CONTRE la FERMETURE des Hôpitaux Sud à Marseille

0 a signé. Allez jusqu'à 2 500 !


CONTRE la FERMETURE des Hôpitaux Sud à Marseille

Les politiques successives de restriction budgétaire aboutissent partout à un manque de moyens humains et matériels et aux fermetures d'hôpitaux publics. Derrière ces logiques comptables, il y a les intérêts privés tels ceux des promoteurs immobiliers ou des multinationales qui s'emparent de la santé pour faire leurs profits.

Pour répondre aux exigences de la Chambre de Commerce et de l'Industrie, la Métropole nous apprend qu'elle souhaite récupérer le carré historique de Sainte Marguerite le plus vite possible pour y installer des entreprises de recherche privées avant d'investir jusqu'à 20 à 30 hectares sur les terrains des Hôpitaux Sud. Ces annonces interviennent suite au Comité Interministériel de Performance et de Modernisation de l'Offre de Soins qui appelle l' AP-HM à la réorganisation et à l'austérité.

On nous jure que pas un centimètre carré de surface dévolue aux soins ne sera transféré aux entreprises, pourtant, un certain nombre d'activités sont présentes au niveau du carré historique contrairement à d'autres endroits inoccupés sur le site: Bureaux administratifs, Direction, Direction des soins, Médecine du travail, Pharmacie, Recettes, Litiges, SELF, vaguemestre, addictologie, organisations syndicales, amphithéâtres pour les étudiants, service informatique, services sociaux, Centre de Coordination de lutte contre les infections nosocomiales...

Où vont être transférées ces activités?                                                                   

De plus, avec les cessions des terrains envisagées, que vont devenir le Centre d'Information et de Soins de l'Immunodéficience Humaine, la crèche hospitalière et les Homes infirmiers?

La population des Quartiers Sud de Marseille est supérieure à celle du département des Alpes de Haute Provence ou du Havre, dans une des villes les plus inégalitaires et les plus embouteillées de France, en pleine explosion urbaine. Le développement des manifestations sportives avec le stade et la mer à proximité, le massif des Calanques, l'autoroute, les tunnels... imposent le retour des urgences, fermées en 2010, d'autant que l'expertise médicale indique qu'aucun citoyen ne doit être à plus de 30 minutes d'un service d'urgences par un moyen de locomotion terrestre. De plus, Sainte Marguerite est un des rares sites marseillais qui permet d'installer des postes médicaux avancées et de traitement Nucléaire Radiologique Bactériologique Chimique de  manière optimale, avec piste d'hélicoptère sur l' hôpital de Salvator.                      

Afin de répondre aux besoins des populations, ensemble, nous exigeons:

  • le maintien des activités des Hôpitaux Sud;                          
  • le développement d'un véritable hôpital public de proximité;     
  • le retour du service des urgences;                                   
  • le retour  du service de réanimation;...   

Premiers signataires: Jean Marie DOUVILLE  (secrétaire général CGT Hôpitaux Sud), Patrice KANTARJIAN (secrétaire général UL CGT Marseille Sud), Guillaume ALGRIN (secrétaire général adjoint CGT Hôpitaux Sud ), Jean Marc CAVAGNARA (conseiller d'arrondissement FDG  9e-10e), Marie-Françoise PALLOIX (conseillère d'arrondissement FDG 6e-8e), Christian PELLICANI (conseiller d'arrondissement FDG 1er-7e), Jean-Luc REVALOR (délégué syndical CGT Clinique Bonneveine), Claudine CHIARAZZO-COSTE (déléguée syndicale CGT UGECAM), Anthony GONCALVEZ (Professeur de médecine), Sébastien VERGAN (Interne en médecine générale, membre du syndicat des internes SAIHM), Arlette PAROLA (médecin, France Insoumise), Karim KHELFAOUI (médecin, France Insoumise), Audrey GARINO (PCF 7e), Nathalie TESSIER (PCF 8e), Eugène CHRISTO-FOROUX (PCF 9e), Annie GAL (PG comité Robespierre), Patrick MAILLARD (Ensemble), Jean-Marie BATTINI (NPA), Lucie PRIARONE (Rouges Vifs), Nicolas TESTART (Jeunesse Communiste des Bouches du Rhône).


Voulez-vous partager la pétition ?