L'hôpital Henry Gabrielle doit rester à Saint-Genis-Laval (69)!

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


Appel des communistes de la 12ème circonscription du Rhône et de leurs candidats aux législatives 2017, Bertrand Mantelet et Maud Dumoulin-Millier.

Après l’hôpital Charial, dont la fermeture est programmée pour 2020, c’est l’hôpital Henry Gabrielle de Saint-Genis-Laval dans le Rhône qui est menacé !

« Nous soutenons pleinement l’action légitime des salariés, des patients et des citoyens qui s’opposent depuis plusieurs mois à cette fermeture injustifiée. »

Cet hôpital de haut niveau de 200 lits et 300 salariés, est spécialisé dans le handicap. Intégré au Groupe Hospitalier Sud des Hospices Civiles de Lyon (HCL), il est inséré au coeur de la ville, sur un site d’une grande valeur immobilière. C’est un centre de rééducation et de réadaptation fonctionnelle spécialisé dans la pathologie neurologique centrale et périphérique adulte ainsi qu’en orthopédie.

La direction des HCL veut le fermer et transférer une partie de ses activités (on parle d’une centaine de lits sur 200) à l’hôpital militaire DESGENETTES de Lyon.

Ces décisions sont prises au prétexte d’obtenir un retour à l’équilibre des comptes de la sécu, alors que la cause de leur dégradation se trouve dans les multiples cadeaux aux grands patrons faits par le gouvernement Valls/Macron/Touraine aujourd’hui et par Fillon hier.

La Ministre Marisol Touraine, le Directeur général de l’ARS et le Président du Conseil de Surveillance des HCL, Maire de Lyon, Gérard Collomb aussi sénateur socialiste mettent ainsi en oeuvre les lois HPST et Santé, dites Bachelot (Fillon) et Touraine (Valls).

Ces lois conduisent à la déstructuration des activités hospitalières publiques, la fermeture de milliers de lits d’hospitalisation, la suppression en France de 22 000 postes de soignants, dont 200 aux HCL pour la seule année 2017, et au final à une aggravation de l’état sanitaire de notre pays qui marquera les personnes en situation de handicap.

Les grands groupes financiers de l’hospitalisation privée à but lucratif qui opèrent sur la région : Natécia du groupe Noalis ; Clinique du Parc, du groupe Elsan ; Hôpital privé Jean Mermoz, du groupe Ramsay générale de santé, les groupes immobiliers spéculatifs sont aux aguets pour se partager les fruits de ce dépeçage de l’hôpital. Les uns pour l’activité de santé les plus rentables, les autres pour l’immobilier. Ceci pouvant expliquer cela.

Les personnes en situation de handicap qui n’auront pas les moyens d’accéder à ces soins par le privé, seront orientées vers le maintien à domicile avec une exploitation renforcée de salariés « aidants ».

Ensemble, refusons que les politiques publiques servent les intérêts privés.

Bien que le manque de transparence soit la marque de fabrique de ce dépeçage, l’émoi soulevé dans la population et la mobilisation du mouvement social a contraint la direction des HCL a révélé trois scénarios et leur coût. C’est celui qui prévoit la rénovation de l’hôpital à Saint Genis Laval qui est économiquement et socialement le plus pertinent. Pourtant les décideurs politiques continuent à vouloir le fermer !

L’intérêt des populations, des salariés et des patients des bassins de vie passe par une politique radicalement opposée à celle mise en oeuvre depuis 10 ans.

Nous faisons le choix de « l’humain d’abord » avec des propositions versées au débat :

  • Abroger les lois HPST et Santé dites lois Bachelot et Touraine.
  • Annuler le projet de fermeture et rénover Henry Gabrielle en utilisant les 30 millions d’Euros qui seraient programmés pour financer l’adaptation de Desgenettes.
  • Reconquérir un service public de santé digne de notre temps répondant aux besoins de santé de tous.
  • Réformer le financement des hôpitaux avec un accroissement de leur budget, la suppression de la tarification à l’activité, de la taxe sur les salaires et de la TVA.
  • Défendre et développer la sécurité sociale sur ses missions et lui en donner les moyens par la taxation des revenus financiers au même niveau que les cotisations sur les salaires et la modulation des cotisations sociales en fonction du développement de l’emploi, des qualifications et des salaires. Démocratiser sa gestion en mettant fin à son étatisation.
  • Conquérir l’égalité de l’accès aux soins et la prise en charge des prestations à 100%.
  • Démocratiser la gestion du service public de santé par l’instauration de Chambres Régionales de Santé constituées d’élus et de représentants des salariés. Élargir les droits des salariés et des syndicats afin qu’ils agissent pour une gestion humaine et sociale de ces biens communs que sont l’hôpital et la santé  

Les communistes, leurs candidats aux élections législatives de 2017, leurs élus locaux, métropolitains et nationaux soutiennent la lutte engagée à l’hôpital Henry Gabrielle et son comité de défense.

La sénatrice communiste Laurence Cohen est intervenue au Sénat, les élus sont intervenus au Conseil Métropolitain de Lyon et dans les conseils municipaux comme à Saint-Genis-Laval, Oullins ou Pierre Bénite où un voeu refusant la fermeture déposé par l’élu communiste D. Deleaz, a été voté à l’unanimité. Le sénateur-maire François Noël Buffet a refusé de discuter du voeu de Bertrand Mantelet au conseil Municipal d’Oullins !

Nous appelons au renforcement et l’élargissement de l’action pour obtenir le maintien et la rénovation de l’hôpital Henry Gabrielle à Saint-Genis-Laval.

Nous vous appelons à signer massivement cet appel



Candidats communistes de la 12ème circonscription du Rhône compte sur vous aujourd'hui

Candidats communistes de la 12ème circonscription du Rhône a besoin de votre aide pour sa pétition “Agence Régionale de Santé Préfet de Région Aura: L'hôpital Henry Gabrielle doit rester à Saint-Genis-Laval (69)!”. Rejoignez Candidats communistes de la 12ème circonscription du Rhône et 465 signataires.