Pétition fermée

Aidons M. MACRON à marcher sans béquille ! Pour qu'il démissionne de la fonction publique

Cette pétition avait 118 signataires


M. MACRON se met « en marche ». Il veut « en finir avec l’immobilisme » et les « privilèges politiques et sociaux qui préservent les privilèges de quelques-uns ».
M. MACRON veut faire la place à « une génération nouvelle, combative, entreprenante, audacieuse ».

Les notaires du Loiret se reconnaissent pleinement dans cette description.
Jeunes, les notaires du Loiret ont 47 ans de moyenne d’âge. Ils sont plus de 63 % à avoir moins de 50 ans.
Entrepreneurs, ils ont investi – en s’endettant lourdement – pour pouvoir exercer leur métier et emploient près de 500 collaborateurs dans le département.
Combatifs, ils continuent d’investir en dépit des vicissitudes et des affres que leur font subir un Gouvernement et une administration déconnectée de la vie des entreprises et des réalités du terrain.
Audacieux, ils sont à la pointe des nouvelles technologies, aujourd'hui capables par exemple de produire leurs actes de manière entièrement dématérialisée, et ce bientôt au moyen de la visio-conférence.

Les notaires du Loiret se félicitent que M. Emmanuel MACRON valorise et incite à la prise de risques[1], lui qui a avoué avoir « une préférence pour le risque face à la rente »[2].
À leur habitude, les notaires préfèrent toutefois LES ACTES aux belles paroles et savent qu’un exemple vaut mieux qu’un long discours.
Aussi, les notaires du Loiret invitent M. Emmanuel MACRON
, aujourd’hui haut-fonctionnaire semble-t-il en disponibilité[3], membre du corps prestigieux et très fermé de l’inspection générale des finances, à mettre ses préconisations en pratique et à marcher sans béquille en démissionnant sans délai de la fonction publique.

Les notaires du Loiret rappellent que M. Emmanuel MACRON a lui-même indiqué[4] que – selon lui – le statut de fonctionnaire n'était
« plus adéquat » et «plus justifiable
compte tenu des missions ». « On va progressivement entrer dans une zone – on y est déjà d'ailleurs – où la justification d'avoir un emploi à vie garanti sur des missions qui ne le justifient plus, sera de moins en moins défendable. Je ne sais pas justifier que quelqu'un qui travaille dans la cybersécurité dans une PME soit un contractuel en CDD et que quelqu'un qui travaille, par exemple, dans mon ministère dans le développement économique doit être un fonctionnaire. », avait-il précisé.

Afin d’aider M. MACRON à mettre ses idées en pratique et à sauter le pas, signez nombreux la présente pétition !


[1] V. par exemple ses interventions lors de la dernière université d’été du MEDEF, lors de la French Tech de Las Vegas ou depuis le forum économique de Davos.
[2] Entretien accordé à la revue Risques
[3] L’arrêté portant mise en disponibilité de M.Emmanuel MACRON afin qu’il puisse rejoindre la banque Rothschild en 2008 n’a pas été publié au Journal officiel,  ainsi que l’a révélé le journal Marianne http://www.marianne.net/Quand-Macron-etait-a-la-fois-fonctionnaire-et-banquier_a242250.html L’Inspection général des finances l'avait justifié en indiquant qu’elle ne publiait désormais plus ces arrêtés. On constate toutefois que M. Sébastien PROTO, nommé inspecteur des finances par le même décret que M. Emmanuel MACRON (v. D. 10 mai 2004 : JO 13 mai 2004), et promu par le même arrêté que M. Emmanuel MACRON (v. A. 15 mars 2007 : JO 23 mars 2007), avait, lui, bien été placé en position de disponibilité par arrêté publié au JO afin de pouvoir intégrer le cabinet du ministre du Budget de l’époque  (v. A. 23 août 2007 : JO 6 octobre 2007).
À l’heure de la transparence, on doit déplorer ce changement de pratique de l'IGF qui permettait un contrôle du devenir des inspecteurs généraux des finances, dont le journal Challenges a souligné combien leur situation était souvent privilégiée et faisait d’eux de véritables rentiers http://www.challenges.fr/economie/20130214.CHA6220/de-grands-corps-malades-des-amis-a-recaser.html
En reprenant l’argumentation que l’Inspection général des finances a développée dans son rapport sur les professions réglementées, on peut d’ailleurs considérer que le niveau de certaines rémunérations des inspecteurs des finances (10 000 € mensuels à en croire Challenges) ne s’explique ni par l’ampleur des investissements à réaliser (nuls en ce qui les concerne), ni ne correspond à une prise de risque économique clairement identifiable (nulle en ce qui les concerne). Et, parfois semble-t-il, ne s'explique pas non plus par leur charge de travail... (v. article de Challenges précédemment  cité).
[4] Lors d’un débat public organisé par le think tank « En temps réel », le 18 septembre 2015



Chambre des notaires du Loiret compte sur vous aujourd'hui

Chambre des notaires du Loiret a besoin de votre aide pour sa pétition “Aidons E. MACRON à marcher sans béquille ! Pour qu'il démissionne de la fonction publique”. Rejoignez Chambre des notaires du Loiret et 117 signataires.