F,58 ans,ASSMAT à domicile,4 enfants:veuve,je risque de perdre ma maison et mon travail !

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


Bonjour,

Je me présente à vous : je suis assistante maternelle, je travaille pour la mairie de ma ville, j’accueille des enfants chez moi. J’ai 58 ans, j’ai 4 enfants, dont la dernière a 15 ans. Je n’ai aucun de mes enfants qui travaille pour m’aider. J’ai perdu mon mari en juillet dernier, je suis donc veuve : il est décédé d’une longue maladie à pronostic fatal, une maladie chronique grave des poumons. Il était sous oxygène 24h/24 et souffrait énormément. A la fin de sa trajectoire de vie, même échanger quelques mots lui demander trop d’oxygène, alors il ne pouvait lui parler avec moi et ses enfants, ni s’asseoir, ni manger, à peine ouvrir les yeux tant il n’en pouvait plus, alors que pourtant c’était un battant, notamment pour ses enfants, qu’il craignait tant de laisser si jeunes et confrontés à autant de difficultés. Tout cela en effet, a été extrêmement difficile et m’affecte, mes jeunes enfants ainsi que moi-même encore beaucoup, d’autant plus que nous sommes majoritairements, délaissés par ailleurs par nos proches et que nous ne sommes pas au bout de nos peines …. nous risquons désormais de nous retrouver à la rue !

En décédant et contre son gré, mon mari m’a laissé un lourd et complexe problème d’héritage : en effet, la maison où nous habitions et où moi, j’habite encore, veuve, avec mes 4 enfants donc, avait été achetée, avec la première épouse de mon mari. Sa première épouse est également morte, il y a de cela désormais près de 30 ans. Maintenant, ma belle-fille (âgée de 45 ans), qui est le seul enfant du premier mariage de mon mari, réclame sa part d’héritage sur la maison : soit toute la part de sa mère, ainsi que la moitié de la part de son père (l’autre moitié revenant à mes enfants). Ce qui est normal, là n’est pas le problème.

Le problème, par contre, c’est que moi, avec mes modestes revenus, je n’ai pas les moyens de lui racheter sa part (un crédit soulte de 80 000 e), pour pouvoir récupérer la pleine propriété de ma maison, qui me tient beaucoup à coeur : mes enfants sont nés et ont grandi dans cette maison, j’ai aussi beaucoup de souvenirs positifs de mon mari. Cette maison, pour laquelle aussi, pour me faire notamment plaisir, il avait fait beaucoup de travaux, et je pense à ce propos, qu’il y a même laissé une partie de sa santé. Je me souviens aussi qu’il m’avait fait promettre de ne pas renoncer à et perdre cette maison, surtout que j’en ai besoin, pour pouvoir garder mon travail (je suis assistante maternelle à domicile).

D’autant plus, que ma belle-fille, aujourd’hui âgée donc de 45 ans, pendant plus de 20 ans a coupé les ponts avec son père, si bien qu’elle n’était même pas au courant que son père depuis déjà quelques années souffrait de cette grave maladie. Ma belle-fille, par ailleurs, a une très bonne situation professionnelle, et un confortable niveau de vie : fille unique de sa mère, elle avait notamment déjà hérité d’une maison au décès de ses grands-parents maternels et vit aussi aujourd’hui, dans une grande maison, dont elle est propriétaire, avec son époux, et leurs deux grands enfants.

Croyez-moi qu’il n’est pas facile pour moi, de vous exposer ma présente histoire et de solliciter votre aide ainsi : rien qu’en écrivant ces lignes, j’ai honte de moi, j’ai l’impression que je commets un crime que de demander ainsi de l’aide … pour un contracter un crédit, alors que je sais, je vous assure, que la vie est compliquée pour tout le monde.

Chercher absolument à contracter ce crédit immobilier soulte pour les raisons nécessaires que je vous ai exposé plus haut, c'est pour moi comme porter un cancer, pour lequel je suis menacée de mort, si je n’y parviens pas. J’ai aussi l’impression d’avoir la même maladie grave des poumons de défunt mari : en effet, j’ai l’impression que l’on m’étrangle, que certes, comme chacun je respire de l’oxygène chaque jour, chaque instant, mais j’en manque pourtant aussi cruellement ! Pas un seul instant de répit depuis que mon époux est décédé l’été dernier. Depuis l’ouverture de sa succession, contracter un crédit immobilier soulte, encore une fois pour racheter la part de ma belle-fille est donc devenu un impératif.

Mais comprenez s’il vous plaît, pour ceux qui pourraient en douter, que je ne demande pas ce crédit, pour gagner en confort de vie, mais juste … pour avoir le droit de continuer de travailler !

En effet, et encore une fois, étant assistante maternelle, employée par la mairie, je travaille à domicile : autrement si je perds ma maison, je perds également de suite mon travail !

Je vous ai pourtant déjà exposé que j’ai déjà 58 ans, je suis une femme, qui plus est veuve, je suis payée au SMIC, je serai bientôt à la retraite et j’aurai des revenus encore plus modestes, alors que mes enfants sont encore jeunes, dont ma dernière qui la pauvre, depuis le décès déjà douloureux de son papa l’été dernier, vit de près toute cette situation, extrêmement accablante, angoissante, difficile, et sans répit. Pour vous dire, elle aimerait même devenir médecin, avec l’expérience de la maladie de son père qu’elle a connu, elle est entrée au lycée, et parce que je dois concentrer tous mes efforts financiers sur la demande d’un crédit pour rester vivre dans notre maison, je ne peux pas me permettre de lui payer par exemple des cours de maths particuliers, pour qu’elle puisse intégrer une filière scientifique pour le bac. En tant que mère, devoir me serrer la ceinture même pour mes enfants, me fend le coeur !

Enfin, je n’aurais jamais pensé qu’un jour, je dévoilerai ainsi ma vie sur internet, surtout à mon âge et au regard de mes compétences technologiques limitées : mais cela en dit long, sur tous les efforts encore une fois, que je mets et multiplie pour tenter, désespérée mais déterminée, de trouver une solution à mon problème rapidement, car je suis aussi sous la pression du notaire en charge du règlement de la succession (9 000e par ailleurs de frais notaires à payer), et donc de ma belle-fille, qui légitiment souhaite récupérer sa part (financière) d’héritage, mais voilà …. l’on vient de me refuser ma demande de crédit immobilier soulte : je dois constituer un apport financier plus important. Mais avec quoi ! Quel argent encore ! Je mets de côté, j’ai déjà avancé un petit apport, mais j’ai aussi déjà dû payer des frais d’obsèques pour mon mari : c’était entre autres, l’argent que j’avais mis de côté, sans compter l’argent pour les dépenses vitales quotidiennes (alimentation, factures, etc.).

Humblement, je me tourne donc vers vous, non sans honte, à la fois désespérée et pleine d’espoir, un peu comme une dernière chance, pour vous demander de l’aide, vous demander s’il vous plaît, chacun, et selon vos moyens et vos convictions de m’accorder un don, afin donc de constituer un apport financier plus important pour pouvoir demander et contracter un crédit et rester vivre dans ma maison, et pouvoir par ailleurs garder alors mon travail.

Je vous remercie chacun, très sincèrement,



Samira compte sur vous aujourd'hui

Samira M a besoin de votre aide pour sa pétition “A toutes les personnes sensibles à mon histoire : F,58 ans,ASSMAT à domicile,4 enfants:veuve,je risque de perdre ma maison et mon travail !”. Rejoignez Samira et 5 signataires.