Halte aux privilèges des Hauts Fonctionnaires

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


Comme disait Clemenceau,(1841/1929) « les fonctionnaires sont un peu comme les livres d’une bibliothèque : ce sont les plus haut placés qui servent le moins ».

Il y a actuellement en France 21.600 Hauts Fonctionnaires qui officient dans la direction des administrations d’Etat, les Préfectures, la Magistrature, les Corps techniques de l’Etat, l’inspection Générale, les Corps supérieurs de l’Education, de la Recherche et les Corps diplomatiques.

Les salaires mensuels vont de 6 000 € à 45 000 € auquel s'ajoutent souvent de nombreux avantages : voiture, logement de fonction (parfois avec personnel), multiples primes diverses, etc…

Contrairement aux Elus dont les revenus sont rendus publiques, pour les Hauts Fonctionnaires c’est l’opacité quasi totale surtout pour ceux de Bercy qui sont, par ailleurs, ceux à l’origine des politiques de rigueur….. pour tous sauf eux !…

Aujourd’hui il est toujours quasiment impossible d’avoir accès à la liste nominative de ces privilégiés. Une liste dressée en 2012, à la demande du Président de la République, reste jalousement ultra-confidentielle sous la pression des lobbies de la Haute Fonction Publique. Elle devrait pourtant être publique car, tout comme pour les Elus, ce sont nos impôts qui assurent les avantages exorbitants de ces Hauts Fonctionnaires.

C‘est d’autant plus inadmissible que la plus grande majorité de ces Hauts Fonctionnaires ne sont pas des Elus et donc ils n’ont pas le risque de perdre leur poste lors d’une élection perdue. 

A part quelques exceptions, ils n’ont pas non plus obligation de résultat, ils ne risquent pas d’être licenciés et s’ils se montrent vraiment incompétents, ou trop «visibles», ils se feront muter dans un poste tout aussi rémunérateur, voire plus ….

(L’on prête au Général De Gaulle cette expression off : « Si un sous-Préfet nous «emmerde» en France, on le nomme Préfet à la Guyane !…. »)

Ainsi donc, ces privilégiés sont très grassement rémunérés à vie qu’il soient compétents et efficaces ou non. Ils peuvent naviguer de leur fonction vers un poste à l’Elysée ou à Matignon. Ils peuvent aussi se mettre jusqu’à 12 ans en disponibilité dans le privé puis retrouver leur poste dans la Haute Fonction Publique, avec tous les risques de conflit d'intérêt.... 

Ainsi, parmi les 21.600 Hauts Fonctionnaires, 650 gagnent plus que le Président de la République sans avoir les mêmes responsabilités et sans risque de perdre leur emploi. 
A titre d’exemple, le gouverneur de la Banque de France perçoit « un revenu annuel total de plus de 450 000 euros brut par an.

L'on peut évidemment se poser la question : qui décide et accorde ces privilèges ?

Dans la plus parfaite opacité, il semble bien que ce sont les bénéficiaires qui, eux même, verrouillent le système pour leur seul bénéfice. Ils sont pour la grande majorité issus des mêmes écoles ce qui facilite le partage des mêmes privilèges et comme les Nobles, avant la révolution de 1789, ils puisent abondamment dans les caisses de l’Etat...

Tout cela ne s’arrête pas en fin de carrière car les avantages de leur retraite sont tout aussi avantageux et sans commune mesure avec ceux de la quasi totalité des salariés du privé, mais aussi du public hors caste du Haut Fonctionnariat.

Le but de cette pétition n’est pas d’abolir tous les privilèges mais de les rendent transparents. L’opacité digne du « Secret Dépense » ne peut qu‘alimenter le sentiment que cette caste de Hauts Fonctionnaires use et abuse de la manne de nos impôts. 

Dans la situation actuelle en France, mise en lumière par les « gilets jaunes », toutes les  injustices deviennent absolument insupportables. Les énormes écarts de revenus entre les plus riches (public ou privé) et bien plus encore la mise au grand jour des privilèges payés par nos impôts présente le risque d’une véritable explosion sociale.

Pour éviter d’être taxé de démagogue, j’ai relevé que bien avant moi un candidat à l’élection présidentielle de 2017 fustigeait « les hauts fonctionnaires qui se sont constitués en caste ». Il promettait même d’en finir avec leurs « protections hors du temps »

Il s’agit d’Emmanuel Macron (Livre programme « Révolution »)

Or, pour l’instant, sous sa présidence, rien de tel ne s’est passé. Est-ce qu’étant issus du même moule des Hauts Fonctionnaires (ENA) serait l’explication de son silence ??

Aussi, nous demandons à Monsieur le Président Emmanuel Macron de vraiment en finir avec les protections « hors du temps » des Hauts Fonctionnaires.

Quelques pistes :

- Audit indépendant des postes occupés pour valider ou non l’utilité réelle de la fonction occupée.

- Définition du profil et/ou de l’expérience nécessaire pour occuper un poste 
- Fixation d’objectifs à atteindre
- Etablissement d’une grille de rémunération économiquement juste et parfaitement transparente.
- Barème de primes pour les postes à risques. 
- Avantages en nature parfaitement définis et justifiés (véhicule, logement, personnel de service, etc) si la fonction le justifie.
- Remboursement des frais éventuels uniquement sur justificatifs avec fixation d’un plafond.
- Rémunération des collaborateurs sur justificatif des fonctions réellement exercées et sur une grille des salaires transparente et vérifiable.
- Obligation de rendre public un rapport de service mensuel et annuel indiquant notamment le montant  total de toutes les dépenses.


Voulez-vous partager la pétition ?