CONTRE la FERMETURE des Hôpitaux Sud

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


CONTRE la FERMETURE des Hôpitaux Sud à Marseille

Les politiques successives de restriction budgétaire aboutissent partout à un manque de moyens humains et matériels et aux fermetures d'hôpitaux publics. Derrière ces logiques comptables, il y a les intérêts privés tels ceux des promoteurs immobiliers ou des multinationales qui s'emparent de la santé pour faire leurs profits.

Au nom d'une dette illégitime et du plan de modernisation de l'AP-HM, la direction prévoit de céder le patrimoine public et de vendre les terrains de l'hôpital de Salvator en 2018 et 2019. Elle envisage aussi la vente de l'hôpital de Sainte Marguerite en 2022. Pour rapatrier les activités de Salvator sur le site de Sainte Marguerite, il est prévu de fermer rapidement les services de rhumatologie et d'orthopédie, activités d'excellence au niveau national et international. L'institut du mouvement du Pr Argenson de Sainte Marguerite est  ainsi le seul en France à intégrer l' "International Society of Orthopedic Center", regroupant une vingtaine de centres orthopédiques dans le monde.

La population des Quartiers Sud de Marseille est supérieure à celle du département des Alpes de Haute Provence ou du Havre, dans une des villes les plus inégalitaires et les plus embouteillées de France, en pleine explosion urbaine. Le développement des manifestations sportives avec le stade et la mer à proximité, le massif des Calanques, l'autoroute, les tunnels... imposent le retour des urgences, fermées en 2010, d'autant que l'expertise médicale indique qu'aucun citoyen ne doit être à plus de 30 minutes d'un service d'urgences par un moyen de locomotion terrestre. De plus, Sainte Marguerite est un des rares sites marseillais qui permet d'installer des postes médicaux avancées et de traitement Nucléaire Radiologique Bactériologique Chimique de  manière optimale, avec piste d'hélicoptère sur l' hôpital de Salvator.                      

Afin de répondre aux besoins des populations, ensemble, nous exigeons:

  • le maintien des activités des Hôpitaux Sud;                          
  • le développement d'un véritable hôpital public de proximité;     
  • le retour du service des urgences;                                   
  • le retour  du service de réanimation;...   

Premiers signataires: Jean Marie DOUVILLE  (secrétaire général CGT Hôpitaux Sud), Patrice KANTARJIAN (secrétaire général UL CGT Marseille Sud), Guillaume ALGRIN (secrétaire général adjoint CGT Hôpitaux Sud ), Jean Marc CAVAGNARA (conseiller d'arrondissement FDG  9e-10e), Marie-Françoise PALLOIX (conseillère d'arrondissement FDG 6e-8e), Christian PELLICANI (conseiller d'arrondissement FDG 1er-7e), Jean-Luc REVALOR (délégué syndical CGT Clinique Bonneveine), Claudine CHIARAZZO-COSTE (déléguée syndicale CGT UGECAM), Anthony GONCALVEZ (Professeur de médecine), Sébastien VERGAN (Interne en médecine générale, membre du syndicat des internes SAIHM), Arlette PAROLA (médecin, France Insoumise), Karim KHELFAOUI (médecin, France Insoumise), Audrey GARINO (PCF 7e), Nathalie TESSIER (PCF 8e), Eugène CHRISTO-FOROUX (PCF 9e), Annie GAL (PG comité Robespierre), Patrick MAILLARD (Ensemble), Jean-Marie BATTINI (NPA), Lucie PRIARONE (Rouges Vifs).



NON A LA FERMETURE compte sur vous aujourd'hui

NON A LA FERMETURE a besoin de votre aide pour sa pétition “Agnès BUZYN: CONTRE la FERMETURE des Hôpitaux Sud”. Rejoignez NON A LA FERMETURE et 701 signataires.