Non à l'expulsion inhumaine d'une femme gravement malade et sa famille !

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !

Wivine MAYAYA
Wivine MAYAYA a signé la pétition

JETER À LA RUE ET EXPULSER AU PAKISTAN UNE FEMME SOUFFRANT D’UNE FORME SEVERE D’ÉPILEPSIE, DIFFICILE A SOIGNER ET SA FILETTE DE 8 ANS NÉE EN BELGIQUE ?


PAS EN NOTRE NOM!


Ceci est un appel à signer cette pétition ainsi qu’un appel à action de solidarité ce 31/7/2019.


Madame Imrana R. vit en Belgique depuis 2009 avec son mari et leur petite fille. Ayant fui le Pakistan à la suite de mauvais traitements et tortures infligés (brûlures au fer à repasser et au pic à brochette,...), elle demande l’asile en Belgique.


Madame Imrana et son mari Rashid ont une fille, la jeune Rida est née en Belgique le 14 octobre 2010. À 8 ans, elle parle parfaitement le français et n’a jamais mis les pieds au Pakistan. Elle est scolarisée à l’Ecole des Sacrés-Cœurs (Waterloo), dont la direction la soutient.


UNE FORME SÉVÈRE ET RÉFRACTAIRE D’ÉPILEPSIE


Madame Imrana souffre d’une forme grave d’épilepsie. Au Pakistan, elle n’a pas accès à un traitement médical lui permettant de gérer sa maladie.


Selon le rapport établi le 23 mars 2018 par le DR BOURGEOIS, cheffe du service de neurologie du CHIREC, en dépit de son « traitement médical en trithérapie », Madame Imrana R. souffre d’une « épilepsie réfractaire » dont les symptômes sont les suivants :
- « crises généralement généralisées, d’une durée de 3 à 10 minutes » : 4 fois par mois ;
- « état de mal épileptique » (« crises successives sans récupération intercritique ») nécessitant une « hospitalisation en urgence » : 2 fois par an.


Le DR BOURGEOIS confirme son diagnostic et le potentiel danger de mort dans son attestation du 24 avril 2019 (« hospitalisée à plusieurs reprises pour des états de mal épileptique, potentiellement dangereux pour sa vie »).


LE CPAS DE WATERLOO FAIT LE FORCING POUR JETER LA FAMILLE À LA RUE


En 2014, le séjour de la famille est devenu illégal, suite à un rejet par le tribunal. Sur cette base, le CPAS de Waterloo a pris la décision de mettre fin à son aide (dont le logement dans l’appartement encore occupé par la famille).
Cette décision a été contestée, mais la famille a finalement été déboutée par un arrêt de la Cour du travail de Bruxelles, prononcé le 21 décembre 2017.
Entre-temps toutefois, le CPAS avait entamé auprès du juge de paix de Braine-l’Alleud une procédure d’expulsion. Mais cette procédure avait été suspendue dans l’attente de la décision de la Cour du travail. La famille est donc restée dans cet appartement jusqu’à ce que le CPAS réactive l’affaire devant le Juge de paix.


Le 22 novembre 2018, le Juge de paix a prononcé un jugement d’expulsion pour le 30 juin 2019 au plus tard. C’est ce jugement que le CPAS entend faire respecter CE MERCREDI 31 JUILLET 2019.
Or, le Tribunal du travail de Nivelles a à nouveau été saisi et il examinera, lors de son audience du 10 septembre 2019, la question de « l’expulsabilité » de la famille – sur la base du dossier médical qui s’est malheureusement aggravé depuis 2017.


Le CPAS se retranche derrière ce qu’il considère comme une dette de la famille à son égard de 40.400,05€ des loyers qu’elle n’a pas pu payer depuis 2014, Madame Imrana R. n’étant pas à même de travailler, son mari n’ayant aucun permis de travail et devant s’occuper d’elle). Le CPAS propose à la famille « la solution alternative d’hébergement : centre fermé de FEDASIL ». Une précision de taille, la petite Rida est née en liberté et le CPAS de WATERLOO est veut l’envoyer au centre fermé !!!

NOUS, CITOYENS SOLIDAIRES ET AMIS,
CONSIDÉRONS QUE NE PAS ATTENDRE L’ISSUE DE L’ULTIME PROCÉDURE EN COURS DEVANT LE TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NIVELLES (AUDIENCE LE 10/9/2019) CONSTITUERAIT UNE ACTION VIOLENTE ET INHUMAINE DU CPAS DE WATERLOO.
NOUS N’AVONS PAS ÉLU NOS MANDATAIRES COMMUNAUX POUR QU’ILS FASSENT PREUVE D’INHUMANITE ET D’UN JUSQU’AU-BOUTISME DANGEREUX (POTENTIELLEMENT MORTEL).


Nous vous demandons de signer cette pétition afin de signaler votre soutien à Imrana et sa famille et d’exprimer votre solidarité face à cette décision inhumaine d’expulsion.


Nous organisons également un sit-in devant le domicile d’Imrana ce mercredi 31 juillet, nous voulons la présence du plus grand monde pour montrer au CPAS et à l’administration communale de Waterloo que nous n’acceptons pas l’expulsion d’une famille en situation de détresse en notre nom !