Victoire

Stationnement payant à Bordeaux : une taxe supplémentaire !

Cette pétition a abouti avec 339 signatures !


BORDEAUX : STATIONNEMENT PAYANT INTRA-BOULEVARDS

NON AUX TAXES SUPPLEMENTAIRES

 Le stationnement payant intra-boulevards à Bordeaux s’étend progressivement à toutes les rues. 

QUEL IMPACT sur les Bordelais et les salariés n’habitant pas Bordeaux mais travaillant à Bordeaux ? 

Il est une charge supplémentaire aux taxes d’habitation et foncières (déjà élevées à Bordeaux) et met en difficulté les foyers les plus modestes dont un abonnement résident peut équivaloir à une taxe d’habitation.

 
Il est une entrave aux échanges et rencontres entre parents, enfants, petits-enfants, parents âgés et amis. Il nuit au lien social
 

Ex : des grands-parents devant garder leurs petits-enfants une demi-journée devront s’acquitter de 7,20 € pour 4 h (sachant qu’ils paient éventuellement un abonnement sur une autre section) Idem pour les personnes s’occupant de leurs parents âgés, parfois quotidiennement. 

            Peut-on admettre, habitant la même ville, qu’un abonné résident doive payer deux fois pour voir ses enfants, petits-enfants ou parents sur une autre section ? 

Il représente un coût exorbitant pour les travailleurs qui n’habitent pas Bordeaux : 18 € pour une journée de travail. Quand il s’agit d’auxiliaires de vie ou aide-ménagères, on peut imaginer ce que représente, sur leurs salaires, un stationnement à 7,20 € pour 4 h de travail. 

Les artisans, commerçants, professions de santé « bénéficient » d’un abonnement de 30,00 €/mois, soit 360 €/ ans pour une seule section pour les sédentaires, toutes les sections pour les itinérants. Certains artisans et cabinets infirmiers interrogés préfèrent y renoncer, trouvant la charge trop lourde.  

L’abonnement pour un seul véhicule par foyer est dommageable : dans un couple, chacun travaille la plupart du temps en des lieux différents, parfois éloignés. Cela nécessite deux véhicules. 

Parcours du combattant lorsqu’il s’agit d’un prêt de véhicule entre résidents de section différentes : déplacement obligatoire à la mairie, début et fin du prêt, documents à fournir, etc. Comment faire aussi en cas de voiture partagée entre 2 résidents de sections différentes ? 

Complexité du système Urbis.

 
La tarification des horodateurs est trop élevée :

La demi-heure de stationnement est de 0,90 €, l’heure à 1,80 €, etc. Nous avons constaté que la majorité des personnes mettent 1 € pour la demi-heure et 2 € l’heure. On peut souligner que pour 1,80€, il faut 5 pièces : 1€ et 4 pièces de 0,20 €, etc. Rares sont les personnes ayant de telles réserves de pièces. L’horodateur ne rendant pas la monnaie, on conviendra que le procédé est pour le moins discutable

 
Le bénéfice d’une seule section par résident (+ une section limitrophe) est trop restrictif pour la vie familiale et sociale. L’abonnement résident devrait permettre l’accès à une autre section, au choix, qui ne soit pas forcément limitrophe, hors grand centre.

 QUE DISENT LES ELUS ?

 
« Prenez les transports en commun ou les vélos » : tous les bordelais n’en ont pas la capacité physique. Les arrêts de bus ne sont pas toujours à proximité ou protégés. Les difficultés augmentent avec l’âge, le transport de charges et les enfants en bas âge.

