Oui au ramassage scolaire en calèche à Rouen et partout ailleurs

0 a signé. Allez jusqu'à 7 500 !


Dans les colonnes du Paris-Normandie, un article a fait état d’un projet de ramassage scolaire en calèche tirée par un cheval et financée par la ville de Rouen.

Nous comprenons et partageons la volonté de proposer un modèle alternatif pour réduire la pollution et nous invitons les différents partenaires à continuer dans cette direction, malgré les tentatives d'intimidation de la part de quelques agités qui ont placé leur valeurs morales au-delà de toutes réalités.

Ainsi, nous avons pu lire dans la presse que "pour un cheval, tirer une calèche n'avait rien de naturel".

Devons nous rappeler que si l'Homme n'avait pas décidé au néolithique d'élever ce magnifique animal (au départ pour sa viande), le cheval ne serait simplement plus qu'un vague souvenir dans un livre d'histoire poussiéreux entre le tigre à dents de sabre et le mammouth laineux ?

Oui, il n'existerait tout simplement plus. Il n'y a donc plus grand chose de "naturel" dans le comportement d'un équidé et ce depuis 8000 ans. Au contraire, c'est un animal qui s'est très bien adapté à sa vie auprès des hommes et il aime notre contact ainsi que le fait de travailler avec nous.

Il existe aujourd'hui, et ce uniquement grâce à notre complicité avec cet animal exceptionnel, 9 races de chevaux de trait en France. Malheureusement, mis à part le cheval Comtois à peu près sorti d'affaire, toutes sont en grand danger d'extinction.

Pour le moment et comme à son origine, seule la filière bouchère peut arrêter cette hécatombe qui serait une perte inestimable pour notre patrimoine biologique agricole, un héritage sans aucun équivalent qui résulte directement de la plus belle et la plus longue collaboration entre les Hommes de toute la planète tout au long de notre histoire, autrement dit l'élevage.

Nous tenons donc, pour toutes ces raisons, à vous apporter aujourd'hui notre soutien et vous remercier de montrer l'exemple en donnant une dernière chance aux chevaux d’attelage de reprendre la place qu'ils ont toujours occupé dans notre société et ainsi leur donner l'espoir de simplement continuer d’exister à nos côtés.

Il faut savoir également que les gens qui s'attaquent à ce projet n'ont aucune ambition quand à la "bientraitance animale" qui on le sait tous n'est qu'une excuse dans le cas présent.

Leur but, si l'on en croit les écrits de leurs grands philosophes de référence comme Gary Francione ou Peter Singer, est bel et bien l'extinctionnisme, un terme souvent employé par ces groupuscules antispécistes/animalistes/vegans pour désigner l'extinction de toutes les races domestiques.

Imaginez-vous pouvoir laisser à vos enfants un monde sans vaches, sans chèvres, sans moutons, sans poules et même sans chevaux ?

Cela serait pour nous la définition de l'enfer et c'est pourtant là les réelles revendications des opposants de ce projet qui sont les mêmes qui s'opposent à toute forme d'élevage.

Nous, signataires de cette pétition, exprimons ici notre soutien total à ce dispositif de ramassage scolaire. Nous invitons aussi les différents acteurs, et en premier lieu les élus municipaux d’aujourd’hui et de demain, à soutenir tous les dossiers en faveur de la préservation des espèces domestiques comme c'est le cas pour le projet de la ville de Rouen.

Nous en profitons également pour témoigner notre soutien à tous les acteurs du monde rural qui font vivre notre belle campagne et qui aujourd'hui pourraient revenir en ville grâce à des projets comme celui ci, pour la plus grande joie des petits comme des grands, qui sont malheureusement aujourd'hui trop souvent déconnectés de nos racines et de notre histoire.

Pas de pays sans paysan et surtout jamais de futur sans chevaux.

Merci pour votre attention : La fédération des omnivores responsables.