Réparation et prise en charge pour l'accident d'Elisa

0 a signé. Allez jusqu'à 35 000 !


 

Madame, Monsieur,
Ma fille Elisa est née le 15 novembre 2011. Elle a été victime en août 2012 d’un accident au CHU de Clocheville à Tours, accident déclaré fautif par la Commission de Conciliation et d’Indemnisation après deux expertises.

A la suite de cet accident, Elisa souffre d’une Incapacité Motrice Cérébrale avec un déficit de 80%. L’assureur de l’hôpital a refusé de reconnaitre la responsabilité de l’hôpital et le dossier est désormais entre les mains de la Justice.

A ce jour, je n’ai reçu aucune indemnisation et je me bats tous les jours pour ma fille.

Depuis cet accident, Elisa n’a été admise dans aucune institution. Pour ses 3 ans le CHU de Chinon a refusé de la prendre dans sa structure pédiatrique pour des questions d’assurance. A noter que l’assureur du CHU de Chinon (la SHAM) est le même que celui qui a refusé de nous indemniser malgré la décision de la Commission d’indemnisation et de conciliation.   
Et désormais, à l’âge de la scolarisation obligatoire, on me refuse encore une place pour mon enfant.

Lors de la dernière consultation le 19/03/2018 avec le docteur en médecine de rééducation physique de l’hôpital Clocheville et de l’Institut Educatif Médical Charlemagne, j’ai appris que ma fille ne serait toujours pas acceptée à l’IEM au mois de septembre. En effet, m’a-t-on dit, Elisa ne possède aucun signal d’alerte en cas de problème et des enfants pourraient lui arracher sa canule de trachéotomie ?!

Néanmoins, on m’a conseillé d’écrire à l’Agence Régionale de la Santé pour réclamer un poste supplémentaire qui permettrait à ma fille d’y être accueillie…. 

Je vous adresse donc cette lettre pour vous faire part de mon indignation et de mon sentiment d’injustice.

Parce qu’en plus d’apprendre que ma fille de 7 ans ne serait toujours pas scolarisée, je dois entreprendre des démarches pour me plaindre du manque de personnels dans les institutions ?! Un institut que l’on m’a proposé de visiter et dont la majorité des enfants que j’y ai vu ont la même « pathologie » que ma fille !

Jusqu’à présent on nous avait dit que le fait qu’Elisa était sous oxygène en journée posait un problème. Elisa a donc était sevrée de son oxygène le jour, nous lui avons appris à tousser pour se dégager les bronches toute seule, nous avons mis en place « le oui et le non », et appris à communiquer avec des images et des pictogrammes simples. Elle comprend également très bien les consignes. D’un point de vue pulmonaire, Elisa a nettement progressé.

Elle serait parfaitement capable d’apprendre à communiquer davantage si on lui en donnait les moyens mais pour développer ses apprentissages, Elisa a besoin d’un cadre et d’un enseignement adapté avec du personnel formé.

Alors je me demande pourquoi ?

Pourquoi ma fille doit être doublement victime, de l’accident survenu au CHU d’abord et ensuite d’un refus de scolarisation ?

Pourquoi nous faire visiter cet Institut Educatif Médical Charlemagne, nous en vanter ses mérites, nous dire qu’il est parfaitement adapté à Elisa et aller jusqu’à nous demander si nous accepterions une place en cours d’année ? Tout cela pour finalement nous refuser une place.

Pourquoi est-ce encore à nous d’assumer cet accident ? Pourquoi nous renvoyer encore la question de sa sécurité pour expliquer l’indifférence du personnel médical ?

Je refuse désormais de continuer à pallier pour des institutions qui ne prennent pas leurs responsabilités.  
Nous attendons une place dans une structure adaptée et une réparation de nos préjudices à la suite de l’accident qui l’a privé de 80 pourcent de ses capacités.

Sa maman



Sophie compte sur vous aujourd'hui

Sophie FEUTRY a besoin de votre aide pour sa pétition “Agence : Réparation et prise en charge pour l'accident d'Elisa”. Rejoignez Sophie et 26 951 signataires.