Aidez-nous à devenir maîtres de nos destinées !

0 a signé. Allez jusqu'à 2 500 !


En 1785, Valentin Haüy ouvre à ses frais une école située rue Coquillière à Paris, l’INJA voit le jour. Elle est la première institution française à s'occuper de l'éducation des jeunes aveugles. Le 26 décembre 1786, c'est à Louis XVI qu'Haüy présente ses méthodes et résultats. Il obtient alors un financement royal pour l'accueil de 120 enfants.

 Quoi de neuf en 2018 ? Oh rien,  si ce n’est l’expulsion d’un tiers supplémentaire d’élèves présents in situ. Chargés de déterminer si nous étions « d’intelligence normale », des inspecteurs dépêchés   par le gouvernement ont ainsi rendu leur verdict :« D’intelligence normale, il ne fait aucun doute que ces élèves peuvent prétendre à une scolarisation  en milieu ordinaire. »

Verdict en poche, le gouvernement n’a pas perdu la moindre seconde pour mettre en oeuvre la directive précédemment indiquée : l’institut devra se séparer d’un tiers supplémentaire d’élèves, l’objectif étant de passer d’un tiers d’élèves en inclusion à deux tiers courant 2019.

Si nous sommes là aujourd’hui à protester contre leur décision, c’est pour la simple et bonne raison que nous en connaissons pertinemment les enjeux. Une inclusion brutale, dépourvue de réflexion, sans entier consentement du jeune et de sa famille, encouragera son « exclusion ». Que représente l’INJA pour ses élèves : une institution capable à elle seule de nous rendre autonomes et efficaces au quotidien.

L’institut propose un cursus allant de la grande section à la Terminale. Cependant hormis les filières généralistes, une formation exclusive d’accordeur de piano y est proposée. Au sein de l’établissement, cohabitent divers profils d’élèves, aux parcours et pathologies variés (cécité de naissance, perte brutale de vue, élèves avec une malvoyance installée ou progressive).  L’établissement propose également un hébergement au sein de son internat pour les élèves résidant hors Paris, ainsi qu’un service de taxi gratuit.

Par le biais de cours de locomotion (techniques et aides au déplacements), d’AVJ (stratégies  et aides à la vie journalière), de cours de braille (si nécessaire), de  cours de sport adapté, de cours encadrés par des professeurs diplômés  spécialement formés à la déficience visuelle et de cours de bureautique (formation aux outils informatiques, dactylographie, formation aux logiciels les plus fréquemment utilisés en entreprise), l’institut aide le jeune à évoluer vers une autonomie complète et vers une insertion professionnelle dénuée d’embuches liées à leur situation de handicap.

Mais ce n’est pas tout : les locaux et l’ensemble du personnel ont une importance  toute particulière   et participent à  l’épanouissement  du jeune. Introuvables en milieu ordinaire, les classes ont généralement 12 élèves maximum, ce qui favorise une meilleure   compréhension du cours, In situ, les tableaux noirs, en début de rang, n’ont pas lieu d’être car tous les élèves  jouissent d’appareils adaptés à leurs besoins  (Machines Perckins, ordinateurs braille, ordinateurs avec logiciels d’agrandissement, loupes électroniques, lampes, plans inclinés ), de demi/tiers temps accordés  lors des examens   , ainsi que d’adaptations papiers en braille ou caractères agrandis. L’école est notamment pourvue d’un service de maintenance informatique permettant une réparation rapide des appareils défectueux, d’un service de transcription papier, d’un service d’assistance sociale, d’un service médical complet comportant un pédiatre, un psychiatre, des psychologues, des professionnels  du monde de la vision (infirmières, orthoptistes, ophtalmologue), d’un CDI disposant de postes informatiques, de livres agrandis, de livres audio  et de livres braille.

L’institut n’évolue pas seulement à l’échelle locale : chaque année, des voyages sont organisés entre les différents instituts nationaux de jeunes aveugles (INJA britannique, espagnol et allemand), des partenariats ont lieu avec diverses entreprises (monde du parfum, des arts et de la musique). De surcroît, l’institut organise chaque année des concerts ouverts au public.  Ce qui démontre une grande activité de la part des professionnels et des élèves ; petits et grands aiment à grandir dans cette environnement mêlant à la fois autonomie et sécurité. 

Concernant l’orientation des jeunes, deux conseillers d’orientation spécialement informés sur les débouchés accessibles à la déficience visuelle nous prêtent  leur aide dés que possible et répondent à nos questionnements là où un conseiller en milieu ordinaire serait dépassé face à nos spécificités. De plus, si le jeune n’arrive toujours pas à se décider, le forum des métier annuel, organisé par l’INJA saura l’aiguiller  vers les différentes possibilités d’orientation professionnelle en invitant chaque année des représentants d’écoles, de grands groupes ou, plus généralement, des professionnels du monde du travail, ainsi que des anciens élèves de l’INJA, pour qu’ils puissent rendre compte, de manière objective, de leur parcours, mais également de la réalité du monde de l’entreprise.  

En somme, nous ne sommes pas totalement contre l’idée de « progresser vers une inclusion », car c’est le principe même de l’existence de notre institution, Cependant, les objectifs exposés par le gouvernement sont parfaitement impossibles à réaliser : former des enseignants à TOUS types de handicap, augmenter les horaires et les déplacements des jeunes avant/après l’école  pour assister à leurs prises en charges rééducatives, sachant que le travail des professionnels est rémunéré à l’heure (déplacement compris), semble parfaitement absurde et injuste.  

             Nos souhaits et nos objectifs sont les suivants :

  1.            Être les uniques acteurs de nos vies
  2.          Pouvoir décider seuls d’une inclusion si et seulement si cela nous paraît judicieux

Malgré toute notre bonne  volonté nous avons plus que jamais besoin de vous pour faire entendre nos voix, alors s’il vous plaît rejoignez-nous ! Aidez-nous à devenir maîtres de nos destinées !

                                            Les élèves du secondaire de l’INJA

 

 


Voulez-vous partager la pétition ?