Pétition fermée

Profiter de la redistribution des régions, pour changer les Institutions que sont Assemblée nationale et Sénat

Cette pétition avait 23 signataires


 

 une partie importante des citoyens se désintéresse de la politique,la démocratie est donc en danger.

08 JUIN 2014 |  PAR JEAN-MARIE CHARRON

        

        Il n’est pas nécessaire d’être politologue pour constater que les électeurs sont pour la plupart désemparés, et que beaucoup n’accordent plus leur confiance aux hommes politiques. Le précédent quinquennat a discrédité la fonction présidentielle que les révélations du Bygmalion ne viennent qu’amplifier, et c’est François Hollande qui, pour partie, en paie aujourd’hui la facture.

        Pourtant la refonte des Régions parait être l’occasion unique de redonner espoir aux français.

        Mais comme J.J. Queyranne, président de la Région Rhône-Alpes l’a écrit à Madame la Ministre Marylise Lebranchu, la tournure que semble prendre cette réforme ne paraît pas, loin de là, tenir les promesses annoncées : les vraies décisions se prendraient comme d’habitude en haut-lieu et les régions n’en seraient que de simples exécutantes, sans véritable pouvoir.

        Ce serait lamentable.

        Car si la France peut se redresser, ce ne sera qu’en faisanttotalement confiance aux Régions. Elles seules sont en prise directe et permanente  avec le terrain. Grâce à ses  divers acteurs, elles  en connaissent les possibilités ainsi que les limites. Elles seules sont en capacité d’agir efficacement.

        Par ailleurs, le désamour des français pour la politique touche les parlementaires. Les électeurs sont sensibles aux petits scandales du Sénat, à la logorrhée emphatique de certains députés qui monopolisent la parole, à l’impossibilité des « petits députés » de se faire entendre et qui n’ont  que le droit d’entériner par leur vote les consignes de leur parti et non de dfendre leurs électeurs. Ainsi tous ces dysfonctionnements décrédibilisent la fonction actuelle de parlementaire. Il serait temps d’en modifier le recrutement.

Or qui plus qu’un Conseiller Régional, élu au suffrage universel, peut mieux représenter les électeurs de sa Région et comprendre les collègues des autres Régions, évitant ainsi de stériles affrontements idéologiques. La compétence de ces personnes est d’autant plus importante qu’elles travaillent quotidiennement en équipe et qu’elles bénéficient de l’éclairage du CESER, (ConseilEconomique, Social et Environnemental Régional). Leur  compétence est supérieure à celle d’un(e) député(e) actuel(le), solitaire qui n’a de références que celles de son parti, de ses qualifications, si elle en a.

        Ces personnes, les Conseillers Régionaux, parties prenantes de la vie des Régions, ont toutes les compétences pour coordonner efficacement en Assemblée Nationale Plénière la vie de la totalité du Pays, et dialoguer avec le Président de la République et son Gouvernement, et donc être député(e)s. Alors la France retrouvera son dynamisme.

        La Nouvelle Assemblée Nationale composée uniquement des Conseillers Régionaux élus au suffrage universel retrouverait enfin le respect qui lui est dû, et renforcerait le pouvoir véritable des Régions et la cohésion du Pays.

        Les députés actuels sont devenus des maillons intermédiaires, davantage obstacles entre la Présidence, son Gouvernement et le peuple qu’intermédiaires efficaces, et véritablement représentatifs de leurs électeurs. La représentation directe au niveau national de chaque région serait une véritable révolution !

         L’Assemblée Nationale telle qu’elle est d’aujourd’hui a eu son utilité. Mais il est temps de la faire évoluer. Si les Régions peuvent à présent pleinement jouer leur rôle, les députés actuels et peut-être le Sénat, deviennent des doublons coûteux, désormais inutiles. Il faut oser les supprimer.

 

  

 

                           

          QUID DU SENAT ?  le CESEN

Le Sénat, tel qu’il adviendrait dans une nouvelle organisation de l’Etat, pourrait devenir un CESEN à l’image des CESER ‘Conseil, Economique, Social et Environnemental Régional’ recruté selon le schéma suivant :

  <!--[endif]-->

La composition des collèges serait bien sûr adaptée aux nécessités du niveau national

LE CESEN

10 JUIN 2014 |  PAR JEAN-MARIE CHARRON

Le CESEN pourrait comprendre :

                                                  - 1er collège : une représentation des Maires de France

                                                  - 2ème collège : une représentation des Associations 1901 et des acteurs de la Culture

                                                  - 3ème collège : Une représentation des syndicats et des Cultes

                                                  - 4 ème collège : des personnalités nommées par le Président de la République.

 

Ainsi les députés, membres (tournants ?) des CESER, seraient assistés par des personnalités civiles et échapperaient plus facilement à la pression des lobbys en tout genre qui assaillent en permanence les députés actuels.

 

 

Il assisterait les députés au niveau du domaine national et limiterait l’emprise des lobbys dont sont collectivement et individuellement harcelés les députés actuels.

 

11/06/2014

Le Budget dans un fonctionnement démocratique

L’argent est le nerf de la guerre, dira un quelconque général à la retraite (ou durant une retraite). Qu’en devrait-il en être si l’on désire que la France vive ?

Si, comme la majorité l’espère, la France veut rester démocratique, il est nécessaire que ses orientations soient dictées à partir de l’instance de poids la plus proche d’eux : la Région.

C’est dans la Région que doivent se prendre les grandes décisions collectives, et donc qu’est décidée l’utilisation de l’argent récolté. La part la plus importante de ce budget doit rester dans la Région afin d’en financer le fonctionnement et de réaliser les projets, dans une totale indépendance, source d’efficacité.

La part restante ira alimenter le budget national. Ce budget permet d’assurer le bon fonctionnement des services nationaux, les interconnexions des régions entre elles.

Autrement dit, les Régions sont totalement responsables de leurs ressources, et, en alimentant le Trésor National, elles participent à la vie de la Nation.

Le flux des décisions et ressources part des citoyens via la Région, et monte vers les instances nationales, et non l’inverse.

Actuellement c’est le Ministère du Budget qui récolte la quasi-totalité de l’argent du Pays et décide de ce qu’il va redistribuer et à qui. Les citoyens, qui par un jeu de hasard ont placé des « responsables » à la tête du Pays, leur ont quasiment signé des chèques en blanc dont l’utilisation désormais leur échappe. Ils cautionnent une oligarchie sans l’avoir désiré. Ils sont dirigés et ne dirigent rien.

En inversant le processus, les citoyens n’auront peut-être plus le sentiment de n’être que des vaches à lait fournissant beurre et fromage à une élite autoproclamée, alors qu’eux doivent se contenter du petit lait qu’on réserve aux cochons.

 

Alors, au moment des élections, jaugeant l’importance de chaque voix, les électeurs n’auront peut-être plus de raisons de s’abstenir.



Jean-Marie compte sur vous aujourd'hui

Jean-Marie CHARRON a besoin de votre aide pour sa pétition “à Monsieur François Hollande: Profiter de la redistribution des régions, pour changer les Institutions que sont Assemblée nationale et Sénat”. Rejoignez Jean-Marie et 22 signataires.