Violences gynécologiques reconnues et sanctionnées.

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


Bonjour,

Je suis Gladys mère de trois enfants. J'ai récemment vu sur les réseaux sociaux des femmes témoignées contre les violences gynécologiques qu'elles ont subit. Insultes, allusions à connations sexuelles, et même attouchements déplacés parfois sur des mineurs. 

J'ai connu moi aussi ces désagréments, trop jeune ou trop naïve je me suis laissé faire en pensant que c'était normal et que c'était moi le problème. 8 ans après ma première grossesse je me rends compte que ça n'avait rien de normal, qu'un anesthésiste qui nous coupe ou nous recoud sans notre autorisation c'est de la violence. Notre corps nous appartient. Lors d'une grossesse nous le confions à un professionnel de santé pour les vérifications nécessaires. Certains professionnels n'en ont que faire de notre douleur et de nos états d'âmes. Leurs propos sont rabaissants et cela ne doit pas être normal. Lors d'un accouchement parfois une épisiotomie est nécessaire. Cette pratique pas toujours utile est de plus en plus pratiquée pour facilité non pas le travail de la mère mais Celui du médecin. Les épisiotomies déjà douloureuses sont dans certains cas ponctuées d'un point de suture supplémentaire connu sous le nom de '' point du mari ''. Cette pratique consiste à resserrer le vagin pour les futurs rapports sexuels après l'accouchement. Ces femmes en sortent traumatisées, n'ont plus confiance en ses ''professionnels'' et refusent d'être à nouveau examinées lorsqu'il y a un problème. Je fais parties de ces femmes. Je voudrais que les choses changent. Que les gynécologues (en particulier) anesthésiste et autres soient obligés de respecter nos choix notre corps et que cela puisse être sanctionnable si ils décident à notre place. Notre corps nous appartient. 



Gladys compte sur vous aujourd'hui

Gladys GRONDIN a besoin de votre aide pour sa pétition “Agnès buzyn: Violences gynécologiques reconnues et sanctionnées.”. Rejoignez Gladys et 237 signataires.