Donnons une chance au petit Sacha

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


Ils ne lui donnaient pas une minute. Et pourtant 5 mois plus tard il est toujours là.
Sacha est un petit garçon né le 21 juin 2018. Il est atteint de la trisomie 18. Un vilain mot pour dire qu'il est fragile.
À sa naissance, les médecins ont été surpris de constater qu'il survivait,  grâce au contact en peau à peau avec sa maman.


Ensuite, il ne lui ont donné pas plus d'une semaine... pas plus d'un mois.
Aujourd'hui, ce petit garçon a 5 mois. Il a prouvé à tous qu'il était plus fort, qu'il était prêt à mener cette vie de front. Il a rempli sa part du contrat, maintenant c'est à nous de remplir la nôtre.

Aujourd'hui, les chirurgiens refusent de l'opérer ; "inutile d'essayer de le sauver" disent-ils.
Pourquoi ? Pourquoi n'aurait-il pas le droit de vivre ?
Comment expliquez-vous que le corps médical refuse de se battre pour la vie d'un patient ?

Aujourd'hui,  Sacha a besoin des interventions suivantes : fermeture de la communication inter-ventriculaire et cerclage de la coarctation.
 
Sa maman est prête à lui donner tout l'amour et le soutien dont elle dispose. Si eux deux et leur famille sont prêts, alors qui sommes-nous, qui sont les chirurgiens pour décider s'il a le droit de vivre ou non ? Toute vie est précieuse n'est-ce pas ?

Et même si cette cause ne vous touche pas. Imaginez un instant. Imaginez tout ce que fera ce petit garçon. Sa vie ne sera certes pas facile. Mais elle fera de lui un être fort, un être déterminé ! Imaginez un instant toutes les grandes choses qu'il pourra réaliser ! Si nous lui laissons sa chance...

Maintenant, regardez ces photos. Voyez le bonheur de ses frères et soeurs, voyez son sourire. A-t-il l'air malheureux ?

Alors n'effacez pas ce sourire de ce doux visage. Ne privez pas ce bébé de son insouciance.
Et mettez-vous un instant à la place de sa maman. Ne vous batteriez-vous pas, si c'était votre enfant ?

Alors même si vous n'êtes pas convaincu, dites-vous bien que votre signature ne vous prendra que 10 secondes. Et ces 10 secondes, vous pouvez les employer a sauver la vie d'un enfant. Quel meilleur moyen de dépenser 10 secondes ?

Si nous nous adressons à vous, Madame Buzyn, c'est parce que vous êtes la plus à même de convaincre le corps médical. Alors maintenant, nous comptons sur vos qualités de chercheuse convaincue que le plus beau reste à venir, de membre à part entière du corps médical,  mais aussi de femme et de maman.

Madame de Laroque, vous avez prêté une oreille attentive et compatissante à la situation de Sacha. En vous désignant aujourd'hui, nous espérons que votre bienveillance pourra aller plus loin et vous motiver à convaincre les plus concernés à agir.


Voulez-vous partager la pétition ?