Youth Decides الشباب يقرر

3,266 supporters

Youth decides aims to defend the interests of young people during the democratic transition in Tunisia. We claim the right and the duty of every young person to take part in the economical and the political life of our nation. Youth decides relies on new technology to mobilize and to act for the political and the economical inclusion of young people in Tunisia. Youth Decides fights all forms of political or economical discrimination against young people. تدافع منظّمة الشباب يقرر عن مصالح الشباب خلال فترة الانتقال الديمقراطي في تونس. نجن نطالب بحق وواجب كل الشباب في المشاركة في الحياة الاقتصادية والسياسية للبلاد. تعتمد منظمة الشباب يقرر على تكنولوجيات جديدة للتعبئة والعمل من أجل الإدماج السياسي والاقتصادي للشباب في تونس.الشباب يقرر تحارب جميع أشكال التمييز السياسي والاقتصادي ضد الشباب. Jeunesse décide, défend l'intérêt des jeunes durant la transition démocratique en Tunisie. Nous revendiquons le droit et le devoir de tout jeune de prendre part à la vie économique et politique de la nation. Jeunesse décide s'appuie sur les nouvelles technologies pour mobiliser et agir pour l'inclusion politique et économique des jeunes en Tunisie. Jeunesse Décide se bat contre toute forme de discrimination politique et économique envers les jeunes.

Started 1 petition

Victory
Petitioning Mehdi Jomâa

Libérez tous les jeunes de la révolution tunisienne

English: Governments revolved. Each change brought its own hopes. We thought a new Tunisia was possible. But the dream faded through reality, a disappointing reality, often a shocking one. Today, young people are arrested because they dared to say no to the System and because they had attacked police stations in these historical moments when nothing but their bravery allowed changing the face of the world. They were the first ones to express their rejection of the system within a country plagued by corruption and poverty. Yet, they are today in the dock because of lese-majesty. These young people believed they were living an epic moment. Unfortunately, the decisions made by the many governments to muzzle youth voice were anything but epic : intimidation attempts and pressure to better muzzle these young people yet indomitable as unsatisfied with policies, unsatisfied with living conditions in a country they gave it all to but had nothing in return, nothing but ingratitude.  Azyz Amami raised his voice to protest against such injustice. He recently led a campaign called "I had set fire to a police station too!" calling for the release of these young people jailed because they held on – peacefully – to overthrow dictatorship and get freedom. While the world is admiring us, we are jailing our thinkers. Governments revolved but legislation does not change. Nothing has changed. Azyz Amami raised his voice then he was arrested on Monday May 12th, 2014, charged with "possession of cannabis with intent to consume" under the very famous Law 52 which used to be used by Ben Ali's henchmen to muzzle dissidents. It is urgent to put an end to such repressive methods. We call on Mehdi Jomaa, Mostapha Ben Jaafar and Mocef Marzouki to face up to their historical responsibilities, to release these young people wrongly jailed and to review the Law 52 not anymore in line with present day reality. Do not forget who allowed you to govern this nation since they did. Do not forget who allowed you to speak about building democracy since they did. En Français: Les gouvernements se sont succédés, et au gré des changements, chacun a cru qu’une autre Tunisie était possible. Face à ce rêve, une réalité, décevante, souvent choquante. Aujourd’hui, des jeunes sont arrêtés pour avoir eu l’audace de dire non au système et pour avoir attaqué des postes de polices en ces moments historiques où seule leur bravoure a permis de changer la face du monde. Ces premiers à avoir crié leur refus du système dans un pays gangrené par la corruption et la pauvreté se retrouvent aujourd’hui au ban des accusés pour crime de lèse-autorité. Nos jeunes ont cru qu’ils vivaient une époque épique mais les décisions des gouvernements qui se sont succédés pour museler cette jeunesse n’ont jamais rien eu d’épique. Bien au contraire : tentatives d’intimidation et de pression pour mieux museler cette jeunesse encore indomptable parce qu’insatisfaite des politiques, insatisfaite des conditions de vie dans un pays à qui elle a tout donné et qui lui a tourné le dos, en toute ingratitude. Azyz Amami a levé la voix pour dénoncer cette injustice. Il menait récemment une campagne intitulée "Moi aussi j'ai mis le feu dans un poste de police" pour la libération de cette jeunesse incriminée pour avoir tenu bon -pacifiquement- à renverser la dictature et à réclamer la liberté. Quand le monde entier nous regarde avec admiration, nous emprisonnons nos penseurs. Les gouvernement se succèdent, les réfractaires au système sont les mêmes, parce que les lois sont les mêmes. Rien n’a changé. Azyz Amami a parlé et Azyz Amami été arrêté Lundi 12 Mai 2014 pour "détention de cannabis avec l'intention de le consommer" grâce à la fameuse loi 52 utilisée par les sbires de Ben Ali pour faire taire les voix dissonantes. Il devient urgent aujourd’hui de mettre fin aux méthodes répressives dont sont victimes les jeunes.   Nous appelons Mehdi Jomaa, Mostapha Ben Jaafar et Moncef Marzouki à prendre leurs responsabilités historiques en libérant ces jeunes incarcérés à tort et en révisant la loi 52 très peu en phase avec la nouvelle ère dans laquelle est entrée la Tunisie. N’oublions pas que s’ils sont là et que l’on construit une démocratie aujourd’hui, c’est grâce à eux, et si nous pouvons parler aujourd’hui c’est uniquement grâce à eux.

Youth Decides الشباب يقرر
3,266 supporters