Aidez-nous à défendre l'association de la Biennale de Lyon

0 a signé. Allez jusqu'à 200 !


 

L’association La Biennale de Lyon, constituée en 1979, en charge de l’organisation des Biennales de la Danse les années paires et d’Art contemporain les années impaires, est aujourd’hui menacée ainsi que tous les emplois qui en dépendent malgré une reconnaissance nationale et internationale et une fréquentation en constante augmentation !

Le principe, singulier dans le monde culturel, de mutualisation entre deux grands événements adossés à deux équipements pérennes, la Maison de la Danse et le Musée d’Art Contemporain, a permis de construire et de professionnaliser au fil des années un outil qui a largement fait ses preuves, au service des artistes, des publics et du rayonnement à l’échelle européenne et internationale de toute une métropole et de toute une région. Ainsi chaque année l’équipe de la Biennale conçoit et met en œuvre des événements qui s’affirment édition après édition comme de grandes réussites artistiques, publiques et financières, reconnues et saluées par les artistes accueillis, les professionnels, la presse, les pouvoirs publics, et surtout le grand public dont vous faites partie !

Pourtant le 20 juin 2017, les collectivités publiques ont annoncé leur volonté de réorganiser la Biennale de Lyon.

Le cabinet Ernst & Young qu’elles ont mandaté pour établir plusieurs scénarios les a alertées sur le risque de perte des compétences acquises au fil des années.

Malgré tout le 13 septembre 2017, les collectivités publiques ont réaffirmé au personnel de la Biennale  et à leurs représentants cette réorganisation mais se sont, cependant, engagées au maintien de l’association, des événements et des emplois.

Il n’était alors question que de la mise en place d’un nouvel organigramme au sein de l’association.

Des conventions déterminant les modalités de travail entre l’association et les « maisons-mères » (Maison de la Danse & Musée d’Art Contemporain) dans le cadre de la constitution de deux pôles, devaient être élaborées lors d’ateliers.

En parallèle le 20 décembre 2017, le médecin du travail a exercé son droit d’alerte sur les risques psycho-sociaux et a confirmé le diagnostic de souffrance au travail de l’équipe et la tension existante, déjà notifiés par le cabinet Ernst & Young.

 Où en sommes-nous aujourd’hui ?

Les tutelles de l’Association ont réaffirmé leur volonté de construire deux pôles, danse et art contemporain, en « renforçant les synergies entre événements et maisons-mères » mettant ainsi en danger l’association et les évènements tels qu’ils existent aujourd’hui.

 Contrairement à ce qu’avait annoncé Madame Picot, Vice-Présidente de la Métropole de Lyon  lors du conseil d’administration du 19 décembre 2017: « la nouvelle configuration doit être essayée, sans tirer de décisions définitives, ce qui donnera le temps au nouveau directeur artistique pour l’Art Contemporain d’arriver et d’asseoir son nouveau projet ».

 Les tutelles ont décidé :

  •  de transférer 5 salariés vers la Maison de la Danse,
  • en conséquence de transférer une partie des subventions publiques correspondant aux salaires et frais annexes des salariés concernés,
  •  de modifier les statuts et le règlement intérieur de l’association.

Ces modifications ont été prévues :

  • Sans que les instances représentatives du personnel soient informées alors que cela impacte directement les conditions d’emploi et de travail ainsi que le volume et la structure des effectifs,
  •  Sans que les conventions sensées définir les modalités de travail entre les deux structures soient réfléchies et établies,
  • Sans qu’aucune autre option n’ait été étudiée,
  • Sans qu’aucune réponse satisfaisante n’ait été apportée aux salariés de l’association tant par la direction générale de l’association que par les collectivités publiques concernant la pérennité de leurs emplois, de leurs missions et de l’association,
  • Avant même que le nouveau directeur de la Biennale d’art contemporain soit nommé.

Les collectivités publiques indiquent aux salariés que cela ne changera rien aux conditions de travail ?

Alors pourquoi précipiter ces transferts si cela ne change rien ?

 Quand par ailleurs lors d’une réunion organisée le 8 juin avec les collectivités publiques celles-ci ont répondu qu’il leur était impossible de s’engager sur 10 ans ! Pas même jusqu’en 2020 !

 Est-on en passe d’organiser le transfert des missions et donc des évènements vers les maisons mères ? En commençant par le transfert  de l'évènement Biennale de la Danse et son Défilé vers la Maison de la Danse ?

 Alors que les projets artistiques tant pour l’Art contemporain que pour la Danse restent constants, le nombre d’emplois ne cesse de diminuer !  

 C’est ainsi que pour l’organisation de la Biennale de la Danse et du Défilé nous sommes passés de 52 postes en  2014 à 40 en 2016 !

 soit une baisse des effectifs entre les deux éditions de -22%

 Il en va de même pour l’organisation de la Biennale d’Art contemporain, passée de 73 postes en  2013 à 65 en 2017 !

 soit une baisse des effectifs de -11% en quatre ans.

 Le transfert programmé des 5 salariés vers la Maison de la Danse, amènerait le nombre de postes en contrat à durée indéterminée de 24 à 19 !

 C’est donc une baisse des effectifs en CDI de 35% en 4 ans ! Nous assistons à une précarisation de l’emploi, à un démantèlement de la Biennale de Lyon et au risque de voir la qualité de ces deux grands évènements lyonnais s’amenuiser !

 Les personnels organisés avec leur syndicat refusent ce diktat, exigent le maintien de l’association La Biennale de Lyon et de tous les emplois aux mêmes conditions, afin de continuer à vous proposer des évènements populaires et de qualité.

Nous  vous demandons  ainsi qu’aux professionnels et leurs organisations, de nous soutenir.

Nous en appelons à l'Etat, représenté par Madame Françoise Nyssen, Ministre de la Culture, aux collectivités publiques régionales et locales !

pour tout contact : syndicat-FO.labiennaledelyon@outlook.fr 

 



Syndicat FO des personnels de la Biennale de Lyon compte sur vous aujourd'hui

Syndicat FO des personnels de la Biennale de Lyon a besoin de votre aide pour sa pétition “Aidez-nous à défendre l'association de la Biennale de Lyon”. Rejoignez Syndicat FO des personnels de la Biennale de Lyon et 173 signataires.