 

De plus, dans la majorité des cas, la durée du transport passe du simple au double (Par exemple :20 mn en voiture du quartier Croix de Seguey à Nansouty et 45 mn minimum en bus, temps de marche jusqu’à l’arrêt compris, idem de Nansouty aux Chartrons ; pire encore pour certains venant de l’agglomération bordelaise où les transports en commun ne sont même pas envisageables)
 

« Vous pouvez payer le stationnement avec l’application de votre téléphone » : il s’avère que celle-ci n’est pas accessible à tout le monde que ce soit en raison de l’inadéquation du téléphone ou, pour certains, de la complexité du système, surtout pour seulement 15 ou 30 mn de stationnement où glisser une pièce est plus simple. Et il existe encore des personnes sans téléphone portable.

 
« les bordelais ont-ils vraiment besoin de 2 véhicules ? « (dixit M. J.L. DAVID, adjoint au Maire chargé de la vie urbaine). Sans commentaires

 QUE DEMANDONS-NOUS ?

 
La possibilité, pour les abonnés, de choisir une autre section qui ne soit pas forcément limitrophe afin de favoriser les échanges familiaux, amicaux, professionnels. 

Nous le répétons, cette tarification est un réel frein à la fréquence et la durée des rencontres familiales et au maintien du lien social. L’accès à toutes les sections de Bordeaux pour un abonné étant d’ores et déjà rejeté, notre demande d’une section supplémentaire est tout-à-fait raisonnable.

 
La baisse des tarifs : 0,50 € la ½ heure, 1 € l’heure, etc. Ainsi que la diminution de la durée du stationnement payant, à savoir : 9 h/18 h et gratuité entre 12 h et 14 h

 
Abonnement résidentiel possible pour 2 véhicules.
 

Etude d’une solution pour les travailleurs sociaux, aide à la personne et affiliés.
 

Un système simplifié en cas de prêt de véhicule

 Il nous a été dit que la mesure avait été appliquée à la demande des usagers, or un sondage effectué par Sud Ouest montrait plus de 70 % d’avis défavorable. 

Si, comme cela a aussi été dit, le but est d’éviter les voitures ventouses et favoriser la fluidité du stationnement, les mesures que nous proposons seraient tout aussi efficaces et ne nuiraient absolument pas à l’objectif déclaré des élus (à savoir faciliter la rotation des véhicules, adéquation à l’agenda 21, etc). 

A noter que des solutions de stationnement en zone bleue avec disques de stationnement fonctionnent efficacement sur d’autres communes (Le Bouscat, Bruges). Ceci aurait pu être étudié sur certaines sections. 

Il en ressort donc que le stationnement payant à Bordeaux, sous sa forme actuelle, contribue à une baisse du pouvoir d’achat des bordelais, de leur qualité de vie. Il perturbe les relations familiales, sociales et l’activité professionnelle. La plupart des candidats à la présidentielle promet « un allègement des charges » : quel bénéfice pour le contribuable si, au niveau local, elles ne font qu’accroître ? 

Il est temps que les élus en charge de ce dossier prennent conscience de ce qu’est la vraie vie d’un citoyen bordelais moyen au quotidien ; qu’ils nous donnent la preuve que le but est uniquement une amélioration des conditions de stationnement et de circulation. 

En bref, quelles que soient les motivations des élus, il nous paraît tout-à-fait légitime et raisonnable de revoir ces modalités de stationnement (sachant que le bénéfice généré par le stationnement dépasse déjà les « espérances ») afin que Bordeaux reste une ville où il fait bon vivre. 

Le plus contestable est que l’administration et ses élus, en concevant ce projet, ont exclu toute souplesse et négligé de prendre en compte les diversités d’usages et de ressources d’une population qu’ils sont censés servir. 

Nous appelons tous les bordelais et résidents des agglomérations concernés par ces taxes supplémentaires à signer la pétition ci-dessous et, éventuellement à nous faire part de leurs suggestions.

 

 

 



Danielle compte sur vous aujourd'hui

Danielle DELOBBE a besoin de votre aide pour sa pétition “Alain Juppé Maire de Bordeaux: Stationnement payant à Bordeaux : une taxe supplémentaire !”. Rejoignez Danielle et 338 signataires.