Allocations familiales plus justes et dés le premier enfant

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


 Madame La  Ministre

Donner les allocations familiales pour le premier enfant (ce qui se fait dans les dom) c'est possible ! 

(1) En redéployant l’enveloppe existante et sans que celà ne soit au détriment des parents de 2 et 3 enfants. 
(2) en diminuant les prestations pour les plus aisés

Donner au premier enfant ,c'est supprimer une grande injustice pour ne pas appeler de la discrimination . Car un enfant soit t'il le premier ( ou unique) , c'est un futur citoyen à part entière , et à qui on lui demandera demain de voter.
On lui dira qu'il a des devoirs , alors il doit avoir les mêmes droits dés son enfance. Le premier enfant mange exactement comme le 3 ème d'une fratrie , exactement comme le dernier. Ils a les mêmes besoins
(3) Une suggestion qui pourrait être étudiée:                                                               l'argent remplacé par la suite par des bons nominatifs ( vêtements, chaussures, cantines et fournitures scolaires),afin qu'il ne soit plus détourné à d'autres fins.
Les allocations familiales n’étaient pas voulues pour que l'argent aille un jour dans un smarphone dernier cri , ni pour partir en vacances , ni pour acheter un salon de jardin , un écran plat , de l'alcool ou du tabac. On est en droit de penser , que Le général De Gaulle qui a mis l'ordonnance du 19 Octobre 1945 , n'aurait jamais accepté de telles dérives.
historique de la sécurité sociale : *loi du 22 Aout 1946 : allocations familales 
Exposé des motifs de l’ordonnance du 4 octobre 1945 (extraits)
L'ORDONNANCE DU 19 OCTOBRE 1945 voulait que La sécurité sociale soit la garantie donnée à chacun qu’en toutes circonstances il disposerait des moyens nécessaires pour assurer sa subsistance et celle de sa famille dans des conditions décentes. Trouvant sa justification dans un souci élémentaire de *justice sociale, elle répondrait à la préoccupation de débarrasser les travailleurs de l’incertitude du lendemain, de cette incertitude constante qui crée chez eux un sentiment d’infériorité et qui est la base réelle et profonde de la distinction des classes entre les possédants sûrs d’eux-mêmes et de leur avenir et les travailleurs sur qui pèse, à tout moment, la menace de la misère. "celà concernait les risques maladie, maternité, invalidité, vieillesse, décès. *La loi du 22 août 1946 (Allocations familiales) devait quand à elle ,s’étendre à TOUTE la population ( sécurité sociale établie par le général De Gaulle et les résistants de la libération.                                                     

Je vous prie d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de ma considération distinguée.



 

 

 

 

 

 



francine compte sur vous aujourd'hui

francine LESSERTEUR a besoin de votre aide pour sa pétition “Allocations familiales plus justes et dés le premier enfant”. Rejoignez francine et 23 signataires.