Écologie: pour que la France accélère. Le temps presse!

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


PEU IMPORTE LES LOBBYS: IL S'AGIT DE SURVIE. LES POLITIQUES DOIVENT ENCLENCHER L'ACTION, UNE ACTION MASSIVE ET IMMÉDIATE.

Dans les 5 ans:

  • viser les 100% d'énergies propres (pas de nucléaire ni de carburant à l'huile de palme)
  • fin des Grands Projets Inutiles
  • 50% de bio / valorisation sociale et économique de tous les agriculteurs
  • Diminution d'un tiers de la consommation nationale de viande
  • protéger le tiers des eaux françaises à travers le monde
  • augmenter les zones terrestres protégées de 5%

Signez cette pétition si de tels objectifs vous semblent nécessaires, et si vous estimez que les mesures prises ou prévues ne sont pas à la hauteur de la crise. Signez si vous attendez beaucoup plus de Nicolas Hulot.

Merci!

••• ••• ••• 

 

Mr Hulot,

 Les écologistes qui avaient foi en vous espéraient qu'en rejoignant le gouvernement Macron, vous demeureriez fidèle aux convictions fortes que vous avez longtemps exprimées, que ce soit en conclusion des émissions Ushuaïa ou dans vos livres. Ils ne se faisaient pas d'illusions sur votre marge de manœuvre, mais avaient toutes les raisons de croire que vous feriez malgré tout honneur à cette charge, une responsabilité majeure en ce début de millénaire, où la survie de l'Humanité est en jeu (réchauffement climatique, conflits liés au manque de ressources,  pollution mortelle etc.). Vous jouissiez d'un rare capital de sympathie auprès d'eux et même du grand public. Vous êtes en train de le dilapider. 

Opportunisme, compromission, déception: ce sont les mots durs qui reviennent en jugeant vos premiers mois. Bien sûr, c'est à la fin du bal qu'on paie les musiciens, et il est trop tôt pour qualifier avec justesse l'impact de votre ministère. Cependant, il est important, bien trop important pour qu'on ne vous reproche pas immédiatement un manque d'ambition et d'autorité. L'heure tourne! Chaque semaine s'accompagne d'une nouvelle catastrophe, d'un nouveau gros titre historique, digne du pire scénario de science-fiction: iceberg géant, Sixième Extinction des espèces, records de chaleurs, intensification des ouragans... Comme le dit le climatologue Jean Jouzel: "Pas besoin de faire du catastrophisme. La situation EST catastrophique". Pour autant, l'heure n'est pas au cynisme, au renoncement, aux marchandages. L'heure est aux grandes décisions, avec une solennité et un niveau d'engagement dignes d'une entrée en guerre. En guerre? Oui, la crise est mondiale, et la lutte, vous le savez dans le fond, doit être totale et immédiate. Vaincre ou disparaître, du moins lutter. Nous, citoyens, mettrons le cœur et les bras. Vous, politiques, la tête froide. Pour diriger, expliquer, planifier, tout de suite et tous les mois des 5 ou 10 années à venir. Tous les citoyens, loin s'en faut, n'ont pas saisi l'importance de ce combat. Tous les politiques non plus, vous êtes bien placé pour le savoir. Pourtant, nous sommes bel et bien sur un fil, dans la situation presque absurde, pour qui connaît la proportion du Désastre à venir, des rois et reines de Game of Thrones, empêtrés dans leurs batailles et leurs négociations: des "enfantillages" comparés au Mal qui croît et menace de les anéantir tous, ennemis et alliés confondus. Dans la série heureusement, le charismatique Jon Snow parvient à convaincre les sceptiques, et les grandes manœuvres sont aussitôt lancées. Sans délai ni consultation populaire, autocraties oblige. Sans bâtons dans les roues, ou plutôt sans chausse-trappes, de la part des lobbys! 


Les lobbys. Ils intrigueront encore avec de l'eau à la ceinture... Vous les écoutez, comme vous écoutez avec patience et compréhension tous les partis et toutes les opinions, car l'écoute et le sens du dialogue font partie de vos qualités. Toutefois, dans le contexte actuel, nous sommes nombreux à croire que vous jouez à un jeu auquel vous êtes assuré de perdre. Vous êtes sans doute, d'ailleurs, le premier déçu. Pourquoi ne pas mettre les choses en clair? Armez-vous de courage, et balancez par-dessus bord toutes ces tristes oppositions! L'heure tourne. Convoquez la presse, les médias du pays et ceux de l'étranger, mais aussi les blogueurs, les environnementalistes renommés et les associations, et court-circuitez s'il le faut ceux qui, systématiquement, jettent aux orties vos projets, ou les amputent en ricanant. Pour l'heure, tout le monde n'est pas avec vous. L'Histoire le sera, si vous agissez de la sorte. Prenez la parole de façon libre et sincère, peu importe votre habit de ministre, l'étiquette etc. Tout cela est dérisoire. Vous avez une opportunité unique, une chance formidable, d'engager le combat! Prenez des mesures fortes, autoritaires et immédiates. S'ils vous désavouent, ils perdront la face et le peu de confiance qu'il nous reste. Engagez réellement la France, elle peut devenir un levier déterminant: sa voix porte dans le monde, elle a les moyens d'agir et de montrer l'exemple, métropole et outre-mer compris, sur une étendue forestière et océanique incomparable. Le temps presse. 


Comme d'autres, vous distinguez la liberté de ton du militant hors du jeu, et le sérieux, la modération, la lenteur nécessaires du politique, aux prises avec la réalité des Lois, des pressions, du stress... Un habit et un rôle différents, mais complémentaires. Le contexte exceptionnel exige pourtant de les fusionner. C'est ce que vous signifient les signataires de cette pétition, qui réclament une politique écologiste à la hauteur de la crise.

Présentateur d'Ushuaïa, vous étiez très fort sur les conclusions. Et si vous rédigiez maintenant la meilleure des introductions?

 

 

Interview du climatologue Jean Jouzel

◄ Aires Marines Protégées: nous sommes à 22% en 2017. Nous devons atteindre 33%, avec le plus haut niveau de protection.

◄ L'augmentation de seulement 5% de la surface des zones protégées permettrait de tripler la biodiversité!



Raphaël compte sur vous aujourd'hui

Raphaël PAVARD a besoin de votre aide pour sa pétition “Écologie: pour que la France accélère. Le temps presse!”. Rejoignez Raphaël et 798 signataires.