Marseille : Que fait la police ?

0 a signé. Prochain objectif : 100 !


Nous, parents d'enfants, d'adolescents, de jeunes adultes, nous interrogeons quant au rôle réel de la police dans les rues de Marseille.
Des renforts ont été envoyés depuis Paris. Mais dans quel but ? Vérifier le port du masque ? Pro masque, anti masque est une polémique dans laquelle nous ne souhaitons pas entrer. En revanche, nous ne pouvons que constater l'augmentation des agressions et l'absence des forces de l'ordre quand elles sont appelées. Ces dernières semaines, loin des clichés médiatiques, le centre ville de Marseille est le théâtre d'une recrudescence accrue d'incivilités, d'agressions verbales et physiques, de vols à l'arrachée, de crimes et délits en tout genres.
Le jeune Ange, garçon sans histoire, a reçu 12 coups de couteau sur le Prado, une jeune fille de 15 ans s'est faite agresser sexuellement à Endoume, 2 jeunes filles qui rentraient chez elles ont subi un vol à l'arrachée, rue Jaubert, d'une telle violence que l'une d'elle s'est retrouvée en sous-vêtements en pleine rue, sa robe étant partie avec son sac. Dans le même temps 2 jeunes gens se faisaient « dépouiller » sur la place Jean Jaurès, puis caillasser deux jours plus tard alors qu'ils étaient en scooter. Une jeune étudiante fêtant avec quelques amis son départ à Paris pour de nouvelles études, au Vieux Port, s'est faite frapper puis traîner sur plusieurs mètres par plusieurs garçons, dans ce quartier qu'elle connaît parfaitement, pendant que ses amis subissaient le même sort. Ce sont deux civils qui ont pris soin d'elle et l'ont ramenée à son domicile.


Les vendeurs de crack envahissent le Cours Julien et la Plaine mettant en insécurité les enfants qui doivent traverser ces rues et place pour se rendre à l'école, au collège, au conservatoire, chez eux, chez des amis...

Et ce ne sont que des exemples parmi tant d'autres. Beaucoup n'osent pas raconter leurs mésaventures de peur d'être privés de leur liberté de circuler.
Nous sommes usés, pour ne pas dire en colère, de voir nos enfants rentrer à la maison envahis par la colère, la peur, ou la honte. Nous sommes usés de leur expliquer qu'ils ne sont pas responsables de cette situation.


De même, le décret qui impose la fermeture des bars et restaurants à minuit met une partie de la population en danger. En effet, si nous revenons de dîner chez des amis, si nous sortons du travail (les femmes de ménage en entreprise travaillent plutôt le soir ou la nuit...), si nous promenons simplement nos chiens, nous traversons des rues totalement vides où il ne sert à rien de crier.

Les policiers, tous services confondus, sont là, à côté, occupés à des missions de répression quand leur mission principale devrait être la protection de la population.
Nous demandons donc que les policiers présents à Marseille, police nationale et municipale, soient, à nouveau, investis des missions qui leur incombent. Donnons les moyens aux médecins, chercheurs et personnels soignants de s'occuper du virus et donnons les moyens aux forces de l'ordre de reprendre leurs missions de prévention et de protection pour le bien de tous.

 



Médée compte sur vous aujourd'hui

Médée Furieuse a besoin de votre aide pour sa pétition “A l'attention de M. Christophe Mirmand, Préfet des Bouches du Rhône. : Marseille : Que fait la police ?”. Rejoignez Médée et 16 signataires.