2021, afin de ne pas aggraver une situation déjà alarmante au niveau sanitaire, social et psychologique.

 

- Infos supplémentaires ICI -