Le combat de ma vie pour retrouver la garde de mes enfants!

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


Je suis un papa de 40 ans qui a 2 adorables garçons qui se prénomment A. (8 ans) et V. (12 ans). Depuis le mois de janvier 2018, je suis privé de mes enfants suite à une décision de justice du TGI de Lorient basée sur des mensonges de la part de la maman pour me séparer de mes enfants. La Juge aux Affaires Familiales m'a séparé de mes enfants sans aucune raison, basé sur des fausses attestations produites par la maman. Coupable avant d'être jugé!!!

L'histoire a débuté il y'a maintenant 5 ans lorsque j'ai décidé de me séparer de la maman. Au départ, nous nous sommes entendus, mais tout s'est dégradé lorsque l'ex-mari de ma nouvelle compagne a décidé de se mettre en couple avec mon ex-femme (à 300 km de distance). Un véritable vaudeville...

Les faits ont commencé par de petites choses : cartes d’identité non transmises, refus de passer le téléphone à mes enfants lors des appels, documents scolaires non transmis et se sont aggravés avec le temps allant jusqu'à des phrases « je vais t’abandonner si tu continues à être aussi proche de ton père », « Bientôt, je te le promets, tu n’iras plus voir ton père » … Le pire a été quand la maman pour nier cette relation se faisait appeler Aude au lieu de D. (et oui, il y'avait de l'argent en jeu donc fallait cacher la relation, même en mentant aux enfants au milieu de ce vaudeville).

Mes enfants A. et V. subissent aujourd'hui un véritable « lavage de cerveau » dans le but d’intégrer une image dévalorisante de leur papa, pouvant aller jusqu'à de la diabolisation.

L’ensemble de ces faits étaient largement prémédités, en veut pour preuve cette phrase extraite d’un courriel adressé par l'ex-mari de ma compagne à mon ex-femme : « ils pourront s'afficher sans que tu puisses tout lui prendre, en tout cas la faute sera moins grave alors que pour l'instant il est tenu en laisse... »

Cette seule phrase résume l’enfer que ma famille vit depuis près de cinq années… Après le divorce prononcé en novembre 2016, la situation aurait dû s’arrêter. Bien au contraire, c’est à ce moment là que mon ex-épouse a décidé de s’attaquer à ce que j’ai de plus cher, mes enfants…

 En juin 2017, mon ex-épouse décide de saisir le juge des enfants que nous rencontrons en novembre 2017. Verdict : mon grand V. demande que rien ne change et mon petit A. demande de plus (+) voir son papa... Devant la juge des enfants, la maman vexée de cette position du petit sort un "A. le chouchou de son papa..." ... commentaire relevé par la juge des enfants qui analyse parfaitement la situation et ordonne une mesure d'AEMO (assistance éducative) pour laquelle j'étais favorable... Enfants et papa sortons contents de cette décision...

Mais c'était sans compter sur la maman qui m'attaque en référé pour m'enlever la garde des enfants. Fausses attestations, faux témoignages et un papa naïf, fort de la décision du juge des enfants qui ne se défend pas... Audience, une JAF qui ne m'écoute même pas et boit les paroles de l'avocate de mon ex-femme... COUPABLE! ON M'ENLEVE SANS RAISON LA GARDE DE MES ENFANTS...

Pendant 4 mois, j'ai été incapable d'appeler mes enfants malgré l'appel quotidien généreusement accordé par la JAF! J'ai alors  expédié chaque semaine des cartes postales en RAR à mes enfants... pour qu'ils sachent que papa ne les oubliaient pas... C'est alors que la machine de diabolisation, de manipulation a pleinement fonctionné, sur mon aîné V... Je m'en aperçois à la lecture des rapports réalisés par les professionnels... J'ai perdu mon fils, victime du SAP (Syndrome d'Aliénation Parental)... TERRIBLE! Par contre, mon petit, droit dans ses baskets "mon papa je l'aime énormément!"

VERDICT : UN ENFANT DRESSE POUR HAIR

@ la maman : en excluant puis en manipulant notre fils V. et en dénigrant l’image de l’autre parent, le résultat sera le même : un coeur brisé et l’enfant devenu adulte qui continuera d’en porter les stigmates… V. est né en aimant spontanément ses parents. Qu’arrive-t-il quand on lui apprend à ne plus aimer, voire à haïr…

Agir comme cela, ce n'est pas être une maman...

Le 12 septembre dernier, je voyais la lumière au bout du tunnel mais c'était sans compter sans un report demandé par mon ex-épouse et son avocate pour encore me priver de mes enfants et de leur famille. VERDICT : OUI MADAME, BIEN SUR MADAME de la part de la JAF du TGI de Lorient...

Malgré tout cela, enfin une bonne nouvelle dans cette histoire, nous allons avoir un bébé avec ma compagne...

Alors, je continue à me battre pour que mes enfants voient leur petit frère... mais j'ai de moins en moins de force.

LE COMBAT D'UN PAPA POUR L'AMOUR DE SES ENFANTS

Aujourd'hui, j'ai besoin de vous tous pour que la justice reconnaisse le droit d'un papa et plus largement le droit des pères face à ignominie de certaines mamans...

J'ai aussi besoin de vous pour que le SAP (Syndrome d'Aliénation Parentale) soit reconnu par les professionnels, car c'est destructeur pour les enfants.

MERCI A VOUS